PIB

Le Produit Intérieur Brut (PIB) est un indicateur économique qui permet de mesurer les richesses créées dans un pays au cours d’une période donnée.

PIB

Il est utilisé pour mesurer la « croissance économique » d’un pays. Mais son utilisation est parfois remise en cause.

Le PIB : qu’est-ce que c’est ?

Le PIB correspond à la somme des valeurs ajoutées générées par les différents secteurs institutionnels :

  • les entreprises,
  • les associations,
  • les collectivités publiques,
  • les ménages,
  • les associations à but non lucratif.

Plus précisément, le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées à laquelle s’ajoute la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les droits de douane appliqués aux importations diminués des subventions.

Comment le PIB est-il évalué ?

L’Insee évalue le PIB de manière comptable : c’est la somme de la valeur finale des biens et services (consommation et investissement) augmentée de la valeur des exportations diminuée de celle des importations. Le PIB est alors composé des éléments suivants :

  • Les dépenses de consommation finale : elles correspondent aux dépenses réalisées par les ménages, les administrations publiques et les institutions sans but lucratif au service des ménages  pour acquérir des  biens et des  services destinés à la satisfaction de leurs besoins. Ces biens et services sont considérés comme consommés au moment de leur achat même si leur utilisation est durable (une voiture par exemple) et ne sont pas stockés ;
  • La formation brute de capital fixe :elle correspond à la différence entre les acquisitions et les cessions d’ actifs fixes   Définition Il s’agit d’un « actif corporel ou incorporel résultant d’un processus de production utilisé de façon répétée ou continue dans d’autres processus de production pendant au moins un an ».
    (Source Insee)
    réalisés par les producteurs résidents c'est-à-dire l’investissement réalisé par l’ensemble des secteurs institutionnels ;
  • La variation de stock : elle correspond à la différence de valeur entre les entrées et les sorties de biens (matières premières, produits semi-finis ou finis). Si cette variation de stock est positive (entrées > sorties) alors elle contribue à augmenter le PIB. À l’inverse, si la variation de stock est négative (sorties > entrées) elle a pour effet de diminuer le PIB.;
  • Les acquisitions nettes et cessions d’objets de valeur : elles correspondent à l’acquisition ou à la cession (dans l’espoir d’une plus-value) de biens de valeurs tels que des bijoux des antiquités ou encore des œuvres d’art. Ce poste n’apparait que très rarement dans les analyses car son poids est marginal ;
  • Le solde des échanges extérieurs : il correspond à la différence entre les importations (l’ensemble des biens et services entrant sur notre territoire en provenance d’un autre pays) et les exportations (l’ensemble des biens et services sortant de notre territoire en direction d’un autre pays).Si le solde des échanges extérieurs est inférieur à 0 (on importe plus qu’on n’exporte), le PIB diminue et inversement si le solde des échanges extérieurs est supérieur à 0 (on exporte plus qu’on importe).

En volume ou en valeur ?

Le PIB peut être évalué en volume ou en valeur. En valeur, on parle du PIB nominal, c'est-à-dire non corrigé de l’ inflation   Définition Hausse continue du niveau général des prix. Pour mesurer le taux d'inflation on utilise, la plupart du temps, l'indice des prix à la consommation.
. À l’inverse, en volume, on parle du PIB réel. Il est alors corrigé de l’inflation.

En 2014, le PIB français s’élevait à 2 132,4 milliards d’euros en valeur et à 2 060,9 milliards d’euros en volume.

PIB annuel

Le PIB et ses composantes en 2014 (en milliards d'euros)

 

en valeur

en volume

Dépenses de consommation finale

1 679,5

1 640,9

Formation Brute de Capital Fixe (FBCF)

462,4

443,2

Variation de stock *

10,1

13,3 

Importations

651,1

630,1

Exportations

611,8

593,6

Solde des échanges extérieurs

- 39,3

- 36,5

TOTAL

2 132,4

2 060,9

* y compris les acquisitions moins les cessions nettes d'objets de valeur, mesurées en contribution
Source : Insee, comptes nationaux base 2010

Comme on le voit dans ce tableau, les dépenses de consommation finale des ménages, des administrations publiques et des institutions sans but lucratif représentent environ 80 % de la valeur du PIB.

Les données du PIB sont régulièrement révisées par l’Insee. Une étude du Sénat réalisée en 2008 estime que les valeurs effectives des composantes du PIB de l’année N sont seulement connues en N+3. Autrement dit, les données fournies ci-dessus pourront être modifiées au cours des trois prochaines années.

Quelques comparaisons internationales

Le PIB reste l’indicateur le plus utilisé pour illustrer la croissance économique et peut être utile pour comparer les performances économiques de différents pays (voir graphique ci-dessous).

Volume du PIB

En 2014, le PIB des États-Unis est de 17 419 milliards de dollars. Il est presque quatre plus important que celui du Japon (4 601 milliards de dollars) et près de cinq fois plus élevé que le PIB britannique ou français qui se montent respectivement à 2 941 et 2 829 milliards d’euros. A noter qu’en 2014 la France a cédé sa place de cinquième PIB mondial au profit du Royaume-Uni.

Une mesure contestée

Bien qu’utile pour mesurer la croissance et effectuer des comparaisons internationales, cet indicateur est souvent contesté. On lui reproche notamment de prendre en compte uniquement l’activité économique sans s’intéresser aux données sociales, environnementales ou encore au bien-être des individus. C’est notamment sur ce point qu’il a été le plus décrié puisque la mesure du bien-être de la population ne peut pas être uniquement appréhendée par une comptabilisation des richesses créées surtout lorsqu’il s’agit de mesurer la pauvreté ou encore les inégalités sociales.
D’autres indicateurs ont alors été développés comme l’ Indice de Développement Humain (IDH) par exemple. Cet indicateur prend en compte l’espérance de vie, le niveau d’éducation et le PIB par habitant pour évaluer le bien-être collectif d’un pays et va donc au-delà de la simple mesure de la production économique.

Créé le 01 mars 2013 - Dernière mise à jour le 15 novembre 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
2 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
L’équipe de l’IEFP, publié le 27/11/2015 11:08

Bonjour,

En 2013, les versements des pensions civiles et militaires ont atteint 50,2 milliards d’euros. Les cotisations salariales prélevées au titre des retraites des fonctionnaires se sont quant à elles élevées à 5,5 milliards d’euros cette même année, ce qui représente un peu plus de 10 % du total des recettes du régime des pensions de retraites civiles et militaires de l’Etat.

Meilleures salutations.

L'Equipe de Lafinancepourtous.com

Fonfon , publié le 27/11/2015 08:38

Bonjour
Question : quel est le montant de la charge correspondant aux pensions des retraités fonctionnaires dans le budget de l'Etat.
En contrepartie combien rapportent les cotisations salariales pour la seule part retraite, prélevés sur les salaires des fonctionnaires ?
Merci

Noter cet article
  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 4.7

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
QUESTIONS/RÉPONSES Posez votre question
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !