Paradis fiscaux

la finance pour tous

Les paradis fiscaux défrayent régulièrement la chronique. Ils sont souvent au cœur des scandales financiers de détournement d’argent ou d’optimisation fiscale. S’il n’existe aucune définition précise d’un paradis fiscal, des caractéristiques communes permettent de les identifier. Les montants en jeu sont astronomiques et ont des conséquences néfastes pour l’ensemble de l’économie mondiale. 

Qu’est-ce qu’un paradis fiscal ?

Paradis fiscaux Il n’existe aucune définition officielle d’un paradis fiscal. Cependant, l’Organisation de Coopération et Développement Économiques (OCDE) considère qu’un paradis fiscal est un territoire qui répond aux caractéristiques suivantes :

  • le secret bancaire y est strictement appliqué

  • les taxes sur les revenus, les bénéfices ou les patrimoines, sont faibles ou nulles, particulièrement pour les non-résidents

  • les conditions d’installation de sociétés et d’ouverture de comptes sont peu contraignantes

  • la coopération judiciaire et fiscale avec les autres États est faible ou inexistante.

Autres caractéristiques habituelles de ce type de pays : ils doivent être stables sur les plans économiques et politiques, pour rassurer les investisseurs. Le secteur financier y est surdéveloppé par rapport à la taille du pays et à la dimension de son économie.

Quelques définitions

Au sens strict, la notion de paradis fiscal se différencie à la fois des zones offshore et des paradis bancaires ou judiciaires. Dans le langage courant, toutefois, on désigne sous cette appellation tous les « territoires non coopératifs ».

Paradis fiscaux et zones offshore

Les paradis fiscaux sont donc des États souverains ou des dépendances autonomes d’autres pays (Jersey, îles Caïman…) offrant un abri à des non-résidents souhaitant échapper à l’impôt. Ces territoires de taille réduite, en imposant très faiblement de nombreuses grosses fortunes, en tirent des ressources très élevées relativement à leur taille.

Ils sont à distinguer des zones offshore, qui hébergent des banques, compagnies d’assurance et gestionnaires de fonds mais ne disposent pas d’une véritable régulation. Ce régime administratif de faveur s’applique à l’activité économique produite depuis ce territoire. Il peut suffire à l’entreprise de disposer d’une adresse sur le territoire.

Les centres financiers offshore sont la plupart du temps aussi des paradis fiscaux mais la réciproque n’est pas forcément vraie.

Paradis fiscaux, bancaires et judiciaires

Ils ne doivent pas être confondus, même s’il peut exister des recoupements. Les pays caractérisés par un fort secret bancaire sont appelés paradis bancaires (ou financiers).

Les paradis judiciaires sont des territoires échappant aux lois, notamment pénales, communément admises dans les autres États et refusant tout échange d’information avec ces derniers.

Ne pas confondre non plus paradis fiscaux et territoires permettant une optimisation fiscale. Car il existe, au sein même de l’Europe, des Etats pratiquant le « dumping » fiscal, c’est-à-dire prévoyant des taux d’imposition particulièrement faibles, parfois seulement au profit des étrangers, de manière à attirer des capitaux et des sièges sociaux dans leur territoire. Voir sur ce point nos articles sur la concurrence fiscale en Europe et sur les circuits d’optimisation fiscale.

Qui sont les paradis fiscaux ?

Il n’existe aucune liste officielle des pays considérés comme des paradis fiscaux. L’OCDE classe les paradis fiscaux en trois listes :

  • la liste noire regroupe les États qui ne coopèrent pas fiscalement.

  • la liste grise concerne les États « qui ont promis de se conformer aux nouvelles règles sans les appliquer et ceux qui s’y conforment substantiellement ».

  • la liste blanche pour les États qui ont fait un effort réel et dont les règles sont « conformes aux standards internationaux de l’OCDE ».

 À ce jour (7 avril 2016), plus aucun État ne fait partie de la liste noire de l’OCDE et il ne reste que 8 pays dans la liste grise : Guatemala, Kazakhstan, Liban, Liberia, Micronésie, Nauru, Trinidad et Tobago et Vanuatu.

