Taux de change

la finance pour tous

Le taux de change d’une devise (appellation d’une monnaie qui est acceptée à l’étranger) est le cours, c’est à dire le prix, de cette devise par rapport à une autre devise.

Sur les sites d’information financière ou les pages spécialisées des journaux, nous pouvons lire par exemple EUR/GBP=0,8250/0,8252. Le premier prix est le cours de vente de la première devise mentionnée, ici l’euro. Le second prix est le cours d’achat de la première devise.

En termes explicites, EUR/GBP=0,8250/0,8252 signifie qu’un euro (EUR) se vend à 0,8250 livre sterling (GBP) et qu’un euro s’achète pour 0,8252 livre sterling. La convention veut que ces taux de change soient exprimés avec quatre chiffres après la virgule.

Par souci de simplicité et afin d’établir un standard international qui permet de parler de toutes les devises où que l’on soit dans le monde sans barrières de langue, chaque monnaie a une abréviation en trois lettres. Souvent – mais c’est loin d’être une règle générale – les deux premières lettres indiquent le pays, et la troisième fait référence au nom de la devise. Par exemple, voici les abréviations des monnaies des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, de la Chine et du Japon :

USD US pour Etats-Unis D pour dollar
GBP GB pour Grande-Bretagne
P pour pound (livre en français)
CNY CN pour Chine
Y pour yuan
JPY JP pour Japon
Y pour yen

A savoir : L’euro est une exception notable puisqu’elle a comme abréviation EUR.

Enfin, on ne peut pas évaluer la valeur d’une devise dans l’absolu; c’est pourquoi elle est toujours exprimée relativement à une autre monnaie par un taux de change, et en observant les variations de ce taux dans le temps. Chaque devise a donc un taux de change vis-à-vis de chacune des autres devises. On parle de taux de change bilatéral pour désigner le rapport d’échange entre deux devises et de taux de change effectif lorsque l’on considère l’ensemble des taux de change bilatéraux. Pour l’établir on pondère en général chaque taux de change bilatéral par la part du commerce international du pays réalisée dans cette devise.

Pourquoi les taux de change sont-ils importants ?

Les taux de change ont une grande importance pour l’économie d’un pays, et en particulier pour son commerce extérieur.

Par exemple, supposons que l’euro s’apprécie par rapport au dollar, c’est-à-dire que le taux de change de l’euro par rapport au dollar augmente et passe de 1€=1,35$ à 1€=1,50$ quelques mois plus tard.

S’agissant des marchandises et des services, les produits exportés par les Etats-Unis vers les pays de la zone Euro seront alors plus compétitifs . Exemple : 1 DVD  « made in USA » de 20$ valait dans la zone Euro 14,8€ (soit 20$/1,35$). Il vaudra 13,3€ (soit 20$/1,50$) quelques mois après. Inversement, les produits exportés à partir de la zone Euro auront un prix plus élevé en USD et seront moins compétitifs aux Etats-unis par rapport aux produits locaux.

Mais, s’il n’y a pas de production nationale suffisante pour éviter d’importer moins – ce qui peut être le cas pour l’énergie ou les matières premières provenant souvent de pays émergents – cela peut être un facteur d’inflation dans le pays dont le taux de change baisse, en l’occurrence les Etats Unis dans notre exemple.

Enfin, au niveau des particuliers, avec une hausse de l’euro/dollar, les touristes américains auront dans la zone euro un pouvoir d’achat en baisse, et inversement le séjour des touristes français ou allemands aux Etats-Unis leur reviendra moins cher. S’agissant des placements et des investissements, les actifs européens valent plus cher pour les investisseurs américains et les actifs américains valent moins cher pour les investisseurs de la zone euro : une baisse du dollar profite donc logiquement aux investissements vers les Etats-Unis.

Les taux de change des devises sont fixés sur le marché des changes. Chaque pays ou zone monétaire décide de son régime de change, fixe ou flottant.

Politiques de taux de change

Dans l’Union Européenne, la zone euro constitue unezone monétaire dans laquelle les taux de change des pays membres ont été fixés de manière irrévocable, les monnaies locales ayant été remplacées par une monnaie commune. En revanche, l’euro est dans un régime de change flottant vis-à-vis de la plupart des autres devises. En dehors de la zone euro, certains Etats comme la Pologne ou la Roumanie ont des régimes de change flottants.  Le Danemark à l’inverse maintient un taux de change quasi-fixe par rapport à l’euro.

