Patrimoine

Qu'est ce qu'un patrimoine ?

Le mot vient du latin « patrimonium », « ce qui vient du père ». Le terme s’applique à différents domaines. On parle de patrimoine culturel d’une ville, d’un pays ou de l’humanité, de patrimoine génétique d’un individu ou d’une espèce.

Les biens que l’on possède

S’agissant du champ économique et financier, le sens est devenu plus large que le seul héritage paternel. Le patrimoine d’un individu ou d’une famille est l’ensemble des biens sur lesquels celui-ci ou celle-ci peuvent faire valoir un titre de propriété ou un droit et qui peuvent être vendus. Même si l’héritage en demeure fréquemment une source, un patrimoine se constitue aussi avec les biens que l’on acquiert soi-même.

Les actifs immobiliers et financiers

Les biens qui composent le patrimoine sont appelés des « actifs ». Ce peut être :

  • des propriétés foncières ou immobilières (terrain, logement, maison...)
  • des biens professionnels (entreprise personnelle, fonds de commerce, charge de profession libérale ...)
  • des placements financiers (dépôt bancaire, compte épargne, actions ou part de fonds collectif...). On désigne l’ensemble des actifs financiers possédés par quelqu’un par le terme de « portefeuille »
  • des meubles, des équipements ménagers, des véhicules...
  • des objets d’arts ou de collection...

Il faut y ajouter des droits tels que les brevets, les droits d’auteurs, les droits d’usufruit. Les droits à percevoir dans le futur une pension de retraite, obtenus par les cotisations sociales, devraient être considérés également comme des éléments de patrimoine d’un individu. On ne le fait pas. Mais on doit comptabiliser dans son patrimoine les droits à pension acquis dans le cadre d’un plan d’épargne retraite individuel.

Moins les dettes... et les devoirs

En général on ne possède pas seulement des biens. On a aussi des dettes. Et souvent ces dettes servent à acheter un bien qui accroît son patrimoine (par exemple effectuer un emprunt pour acheter sa résidence principale)...Inversement, on peut avoir des « obligations», par exemple une obligation de verser une pension alimentaire en cas de divorce...

Si on ne compte que les biens possédés on évalue ce que l’on appelle son patrimoine brut. Si on enlève les dettes et les devoirs on évalue son patrimoine net, ce qui constitue la véritable mesure de la « richesse » à un moment donné.

Patrimoine brut = Actifs + Droits

Patrimoine net = (Actifs + Droits) – (Dettes + Devoirs)

Des biens durables

Les biens qui composent le patrimoine sont des « biens durables », dont l’usage se répartit sur une durée supérieure à l’année. Ce que vous avez dans votre réfrigérateur ne fait pas partie de votre patrimoine. Le réfrigérateur oui... si tant est qu’il vaut encore quelque chose à la vente.

Evalués au prix du marché

En effet, la valeur d’un patrimoine est celle du prix de marché à un instant donné des biens qui le composent. Des hausses de prix sur l’immobilier ou sur le cours des actions, contribuent à une augmentation de votre patrimoine, si vous possédez de tels biens. Et inversement si les prix baissent. Il faut cependant prendre garde à ce que cet enrichissement (ou cet appauvrissement) n’est que « potentiel », tant que le bien n’est pas effectivement vendu. Et l’enrichissement dépendra également de votre capacité à trouver des actifs de remplacement moins chers ou plus intéressants.

Deux fonctions

Les biens patrimoniaux peuvent avoir deux fonctions. Certains permettent la satisfaction d’un besoin ou d’un plaisir, par exemple le logement, les meubles, la voiture... D’autres rapportent des revenus, les « outils de travail » , les propriétés foncières, les actifs financiers, les droits de propriété intellectuelle. Parfois les deux se mêlent : les meubles, le tableau que l’on possède peuvent prendre de la valeur ; les livres ou les disques devenir collection...

Le patrimoine est au total un ensemble complexe fait de filiation, d’histoire personnelle et familiale, de calcul économique et d’échanges, avec parfois de grands écarts entre la valeur affective que l’on attribue à un bien et celle que lui reconnaît le marché.

Fortune

Le mot patrimoine a pour synonyme « fortune » et « capital ».
Mais comme on le sait il n’y a pas de synonyme parfait. 
La fortune a un double sens : la chance, le hasard et la richesse possédée. Quand elle désigne la richesse possédée, elle inclut une notion de taille qui n’est pas le cas du patrimoine. Avoir une petite fortune, c’est posséder déjà un patrimoine de bonne dimension ! 

L’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est une taxation du patrimoine net qui n’est effective que si celui-ci dépasse 1 300 000 € pour une personne seule. En dessous on possède un patrimoine sans avoir une fortune, au moins au sens fiscal du terme.

Capital

Un capital est l’ensemble des biens qui est susceptible de produire des revenus. Un patrimoine peut avoir pour finalité l’obtention d’une valeur d’usage.

Dans un autre sens fréquent, le capital désigne une richesse dont on dispose. Par exemple effectuer un apport en capital pour acheter une résidence. Un patrimoine n’est pas forcément disponible.

Patrimoine et épargne

Il convient de bien distinguer le patrimoine et l’épargne.
Le patrimoine est un stock, l’épargne est un flux. L’épargne est ce qui n’est pas dépensé pour la consommation. Elle correspond à une augmentation du patrimoine.

Ce n’est pas la seule source possible. Un héritage l’accroît également. Un remboursement de dette aussi. Et si une augmentation de ses dettes sert à acheter un bien patrimonial (par exemple un logement), le patrimoine net ne change pas dans l’immédiat, mais il augmentera dans le futur, au fur et à mesure que la dette sera remboursée ou lorsque le prix du bien acheté augmentera.
Gérer son patrimoine, c’est s’occuper de tout cela.

Créé le 14 juin 2007 - Dernière mise à jour le 15 avril 2013
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public