Le mécanisme de compensation

la finance pour tous

Au quotidien, nous réalisons régulièrement des échanges d’argent avec des amis pour faire nos comptes après des vacances, une fête ou au sein d’une colocation par exemple. Mais nous ne remboursons pas, ou nous ne nous faisons pas rembourser chaque dépense effectuée. Nous notons ce que chacun doit et ce qu’il dépense, et ce n’est que le solde, positif ou négatif selon les cas, qui fait l’objet d’un échange financier. On fait ce qu’on appelle une compensation (des + et des -, des recettes et des dépenses…) pour ne régler que la différence. Si la compensation se réalise assez naturellement à 2, elle devient plus difficile à plusieurs. Elle nécessite la construction d’un tableau à double entrée avec d’un côté la nature des dépenses réalisées et de l’autre côté les personnes qui ont participé à ces dépenses. Le tableau est rempli du montant des achats de chacun.

Mecanisme de compensation

Pour les banques qui doivent gérer les milliers de transactions financières de leurs clients, c’est la chambre de compensation, gérée par la Banque de France, qui organise le mécanisme de compensation.

Ainsi, quotidiennement, les banques s’échangent les chèques remis par leurs clients, au sein de cette chambre de compensation, aujourd’hui informatisée, qui a pour objectif de calculer les soldes nets des opérations. Elle effectue par la suite les règlements correspondant à ces soldes sur les comptes de chaque banque dont elle assure la tenue.

Mecanisme de compensation entre les banques

A l’issue de la séance de compensation, les banques se retrouvent sur le marché interbancaire, pour financer les déficits ou placer les excédents. Elles peuvent également s’adresser à la Banque Centrale si elles ne peuvent satisfaire leurs besoins sur ce marché ou si les conditions sont plus avantageuses.

La Banque Centrale agit ainsi sur le coût de l’argent en régulant les taux d’intérêt. Cette intervention est un des moyens d’application de la politique monétaire décidée aujourd’hui par La Banque Centrale Européenne.

 

0 commentaire

Commenter