Réserves de change

la finance pour tous

Les réserves de change sont des avoirs détenus par les banques centrales ou les Etats en monnaies étrangères ou en or.

Réserves de change de la France en janvier 2020 : 182 milliards d’euros (soit environ 11 % de la dette publique)

Les réserves de change sont des réserves en monnaies étrangères ou en or détenues par les banques centrales. Leur importance économique varie fortement selon la situation des différents pays.

L’utilité des réserves de change

Si un pays présente un déficit commercial (importations supérieures aux exportations), il doit trouver un moyen de financer ce déficit. Ce financement peut se faire en contractant de la dette auprès des autres pays, ou en vendant des actifs domestiques (actions, immobilier…). Un autre moyen de payer les importations est de puiser dans ses réserves, en l’occurrence les réserves de change.

On peut, en simplifiant les raisonnements, comparer un pays à une personne. Une personne qui dépense plus qu’elle n’a de revenus, comme un pays en situation de déficit commercial, peut emprunter les sommes nécessaires pour payer ses dépenses, vendre une partie de son patrimoine ou puiser dans son épargne.

Si un pays se trouve dans une situation dans laquelle les autres pays ne veulent plus financer son déficit commercial (par crainte de ne pas être remboursé par exemple) et qu’il a épuisé ses réserves de change, il se trouve face à une situation de crise de la balance des paiements. Dans ce cas, il doit réduire ses importations car il n’a plus les moyens de les payer (cela peut se traduire par une dévaluation de la monnaie qui rend les importations plus chères ou par une baisse des dépenses publiques qui limite la consommation donc les importations). Une telle situation s’accompagne alors d’un plongeon de la consommation et de l’investissement, donc d’une baisse de la croissance et d’une hausse du chômage.

Si l’on compare un pays avec une personne, une crise de la balance des paiements serait une situation dans laquelle une personne dépense plus qu’elle n’a de revenu mais qu’elle ne trouve plus de prêteur et qu’elle a épuisé toute son épargne. Dans ce cas, cette personne est contrainte de diminuer brutalement sa consommation.

Les réserves de change sont donc une épargne permettant à un pays de continuer à importer malgré les aléas du commerce international.

Réserves de change et taux de change

Les réserves de change peuvent permettre de stabiliser les taux de change. En effet, le taux de change est le prix d’une monnaie exprimé dans une autre monnaie, par exemple 1 € = 1,13 $. Comme tous les prix, le taux de change varie en fonction de l’offre et de la demande de monnaie. Si par exemple l’euro est très demandé sur le marché des changes, son cours s’apprécie relativement aux autres monnaies.

En utilisant ses réserves de change, une banque centrale peut influer sur les taux de change. Par exemple, si la Banque Centrale Européenne vend des dollars qu’elle a en réserve et rachète des euros, cela conduit à une appréciation de l’euro par rapport au dollar.

C’est ainsi que, en jouant sur ses réserves de change, une banque centrale peut maintenir un taux de change fixe par rapport aux autres monnaies. Dans le cas de taux de changes variables, majoritaires aujourd’hui, une banque centrale peut intervenir momentanément pour soutenir la valeur de sa monnaie en utilisant ses réserves de change.

Comment les réserves de change arrivent-elles à la banque centrale ?

Quand une entreprise exporte, par exemple aux Etats-Unis, elle reçoit des dollars en paiement. Au moment où elle les change en monnaie nationale, ces dollars peuvent être rachetés par la banque centrale contre sa monnaie nationale. L’entreprise exportatrice reçoit donc sa monnaie domestique dans laquelle elle pourra payer ses impôts et ses salaires, et la banque centrale a augmenté ses réserves de change en dollars.

L’importance des réserves de change varie fortement selon la situation des pays. Par exemple, les pays dont le taux de change est considéré comme stable, (par exemple les Etats-Unis ou les pays de la zone euro) ont généralement peu de réserves de change, tout simplement parce qu’ils n’en ont pas besoin pour soutenir la valeur de leur monnaie.

Qui possède le plus de réserves de change ?

Les pays en développement ont, ces dernières années, amassé d’importantes réserves de change.

Suite aux crises récurrentes de balances des paiements et de change ayant frappé plusieurs pays en développement dans les années 1990 (Mexique, Asie du sud-est…), de nombreux pays ont cherché à amasser le plus possible de réserves de change pour se prémunir contre ce type de crises.

Cependant, augmenter considérablement le niveau des réserves de change n’est pas nécessairement une bonne chose pour un pays. Cela revient à limiter ses importations, donc sa consommation, de façon à dégager une épargne (généralement en dollars). Cette épargne sera ensuite placée (souvent aux Etats-Unis), principalement en titres de dette publique qui sont actuellement faiblement rémunérés.

