Réserves de change

la finance pour tous

Les réserves de change sont des avoirs détenus par les banques centrales ou les États en monnaies étrangères ou en or.

Réserves de change de la France (fin janvier 2022) : 224,5 milliards d’euros (dont 125,7 milliards d’euros en or)

Les réserves de change sont des réserves en monnaies étrangères ou en or détenues par les Banques centrales. Leur importance économique varie fortement selon la situation des différents pays.

L’utilité des réserves de change

Si un pays présente un déficit commercial (importations supérieures aux exportations), il doit trouver un moyen de financer ce déficit. Ce financement peut se faire en contractant de la dette auprès des autres pays, ou en vendant des actifs domestiques (actions, immobilier…). Un autre moyen de payer les importations est de puiser dans ses réserves, en l’occurrence les réserves de change.

On peut, en simplifiant les raisonnements, comparer un pays à une personne. Une personne qui dépense plus qu’elle n’a de revenus, comme un pays en situation de déficit commercial, peut emprunter les sommes nécessaires pour payer ses dépenses, vendre une partie de son patrimoine ou puiser dans son épargne.

Si un pays se trouve dans une situation dans laquelle les autres pays ne veulent plus financer son déficit commercial (par crainte de ne pas être remboursé par exemple) et qu’il a épuisé ses réserves de change, il se trouve face à une situation de crise de la balance des paiements. Dans ce cas, il doit réduire ses importations car il n’a plus les moyens de les payer (cela peut se traduire par une dévaluation de la monnaie qui rend les importations plus chères ou par une baisse des dépenses publiques qui limite la consommation donc les importations). Une telle situation s’accompagne alors d’un plongeon de la consommation et de l’investissement, donc d’une baisse de la croissance et d’une hausse du chômage.

Si l’on compare un pays avec une personne, une crise de la balance des paiements serait une situation dans laquelle une personne dépense plus qu’elle n’a de revenu mais qu’elle ne trouve plus de prêteur et qu’elle a épuisé toute son épargne. Dans ce cas, cette personne est contrainte de diminuer brutalement sa consommation.

Les réserves de change sont donc une épargne permettant à un pays de continuer à importer malgré les aléas du commerce international.

Réserves de change et taux de change

Les réserves de change peuvent permettre de stabiliser les taux de change. En effet, le taux de change est le prix d’une monnaie exprimé dans une autre monnaie, par exemple 1 € = 1,13 $. Comme tous les prix, le taux de change varie en fonction de l’offre et de la demande de monnaie. Si par exemple l’euro est très demandé sur le marché des changes, son cours s’apprécie relativement aux autres monnaies.

En utilisant ses réserves de change, une banque centrale peut influer sur les taux de change. Par exemple, si la Banque Centrale Européenne vend des dollars qu’elle a en réserve et rachète des euros, cela conduit à une appréciation de l’euro par rapport au dollar.

C’est ainsi que, en jouant sur ses réserves de change, une banque centrale peut maintenir un taux de change fixe par rapport aux autres monnaies. Dans le cas de taux de changes variables, majoritaires aujourd’hui, une banque centrale peut intervenir momentanément pour soutenir la valeur de sa monnaie en utilisant ses réserves de change.

Comment les réserves de change arrivent-elles à la banque centrale ?

Quand une entreprise exporte, par exemple aux États-Unis, elle reçoit des dollars en paiement. Au moment où elle les change en monnaie nationale, ces dollars peuvent être rachetés par la banque centrale contre sa monnaie nationale. L’entreprise exportatrice reçoit donc sa monnaie domestique dans laquelle elle pourra payer ses impôts et ses salaires, et la banque centrale a augmenté ses réserves de change en dollars.

L’importance des réserves de change varie fortement selon la situation des pays. Par exemple, les pays dont le taux de change est considéré comme stable, (par exemple les États-Unis ou les pays de la zone euro) ont généralement peu de réserves de change, tout simplement parce qu’ils n’en ont pas besoin pour soutenir la valeur de leur monnaie.

Qui possède le plus de réserves de change ?

Les pays en développement ont, ces dernières années, amassé d’importantes réserves de change.

Suite aux crises récurrentes de balances des paiements et de change ayant frappé plusieurs pays en développement dans les années 1990 (Mexique, Asie du sud-est…), de nombreux pays ont cherché à amasser le plus possible de réserves de change pour se prémunir contre ce type de crises.

Cependant, augmenter considérablement le niveau des réserves de change n’est pas nécessairement une bonne chose pour un pays. Cela revient à limiter ses importations, donc sa consommation, de façon à dégager une épargne (généralement en dollars). Cette épargne sera ensuite placée (souvent aux États-Unis), principalement en titres de dette publique qui sont actuellement faiblement rémunérés.

Autrement dit, quand un pays accumule de grandes réserves de change, la situation est un peu la même que celle d’un individu qui se « serrerait la ceinture » pour dégager une épargne placée à des taux très faibles. Il n’est pas certain que cette stratégie soit la plus pertinente en termes de politiques économiques.

    89 commentaires sur “Réserves de change”
    1. Madame, Monsieur, pourquoi un pays préfère être payé en monnaie nationale plutôt qu’en monnaie étrangère ? Qu’est-ce qui change ? Exemple pour des transactions entre une société américaine et la France, pourquoi les États-Unis préfèreront être payés en dollars plutôt qu’en euros ? Dans l’attente de vous lire, je vous remercie d’avance. Salutations distinguées. Cordialement.