Dans le cadre des taux de change flottants, les Etats-Unis et la zone euro ont adopté  une politique de laisser-faire vis-à-vis de l’évolution des taux de change. Ainsi la Banque Centrale Européenne n’intervient pas sur le marché des changes pour influencer le taux de change de l’euro. Depuis 2005, la Chine a quant à elle opté pour un taux de change flottant administré avec une référence à un panier de devises. Entre juillet 2005 et juillet 2008, le yuan (appelé aussi renminbi) s’est apprécié d’environ 21% face au dollar. Mais ce système a été suspendu en juillet 2008, rétablissant de fait le lien fixe entre yuan et dollar, au nom de la protection nécessaire de l’économie chinoise contre les conséquences de la crise financière mondiale.

Cette situation suscite des mécontentements du côté des partenaires économiques de la Chine -les Etats Unis en tête- car ce contrôle exercé par la Banque Populaire de Chine (la banque centrale chinoise) sur la devise nationale conduit selon eux à une sous-évaluation du yuan sur le marché des changesDonald Trump a notamment accusé la Chine de maintenir sa monnaie artificiellement basse. Cependant, cette critique, fondée par le passé, semble avoir perdu de sa pertinence à partir de 2016 puisque le yuan chinois s’est apprécié et n’est plus considéré comme sous-évalué (estimer quel devrait être le cours « normal » d’une devise est cependant difficile et il peut exister des désaccords à ce sujet).

Suite à la crise qui a frappé la zone euro à partir de 2010-2011, le marché des devises s’est retrouvé face à un nouveau cas d’intervention d’une banque centrale en matière de change. En effet, la Banque Nationale Suisse (BNS) avait décidé de fixer un taux plancher euro/franc suisse suite à une très forte appréciation de sa monnaie en 2011 ; hausse due en grande partie aux incertitudes sur le remboursement des dettes souveraines dans la zone euro et aux Etats Unis.

Cependant, ces interventions de la Banque Nationale Suisse ont pris fin en janvier 2015, entraînant immédiatement une hausse du franc suisse, c’est à dire le passage de l’euro en-dessous du cours plancher.

Taux de change d’équilibre ?

Des taux de change équilibrés, ni surévalués, ni sous évalués, correspondraient en principe à une situation d’équilibre interne et externe des différentes économies. La détermination des taux de change d’équilibre n’est cependant pas une science exacte, et il est difficile d’estimer la sous (ou sur) évaluation d’une monnaie. Généralement, pour évaluer quel devrait être le taux de change d’équilibre, on utilise la méthode des parités de pouvoir d’achat, c’est-à-dire le taux de change censé équilibrer le prix d’un panier de biens entre deux pays. Par exemple, si un même panier de biens coûte 100 euros en Europe et 120 dollars aux Etats-Unis, alors le taux de change d’équilibre est estimé à 1 euro = 1,2 dollar (on divise 120 par 100).

La forte instabilité des taux de change

En fait depuis que les régimes de change flottants prédominent, c’est-à-dire depuis les années 1970, des taux de change d’équilibre ont beaucoup de mal à devenir réalité. L’instabilité des taux de change est au contraire une caractéristique majeure de l’économie mondiale actuelle. Ainsi, par exemple, de 1999 à 2002 le dollar s’est apprécié de 45 % par rapport à l’Euro naissant. Puis de 2002 à 2009 il a perdu 75 % de sa valeur. Des fluctuations de taux de change de 5 % ou plus sur un mois ne sont pas rares. Par exemple, entre fin octobre et fin novembre 2010, l’euro a perdu 8 % par rapport au dollar, suite à la crise financière irlandaise.

A titre d’illustration, on peut observer l’évolution du cours de l’euro/dollar depuis le lancement de l’euro en 1999 jusqu’au début de l’année 2018.

Taux de change euro / dollar

La stabilisation des taux de change semble donc difficile. Tout d’abord il y a une diversité des régimes en place : bien que la tendance depuis les années 1970 soit celle d’une expansion du régime de changes flottants, certaines devises gardent un régime de changes fixes, et certaines banques centrales n’hésitent plus à intervenir pour imposer un taux de change favorable à leur économie. Enfin force est de constater que le marché des devises est devenu plus spéculatif depuis la libéralisation des années 1970. Ainsi certaines fluctuations sur le marché des changes ne sont pas nécessairement en corrélation avec l’état réel des économies nationales des devises concernées.