Autrement dit, quand un pays accumule de grandes réserves de change, la situation est un peu la même que celle d’un individu qui se « serrerait la ceinture » pour dégager une épargne placée à des taux très faibles. Il n’est pas certain que cette stratégie soit la plus pertinente en termes de politiques économiques.

    42 commentaires sur “Réserves de change”
    1. Quelle est la signification simple de réserves de change pour une pays ou une économie donnée ? Soyez concret et appuyez par deux exemples.

      1. Bonjour,
        Comme indiqué ci-dessus, les réserves de change sont des réserves en monnaies étrangères ou en or détenues par les banques centrales. On estime, par exemple, que la Chine détient actuellement l’équivalent de plus de 3 000 milliards de dollars en réserves de change.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. bonjour, j’ai une question: Quelle est la devise que la BAM achètera comme réserve de valeur dans le cas de Maroc? avec une justification s’il vous plait.

      1. Bonjour,
        Il est bien difficile de prévoir les futures mesures de politique monétaire adoptées par une Banque centrale en général. Certaines décisions et délibérations des Banques centrales sont, en effet, tenues secrètes le plus longtemps afin de ne pas influencer les anticipations sur les marchés financiers. Compte-tenu de la spécificité marocaine en matière de taux de change et notamment de l’instauration d’un régime de change fixe avec bandes de fluctuation à partir de janvier 2018, il est, toutefois, probable que la Banque centrale du Maroc se tourne vers le dollar et l’euro pour constituer des réserves de change. Outre leur caractère de valeur refuge en temps de crise, ces deux devises pourraient être utilisées dans le cadre de la régulation des fluctuations de change par la BAM.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    3. Bonjour

      Lorsque vous dites « financer le défict », il s’agit d’un abus de langage. La véritable opération pour une banque centrale est celle de réguler le taux de change avant de se soucier des conséquences d’un déficit commercial.

      Meilleures salutations

      1. Bonjour,
        Il s’agit effectivement d’un raccourci de langage. Du reste, une Banque centrale dispose de nombreux instruments pour parvenir à ses objectifs, le plus souvent définis en termes de croissance économique, d’inflation ou de stabilité du taux de change. Dans certaines conditions précises, une intervention sur le taux de change peut avoir un impact sur le solde extérieur, ce qui peut être recherché par les autorités.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    4. j’ai une préoccupation, que se passe-t-il lors qu’un pays qui d’abord connait une baisse d’exportation, ce donne le luxe de puiser dans ses reverves de change qui en occurence n’est pas supérieur à deux semaines pour financer de projets hors exercice budgétaire. quelles conséquences ?

      1. Bonjour,
        Tout dépend du régime de change du pays déterminé. En toute vraisemblance, la situation que vous décrivez se traduira par une dépréciation (en cas de changes flexibles) ou une dévaluation (en cas de changes fixes) de la devise du pays concerné.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,
        Les liens entre monnaie fiduciaire et réserves de change sont ténus. Une augmentation des réserves de change se traduit, a priori, par un gonflement du bilan de la Banque Centrale. Par exemple, lorsque la Banque Centrale procède à des opérations de change consistant à vendre la monnaie « domestique » et acheter des actifs en devises étrangères, les avoirs de réserve et la monnaie banque centrale augmentent dans les mêmes proportions. La Banque Centrale peut toutefois mener des opérations de change dites « stérilisées », via lesquelles elle neutralise les effets de son intervention sur la monnaie banque centrale.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    5. Bonjour,
      j’ai deux préoccupations s’il vous plaît
      -comment la banque centrale joue-t-elle sur les reserves de changes pour maintenir un taux de changes fixe par rapport aux autres monnaies?
      -pourquoi les pays comme les E-U ou les pays de la zone euro n’ont pas besoin de reserves de changes pour soutenir la valeur de leur monnaie?

      1. Bonjour,
        La Banque Centrale peut utiliser ses réserves de change pour maintenir un certain taux de change. Par exemple, afin d’obtenir une appréciation de l’euro (ou le maintien de sa parité, dans un contexte de tendance à la dépréciation), la Banque Centrale Européenne peut vendre des dollars pour acheter des euros sur le marché des changes, c’est-à-dire offrir des dollars et demander des euros. La plupart des Banques Centrales dans le monde disposent de réserves de change. Les dernières données pour la BCE sont par exemple disponibles icihttps://www.ecb.europa.eu/stats/balance_of_payments_and_external/international_reserves/templates/html/202004ecb.en.html. L’utilisation concrète de ces réserves de change dépend toutefois d’objectifs et de politiques propres à chaque Banque Centrale.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    6. Bonjour
      J’ai deux requêtes s’il vous plaît:
      -comment maintenir un taux de change fixe en jouant sur les reserves de change?
      -Pourquoi les pays dont le taux de change est considéré comme stable n’ont pas besoin de réserves de change pour soutenir la valeur de leur monnaie?