      1. Bonjour,
        Une société exportatrice peut préférer être payée dans sa monnaie nationale, car c’est dans cette monnaie qu’elle effectuera ses propres paiements (loyer, salaires, impôts, etc.). Il est donc plus pratique pour elle de recevoir des paiements directement en monnaie domestique. De plus, le fait d’être payé dans sa propre monnaie évite à la société de devoir prendre des dispositions pour réduire le risque de change. Pour des sociétés établies dans des pays où la monnaie est moins stable que le dollar ou l’euro, il peut toutefois y avoir un intérêt à être payé dans une autre devise.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Bonjour et merci pour votre article très éclairant. On entend souvent dire qu’un excédent du commerce extérieur s’accompagne souvent (j’ignore si on peut dire toujours) d’une accumulation de réserves de change (réserves en devises) de la part de la banque centrale du pays concerné. Par exemple, quand la Russie enregistre un excédent commercial, la banque centrale russe peut en profiter pour accumuler des réserves en euros ou en dollars – ou en or, comme ce fut le cas ces dernières années. Mais quel est le mécanisme exactement ?
      Pour me permettre de comprendre mieux, je vous propose un exemple. La société Gazprom établie à Saint-Pétersbourg vend du pétrole à une société allemande, par exemple. Mettons qu’elle détient un compte en banque à Berlin, en plus de son compte à Saint-Pétersbourg. La société allemande règle Gazprom par virement.
      Scénario 1
      Gazprom accepte d’être payé en euros ; dans ce cas, la société allemande virera 500 000 €, par exemple, le compte en banque de Gazprom à Berlin sera crédité de 500 000 €.
      Scénario 2
      Gazprom souhaite être payé en rouble ; dans ce cas, si la parité est de 1 € = 100 ₽, elle recevra 5 000 000 ₽ (en ignorant les frais de change) sur son compte en banque russe.
      La société Gazprom établie à Saint-Pétersbourg vend du pétrole à une société allemande, par exemple. Mettons qu’elle détient un compte en banque à Berlin, en plus de son compte à Saint-Pétersbourg. La société allemande règle Gazprom par virement.
      Est-ce que, dans le scénario 2, c’est tout simplement le fait que Gazprom vendra 500 000 € sur le marché des changes et que l’acheteur de ces 500 000 € peut être (n’est pas nécessairement) la banque centrale russe ? Auquel cas la banque centrale russe accroît ses réserves d’euros de 500 000 (et diminue ses réserves de roubles de 5 000 000) ? Est-ce bien ce processus ?
      Merci énormément.

      1. Bonjour,

        Lorsqu’une entreprise exporte un bien, dans votre cas vers l’Allemagne, elle reçoit des euros en paiement. La société les change ensuite en monnaie nationale, c’est-à-dire ici en roubles, afin de pouvoir procéder à ses paiements (salaires, impôts, etc.). A ce moment, les euros vendus par la société peuvent être rachetés par la Banque centrale contre sa monnaie nationale. C’est de cette manière que la Banque centrale peut augmenter ses réserves de change (ici en euros).

        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    3. Bonjour, dans un cas où les réserves de change d’un pays seraient presque épuisées et donc au bord du défaut sur sa dette souveraine (ex : Sri Lanka) est-ce que la banque centrale du pays en question a autorité sur toutes les banques commerciales en interdisant par exemple la sortie de dollars ? Même si par exemple, la banque (locale ou succursale d’une banque étrangère) s’était engagée à financer une importation en dollars pour son client dans le cadre d’une lettre de crédit. Merci à vous.

      1. Bonjour,
        Nous ne pouvons pas vous répondre sur le cas spécifique du Sri Lanka. D’une manière générale, les autorités monétaires ont, toutefois, la possibilité d’instaurer un contrôle des capitaux. Des recherches montrent que la mise en place d’un tel contrôle, combiné à des interventions via les réserves de change, peut permettre de mieux gérer un choc extérieur (cf. par exemple, https://publications.banque-france.fr/doit-utiliser-ensemble-les-controles-des-capitaux-et-les-reserves-de-change-face-aux-chocs). Si les réserves de change du pays que vous étudiez sont épuisées, les possibilités de « sortie de crise » sont limitées.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    4. Bonjour,
      Prenons un pays, par ex en développement, avec des réserves de change, et des problèmes (emprunter est difficile, covid, inflation etc). Y a-t il un impact des taux d’intérêt de la FED (ça va monter!) ou de la BCE (peut être aussi?) sur ses réserves de change ? Est-ce qu’il y a des canaux ou liens à faire entre par exemple inflation et réserves de change, ou entre taux d’intérêts et réserves ? Si je suis la banque centrale de ce pays, je vois comment la FED peut m’impacter, mais pas ce que je peux ou dois faire avec les réserves de change.
      Un éclairage ?
      Merci.

      1. Bonjour,

        La politique monétaire par la Réserve Fédérale a effectivement un impact fort sur les pays émergents. Tout d’abord, les réserves de change sont, le plus souvent, constituées de bons du Trésor américain dont la valeur fluctue en partie sous l’effet des variations des taux d’intérêt. Il ne s’agit, toutefois, pas du point le plus important pour la majorité des pays émergents. Faute de disposer d’une épargne domestique suffisante, ces derniers empruntent largement en dollars sur les marchés financiers internationaux et dépendent donc, dans une certaine mesure, des conditions de financement qui sont, à leur tour, en partie déterminées par la politique monétaire américaine. Lorsque la politique monétaire américaine devient plus restrictive, comme c’est le cas actuellement, il est « mécaniquement » plus coûteux pour les pays émergents d’emprunter en dollars. Une solution pour les pays émergents pourrait être de limiter l’endettement extérieur, mais l’apport de capitaux extérieurs est souvent un facteur important dans le développement du pays.

        Meilleures salutations,

        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

89 commentaires

Commenter