L’UEFA et le fair-play financier : une fausse bonne idée ?

la finance pour tous
Le mécanisme de fair-play financier (FPF) a été introduit par l’Union des associations européennes de football (UEFA) en 2012. Ce projet a pour but que les clubs aient des comptes financiers équilibrés. Le FPF est la cible de nombreuses critiques car il devait également réduire les inégalités entre grands championnats et petits championnats, grands clubs et petits clubs. Quel bilan pouvons-nous tirer après cinq années ?

 En quoi consiste le FPF ?

Le FPF repose sur le respect de deux principes pour les clubs qui disputent des compétitions européennes (Ligue des Champions et Ligue Europa) :

  • pas d’arriérés de paiements (que ce soit envers les joueurs, l’administration fiscale ou d’autres clubs)

  • équilibre budgétaire

En ce qui concerne le second principe, la différence entre les recettes et les dépenses ne doit pas passer en-dessous d’un seuil négatif de -5 millions €. Ce seuil peut néanmoins être dépassé, dans une limite de -30 millions €, s’il est couvert par un financement additionnel des actionnaires. A noter que plusieurs types de dépenses sont exclues du calcul, car l’UEFA souhaite que les clubs investissent dans certains domaines prioritaires : stades, centres d’entraînement, formation des jeunes et football féminin.

Le contrôle des comptes est assuré sur une base annuelle par l’Instance de contrôle financier des clubs (ICFC), un organe indépendant rattaché à l’UEFA.

 A quoi s’exposent les clubs en cas de non-respect ?

Voici les sanctions possibles en cas de violation du FPF, de la plus légère à la plus sévère : mise en garde, blâme, amende… jusqu’à l’exclusion de compétitions ou le retrait d’un titre !

En mai 2014, le Paris Saint-Germain (PSG) est puni par l’UEFA pour avoir enfreint le FPF. Le club francilien respecte les objectifs chiffrés mais est pointé du doigt en raison d’un contrat publicitaire de 200 millions € annuels avec l’agence de tourisme du Qatar. L’UEFA estime que ce montant est exagéré et qu’il s’agit d’une subvention déguisée du Qatar (propriétaire du club), sans lequel le club serait largement en déficit non toléré. Le club parisien est alors contraint de respecter les cibles du FPF et de réviser à la baisse son contrat avec l’agence de tourisme du Qatar à 100 millions € annuels.

Verdict : le FPF fonctionne vraiment ?

Le FPF est un projet très ambitieux de l’UEFA et il en est encore à ses débuts. Mais à l’heure d’un premier bilan, pouvons-nous dire qu’il s’agit d’une réussite ?

L’assainissement financier est indéniable

Pour preuve, le déficit cumulé des clubs est passé de 1,7 milliards € en 2011 à 320 millions en 2016 (-81 %). Dans le même temps, le cumul des arriérés de paiement est passé de 57 millions € à seulement 5 millions € (-92 %). Aujourd’hui, les clubs qui participent aux compétitions européennes sont obligés de contrôler leurs recettes et dépenses, sous peine d’être interdits de participer à la Ligue des Champions ou Ligue Europa.

Pour les clubs petits et moyens, l’accès aux compétitions européennes est une source très importante de revenus. La simple participation à la phase de groupes de la Ligue des Champions rapporte à chaque club la somme de 13 millions €. Si on prend l’exemple d’un club moyen comme le Sporting Portugal, ces 13 millions € représentent quasiment 20 % des recettes annuelles ! Les compétitions européennes représentent une bouffée d’oxygène pour les clubs modestes, et une non-qualification les oblige en règle générale à céder des joueurs précieux.

Un système qui verrouille la hiérarchie actuelle

Il y a néanmoins une part d’injustice à ce que le PSG ait été puni. Avant l’arrivée du FPF, deux clubs de football sont devenus des mastodontes sur la base de déficits colossaux : Chelsea et Manchester City.

Le premier a été racheté par un oligarque russe en 2003, qui a injecté 1 milliard € en 9 ans. Manchester City a été racheté en 2008 par l’émirat d’Abou Dabi, qui a injecté 700 millions € en quatre ans. Ces deux clubs sont devenus des « grands d’Europe » en l’espace de quelques années grâce à un système de financement désormais interdit à de nouveaux entrants.

Le PSG fera ainsi figure d’exception car il aura rejoint in extremis l’élite du football européen. Acquérir et emmener un club au plus haut niveau est désormais très compliqué car il faut générer des recettes courantes très importantes, très rapidement, pour respecter le FPF. Or, une telle prouesse n’est possible que si le club est rattaché à une grande ville d’un grand pays.

Des acquisitions de plusieurs clubs (Malaga par un émir du Qatar et AS Monaco par un oligarque russe) ont été modifiées en profondeur par l’introduction du FPF, qui a obligé les propriétaires à revoir à la baisse leurs ambitions. Il est en effet plus difficile de vendre l’image de Monaco à des marques, quand on sait que la Principauté ne compte que 38 000 habitants alors que l’Île de France en compte 12 millions (le PSG est le seul club francilien en Ligue 1).

0 commentaire

Commenter