    7. Bonjour.

      Pourquoi vouloir « financer le déficit » ? Il y a trop peu d’informations sur ce sujet.
      Je m’explique :

      on sait que :
      le déficit est égal aux exportations moins les importations. De là, on peut déjà conclure, qu’une partie des importations, est finnancée par les exportations, lorsqu’un pays connaît un déficit commercial.
      On en déduit donc que le fait de parler de déficit revient à parler d’une partie de la monnaie prisonnière à l’étranger.

      Ainsi, on peut se demander, quels impacts cela va avoir de financer le déficit commercial, c’est-à-dire, « contracter de la dette », « vendre des actifs » ou « puiser dans des résèrves de change ». ça n’a pas de sens, ça n’apporte absoluement rien de vouloir combler le trou en se procurrant plus de devises étrangères. Pourquoi ne pas simplement laisser courrir le déficit et attendre qu’il se résorble par lui même.

      à l’exemple de la france, on ne trouve rien s’agissant de la banque de France qui parle de dette ou de ventes d’actifs.
      pourquoi contracter de la dette ou vendre des actifs pour équilibrer la balance ?

      1. Bonjour,
        Quand vous parlez de monnaie « prisonnière à l’étranger », cela revient à financer le déficit courant. En effet, cette monnaie est détenue par un agent étranger, il y a donc bien un actif qui a changé de propriétaire.
        La balance des paiements représente un équilibre comptable. Si un pays importe plus qu’il n’exporte (déficit du compte courant pour faire simple), il doit bien payer ce déficit commercial, ce qui se retrouve comptablement dans l’excédent du compte financier.
        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

        1. bonjour, tout ceci reste assez hermétique à comprendre pour moi… s’il existait une monnaie unique mondiale, ce déficit de la balance des paiement n’existerait pas…? donc n’est-ce-pas fictif ?
          Le terme de déficit me semble impropre.. on ne parle pas de déficit entre ce que produit et ce que vend une région française, région PACA par exemple..? la notion de déficit s’applique à une entreprise, pas à une région géographique ? Peu importe que l’entreprise achète ses produits en France ou l’étranger si elle équilibre son P&L avec son chiffre d’affaire ?

          1. Bonjour,
            S’il n’existait qu’une seule grande zone économique mondiale, construire une balance des paiements (qui retrace les opérations économiques entre un pays et le reste du monde) n’aurait effectivement aucun sens. En dehors de ce cas très hypothétique, on parle de « déficit commercial » lorsque le solde commercial est négatif, c’est-à-dire que le montant des importations d’un pays est supérieur à celui de ses exportations. On se situe alors à l’échelle de l’Etat et non d’une entreprise.
            Meilleures salutations,
            L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    8. je ne comprend pas le fait que certains pays ont leur monnaie à l’intérieur plus évalué qu’à l’éxterieur comme le kuweit.
      comment une devise peut devenir plus forte sur le marché internationale?

      1. Bonjour,
        Nous ne comprenons pas ce que vous voulez dire par une monnaie qui est « à l’intérieur plus évaluée qu’à l’extérieur ». Pour répondre à votre seconde question, une devise est forte quand elle est demandée sur le marché des changes (une hausse de la demande conduit à une hausse du prix).

        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    9. Bonsoir
      Merci pour ce cours très intéressant. J’ai cependant une question. Est-ce que l’affirmation suivante est vraie ? : A l’exception de la Réserve fédérale américaine, de la Banque centrale européenne et de la Banque d’Angleterre, aucune autre banque centrale ne peut empêcher une dévaluation de sa monnaie si le marché y croit fermement.
      Merci pour votre réponse

      1. Bonjour,
        Selon nous, les trois banques centrales que vous citez sont parmi les plus importantes du monde, mais d’autres banques centrales (Japon, Australie, Canada…) peuvent agir de façon similaire à la BCE ou à la Banque d’Angleterre par exemple. De plus, il nous parait excessif de dire que ces trois banques ont un pouvoir tel qu’elles peuvent éviter toute dépréciation de leur monnaie. Par exemple, si les investisseurs se détourneraient de l’euro, celui-ci verrait sa valeur baisser. La BCE pourrait certes agir pour soutenir l’euro par exemple en augmentant les taux d’intérêt ou en utilisant ses réserves de change (si tant est que la BCE puisse le faire étant donné son mandat), mais elle n’a pas de pouvoir tel qu’elle peut systématiquement empêcher une dépréciation de l’euro si le sentiment des investisseurs devient très négatif à l’égard de cette devise.
        Pour répondre à votre question, nous sommes donc plutôt en désaccord avec votre affirmation.

        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

42 commentaires

Commenter

Répondre à L'Equipe de l'IEFP

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.