Il est donc indispensable, surtout pour les multinationales et les banques qui gèrent des volumes très importants de liquidités et sont exposées à plusieurs monnaies, de se couvrir contre les fortes fluctuations de taux de change. Le marché des changes leur donne pour cela accès à des instruments de couverture variés comme les opérations à terme ou bien des produits dérivés plus complexes comme les swaps ou bien les options.

 

    48 commentaires sur “Taux de change”
    1. Je viens de Birmanie 2 choses me choquent
      Quand on veut changer de l’argent les banques changent à un taux plus élevé si vous avez des billets de 100, 200, 500 oui parce qu’ils pensent que la France utilise encore les billets de 500 €.
      Et un autre taux pour les autres coupures. D’autre part les banques de change appliquent le taux de la banque birmane et non le taux du cours du jour qui est en leur défaveur. Ne pourrait-il pas y avoir une instance politique qui mette un peu d’ordre ?
      Merci

    2. Bonjour,

      C’est très certainement le cas, car le taux de change EUR-USD naviguait autour de cette valeur en mai 2001.

      Meilleures salutations.

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    3. Dans un document du credit agricole concernant un transfert d’argent de Mai 2001 il il est mentionné que TRANSF : 79,50 ce que je vois pas ce que cela signifie ainsi CHANGE : 85,27 , ce que je penses signifie en fait 0,8527 , est-ce bien le cas .La devise qui devait être acheté etait des dollars us .

    4. Bonjour,
      Je travaille pour mon mémoire sur le thème de l’impact du taux de change sur titres financiers . Je n’arrive pas à établir de lien entre les deux…. les références sont rares .vous demande de m’aider pour avoir quelques références sur laquelle je peux travailler mon projet de fin d’étude .
      Merci d’avance pour votre réponse

    5. Bonjour,

      Votre question est intéressante car elle pose le problème du choix de la monnaie par un pays.
      Or, nous sommes de gré ou de force, depuis le milieu du 19ième siècle , dans un système monétaire européen et mondial qui ressort soit des changes flexibles ( comme à l’heure actuelle)) soit des changes fixes (cf la zone euro).
      Ce que vous demandez est : peut-on revenir à l’époque où chaque pays avait sa propre souveraineté nationale et donc avait le pouvoir de décider de sa monnaie,ce qui a été le privilège de la royauté sous l’Ancien régime en France.
      Cela semble peu réaliste et souhaitable, compte-tenu de l’interdépendance croissante des économies et de la globalisation financière.

      D’autre part, pourquoi vouloir fixer sa monnaie tout seul ? Pour cela, il faut d’abord en avoir les moyens économiques, financiers et institutionnels.
      Une chose est importante à comprendre en matière monétaire : la monnaie n’est que le reflet du poids et de la puissance économique d’un pays.
      Si les Etats-Unis, en 1944, ont imposé le système de Brettons -Woods c’était parce qu’ils détenaient à eux seuls les 3/4 du stock d’or mondial et étaient en capacité de produire les biens et services, nécessaires à la reconstruction de l’économie européenne.

      La question « sur la sortie ou non de l’Euro » est un autre débat, sur lesquels les économistes s’affrontent.
      Mais personne n’a envie de revenir aux années 1990 où les dévaluations compétitives étaient la règle ce qui a généré beaucoup d’instabilité monétaire, peu propice à la croissance et à l’investissement.
      Meilleures salutations.

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    6. Bonjour, j’aimerais savoir s’il est possible de changer la monnaie entière d’un pays ?
      et decider de s’affilier avec celle d’un autre pays.

      Bien cordialement,

    7. Bonjour,

      En raison de la période estivale, nous ne pouvons pas actuellement répondre à votre question. Nos spécialistes vous apporteront des réponses à vos interrogations à partir de la mi-septembre.

      Vous remerciant de l’intérêt porté à nos publications,

      Meilleures salutations.

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    8. Bonjour,
      Je travaille pour mon mémoire sur le thème de l’impact du taux de change en niveau sur l’attractivité des IDE (cas marocain). J’ai essayé de trouver les relations théoriques entre ces deux variables mais les références sont rares. Si vous avez quelques références qui pourraient m’aider, pouvez vous me les envoyer ? Merci

48 commentaires

Commenter

Répondre à L'Equipe de l'IEFP

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.