Le groupe Tax Justice Network considère que les critères retenus par l’OCDE sont insuffisants. Ce réseau a dressé sa propre liste des 10 principaux paradis fiscaux : l’État du Delaware aux États-Unis, le Luxembourg, la Suisse, les îles Caïman, la City de Londres, l’Irlande, les Bermudes, Singapour, la Belgique et Hong Kong.

La France a elle aussi établi une liste des États et territoires non coopératifs. En 2016, la France recensait 9 paradis fiscaux : le Botswana, Brunei, le Guatemala, les Iles Marshall, les Iles vierges britanniques, le Montserrat, Nauru et  Niue. Le Panama, après avoir été retiré de cette liste en 2012, l’a réintégrée en avril 2016 suite à l’affaire des « Panama Papers ». 

La Commission européenne a également défini en juin 2015 une nouvelle « liste noire » des paradis fiscaux qui recense les Etats ou territoires non coopératifs. Cette liste noire comprend 30 juridictions, dont certaines sont localisées en Europe (Andorre, Guernesey, Liechtenstein ou Monaco).

Paradis fiscaux

Enfin, le GAFI expose 54 États ou juridictions sur des critères bien plus larges.

Qui utilise les paradis fiscaux ?

Les utilisateurs des paradis fiscaux (au sens large) sont très divers. Il peut s’agir de grandes entreprises qui y installent des filiales, de fonds spéculatifs, de filiales de banques, de riches particuliers, ou encore de sociétés d’investissement. 

Les réseaux criminels internationaux s’en servent également, notamment à des fins de blanchiment d’argent.

Est-ce légal de détenir un compte à l’étranger ?

L’optimisation fiscale, principalement utilisée par les grandes entreprises internationales, n’est pas illégale. En revanche, la fraude fiscale est illégale. Par exemple, un particulier peut détenir légalement un compte dans n’importe quel pays du monde mais il doit le déclarer aux impôts. Pour le personnel politique et les dirigeants d’organismes publics, s’ajoute une obligation de déclaration auprès de la Commission pour la transparence financière de la vie politique.

Quels sont les montants en jeux ?

Les enjeux soulevés par les paradis fiscaux sont loin d’être négligeables.

Il est très difficile de chiffrer les montants qui transitent par les paradis fiscaux. Selon le FMI, 50 % des transactions internationales transiteraient par des paradis fiscaux.

Une étude menée par le Tax Justice Network estime le montant des actifs financiers cachés dans les paradis entre 21 000 et 32 000 milliards de dollars. Cela pourrait représenter entre 30 % et 45 % du PIB mondial.

Les conséquences néfastes des paradis fiscaux

 Les paradis fiscaux ont des conséquences à plusieurs niveaux.

  • La dégradation des finances publiques car c’est un manque à gagner pour les États. On estime que ces fuites représentent un manque de revenus fiscaux de plus de 200 milliards d’euros de revenus fiscaux en moins ;

  • Une perte d’autonomie des politiques fiscales, car les Etats sont poussés à s’aligner sur les taux d’imposition les plus faibles pour limiter l’évasion fiscale ;

  • L’opacité et l’instabilité financière : les pertes peuvent être plus facilement sorties du bilan, ce qui empêche le contrôle du régulateur, mais aussi des actionnaires et agences de notation. Les grands acteurs financiers peuvent ainsi plus facilement prendre des risques inconsidérés ;

  • L’injustice : ce sont les entreprises et les contribuables les plus mobiles, c’est-à-dire les plus riches, qui peuvent profiter de l’aubaine que constituent ces endroits et ainsi se soustraire à l’impôt ;

La criminalité : en proposant des instruments juridiques permettant d’occulter l’origine de fonds, les paradis fiscaux et judiciaires constituent des boîtes noires précieuses pour la criminalité transnationale.

