Faire un bon usage de l’économie

la finance pour tous
Pierre Noël Giraud, Polytechnicien, diplômé du corps des Mines de Paris et de Paris 1 Panthéon Sorbonne, est un économiste français. Il enseigne à Dauphine, à Mines ParisTech et PSL-Research University.

Auteur de nombreux ouvrages qui ont fait date. On peut citer entre autres : L’inégalité du monde, Le commerce des promesses, L’industrie française décroche-t –elle ? Il vient de terminer son dernier ouvrage  « L’homme Inutile  – Du bon usage de l’économie ».

Il nous explique son point de vue sur le « Bon usage de l’économie ».

 

L’auteur nous explique ce qu’il entend par faire un bon usage de l’économie. Le bon usage de l’économie commence par la distinction de trois étapes :

La première étape est analytique et prospective.

Elle consiste à construire des modèles de la situation, à les calibrer sur la réalité et on s’appuie sur ces modèles pour faire des prévisions.

Cette étape se contente de dire ce qui va se passer si on continue à faire ce que l’on fait.

La deuxième étape consiste à répondre à la question « La direction prise est-elle la bonne ? ». Cette étape est un moment politique, de choix de l’objectif que doivent se fixer les politiques économiques. C’est un moment de choix collectif, fondamentalement politique.

La troisième étape est une étape de préconisations : voilà ce qu’il faut faire, en fonction du choix de l’objectif.

Si chaque économiste prenait  soin de distinguer ce qu’il dit dans la première étape,  à quel objectif il se réfère, pour ensuite préconiser c’est-à-dire  séparer par un temps politique, l’analyse de la préconisation : on aurait fait un grand pas dans le bon usage de l’économie..

Confronter les modèles

L’objet  véritable de l’économie n’est pas la croissance de la richesse moyenne  ou de la richesse de chacun. Le véritable objet, ce sont les inégalités dans l’accès aux biens économiques. Parce que la pauvreté, comme la richesse sont relatives. Ce qui est essentiel c’est le partage des richesses créées collectivement. Pierre Noël Giraud considère que c’est un point très important qui évite des faux débats, tels que la croissance ou la décroissance, que l’on ne sait pas mesurer.

Il précise qu’il faut centrer l’économie sur les véritables problèmes qu’elle doit analyser, éclairer et non pas trancher et que cette démarche fait partie du bon usage de l’économie.

0 commentaire

Commenter