Quel rôle donner à l’éthique dans le fonctionnement de la finance ?

la finance pour tous

Les individus qui veulent faire prévaloir l’éthique dans la pratique de leurs affaires financières peuvent-ils le faire ? L’exercice individuel de la vertu peut-il suffire pour entraîner le fonctionnement général de la finance ? La logique systémique du fonctionnement de celle-ci ne tend elle pas, au contraire, à imposer une perte de sens éthique des comportements individuels ?

C’est d’argent qu’il s’agit. Or, « à la différence des convoitises attachées à des biens de jouissance, le désir d’acquérir l’échangeur universel ne comporte lui-même aucune mesure ; il n’y a pas de sens à parler à son propos de satisfaction ; les moralistes de toute obédience et de toutes traditions l’ont répété : la faim d’or est insatiable ; une sorte de « mauvais infini » habite ce toujours plus qui n’est jamais assez »(Ricœur, 1992).

Morale, régulation et finance

Les anciens ont traité le problème par les lois de la morale religieuse. Aujourd’hui, c’est principalement dans l’ordre du politique et de la régulation publique que l’on peut agir. Non pas en supprimant le besoin d’une responsabilisation éthique individuelle – comme peuvent le faire les fonctionnements bureaucratiques – mais en recherchant la complémentarité des deux ordres d’actions. Au croisement des ordres politique et religieux, on notera cependant les préconisations de la finance islamique basée sur l’interdiction de l’intérêt qui lie plus étroitement la rentabilité financière d’un investissement avec les résultats du projet concret associé et se rapproche selon certains en pratique de la notion d’investissement socialement responsable.

Différents exemples peuvent être pris dans l’actualité : question des paradis fiscaux ; problème de l’alea moral, etc.

Les nouvelles formes de la finance

Prenons l’exemple des alternatives aux formules classiques de l’épargne et de l’investissement. Elles sont incarnées par des initiatives nombreuses et variées : microfinance et microcrédit, finance solidaire, banque éthique, investissement socialement responsable. Toutes recouvrent une démarche éthique qui cherche à donner du sens à la finance et à responsabiliser l’investissement. Elles correspondent à une démarche d’investissement prenant en compte des considérations extra-financières liées à l’environnement, aux questions sociales ou à la gouvernance. Elles correspondent également à une implication personnelle souvent plus active de l’utilisation de son épargne. La place occupée par ces démarches reste limitée.

L’épargne des Français investie dans l’investissement socialement responsable (ISR) représente un peu plus de 65 Mds d’€ fin 2011 soit à peine plus de 2 % du patrimoine financier total ; les placements d’épargne solidaire et de partage représentent quant à eux 3 Mds d’€ d’encours de placements en France (en 2010).

Ces diverses modalités de finance éthique peuvent servir à canaliser et à donner du sens à l’épargne de long terme, mais elles ne constituent pas en elles-mêmes un instrument de régulation et de stabilisation de la finance. On constate notamment que les fonds éthiques ont des performances comparables à celles des fonds traditionnels parce que les investissements qui les composent sont réalisés dans des entreprises qui n’ont pas des objectifs si différents des autres.

0 commentaire

Commenter