Pertes dues à l’évasion fiscale en Europe

Fin mai 2013, le Parlement européen évaluait à 1000 milliards d’euros l’argent public perdu chaque année en Europe. En cause : l’évasion fiscale. Cette somme correspond à un manque à gagner annuel de 2000 euros par citoyen européen .À ce titre, l’étude rappelle que l’économie souterraine représenterait 20% du PIB de l’Union européenne. Des chiffres préoccupants une fois rapportés aux 147 milliards d’euros du budget européen ou encore aux 514 milliards d’euros de déficit de l’Union en 2012(voir schéma ci-contre). 

evasion fiscale

Comment lutter contre les paradis fiscaux ?

L’harmonisation des régimes fiscaux à l’échelle internationale serait un moyen assez radical de rendre inutile les paradis seulement fiscaux. Elle parait à ce stade difficile à obtenir et ne supprimerait pas pour autant les paradis bancaires et judiciaires. Toutefois, la Commission européenne a récemment obtenu le soutien des 27 pays membres de l’Union pour que les grandes entreprises publient leurs profits et impôts pays par pays. À l’heure actuelle, les données statistiques sont très insuffisantes sur ce sujet. Mais l’initiative de la Commission européenne devrait permettre de favoriser la transparence sur la localisation des profits dans certains pays aux fiscalités les plus clémentes, comme les Bermudes ou l’Irlande. Une avancée bienvenue en matière de lutte contre les paradis fiscaux, puisque malgré les nombreux discours ayant eu lieu depuis 2009, les progrès visibles ont été minces. Le principal frein à la lutte contre la fraude fiscale que l’on puisse identifier à ce jour est le principe d’échange d’informations à la demande. En effet,  il  très insuffisant et rend la lutte contre la fraude inefficace.

L’échange à la demande et l’échange automatique d’informations fiscales

Actuellement, l’échange d’informations entre administrations fiscales se fait principalement sur la base du volontariat. Par exemple, si l’administration fiscale française souhaite obtenir des informations sur un présumé fraudeur ayant ouvert un compte à l’étranger, elle s’adresse à l’administration fiscale du pays en question. Cette dernière décide ensuite librement de fournir ou non les informations demandées.

Avec un système d’échange automatique d’informations fiscales, pour toute ouverture de compte effectuée par un non-résident sur un territoire donné, l’administration fiscale de son pays d’origine serait automatiquement informée.

Certains souhaitent donc la mise en place d’un FATCA en Europe (loi américaine, de son vrai nom Foreign Account Tax Compliance Act), qui obligerait les établissements financiers du monde entier à communiquer les transactions des ressortissants européens.

Toutefois, pour le spécialiste des paradis fiscaux Gabriel Zucman, le texte mis en place par les américains n’est pas aussi contraignant qu’il en a l’air. Certes, il prévoit des mesures de rétorsion pour les pays qui n’accepteraient pas de coopérer (forte taxation des transactions sur le territoire américain), mais certains établissements de petite taille peuvent tout à fait renoncer à travailler sur le sol américain et se concentrer sur les fonds issus de l’évasion fiscale. Gabriel Zucman préconise donc une application stricte de l’échange  automatique d’informations entre États, ce qui est le nouveau standard de l’OCDE. Il faudrait envisager des mesures de rétorsion plus générales que celles prévues par le FATCA, car celles-ci seraient applicables à tous les territoires non coopératifs, y compris les petits pays, comme les Lichtenstein, Andorre, Monaco, les Bermudes…

Pour aller plus loin, la mise en place d’une instance de coopération fiscale internationale est évoquée par quelques États. Il s’agirait,viacette institution, d’échanger des données internationales ou des informations sur des schémas d’évasion fiscale. La coopération aurait ainsi lieu en permanence et ne se ferait plus par des échanges purement ponctuels. Mais cette idée est simplement évoquée à l’heure actuelle et ne fait pas l’objet d’un projet concret et solide.

 

    4 commentaires sur “Paradis fiscaux”
    1. Les paradis fiscaux sont les pays qui méritent aucune coopération fiscale car ils vivent dans les ténèbres financières alors jamais ils ne seront clairs. Le monde est naturellement injuste et eux au lieu de se battre à friener cette injustice illégale mais plutôt ils la favorisent un peu partout dans le monde entier. L’information est intéressante,j’en suis ravi.

4 commentaires

Commenter