Change fixe, change flottant : les deux types de régime de change

De l’étalon or aux taux de changes flottants : chronologie

De 1870 à la première guerre mondiale, c’est le règne de l’étalon or

Les principales monnaies sont convertibles en or à un prix fixe auprès de la banque centrale émettrice de la monnaie. Pour garantir cette conversion, la Banque centrale est obligée de détenir des réserves en or. Chaque monnaie ayant ainsi une parité fixe par rapport à l’or, les taux de change entre les monnaies sont stables. Mais, cette stabilité monétaire s’est accompagnée d’une grande instabilité des prix, de la production et de l’emploi. En effet lorsqu’un mouvement de conversion en or d’une monnaie fait baisser le stock d’or ou menace de le faire baisser (suite par exemple à un déficit de la balance des paiements), la Banque centrale est tenue d’appliquer des politiques très restrictives (hausse forte des taux d’intérêts) pour faire baisser la demande de monnaie.

Pendant la guerre de 1914-1918

Les Etats en guerre décident l’inconvertibilité or de leur monnaie. Impossible en effet de financer l’effort de guerre dans ce cadre.

En 1922, la conférence internationale de Gènes débouche sur un retour à l’étalon or

Mais avec une convertibilité limitée. Les Etats qui n’ont pas de stock d’or suffisant peuvent couvrir leur monnaie par la détention de devises de pays qui ont des stocks d’or en garantie (système de l’étalon change or ou Gold Exchange Standard).

Le système de l’étalon or ne résiste pas à la crise de 1929

Des pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, Autriche, Hongrie) instaurent un contrôle des changes pour empêcher les sorties de capitaux. En 1931, le Royaume Uni décide de suspendre la convertibilité or de la Livre Sterling qui est largement utilisée dans les échanges internationaux. D’autres pays suivent (Japon, pays scandinaves, pays d’Amérique latine). L’étalon or n’est plus respecté que par les Etats Unis, la France et un petit nombre de pays.

1945-1971 : le retour aux parités fixes.

Les accords de Bretton Woods (ville des Etats Unis où s’est déroulée la conférence internationale, en juillet 1944) mettent en place un système d’étalon change or dans lequel le dollar des Etats Unis joue le rôle de devise pivot. Chaque pays signataire déclare la parité de sa monnaie en or ou en dollar. Le dollar est lui-même défini par une parité fixe avec l’or (35 Dollars pour une once d’or fin ; 1 once = 31,1034768 g). Les banques centrales ont l’obligation de défendre la parité de leur monnaie avec une marge de fluctuation autorisée de + ou - 1% par rapport au Dollar.

Le FMI est créé dans le cadre des accords de Bretton Woods. Il a pour rôle de veiller au bon fonctionnement du système et d’accorder des prêts limités et temporaires aux Etats membres. Les parités des monnaies des Etats membres autres que les Etats Unis sont ajustables. Les Etats peuvent décider de ne pas défendre la parité fixée par rapport au dollar ou à l’or. Ils peuvent appliquer une dévaluation en fixant pour leur monnaie une nouvelle parité inférieure à la précédente ou une réévaluation (situation inverse). Une dévaluation visera à combattre une perte de compétitivité des productions nationales et un déficit durable des relations internationales du pays concerné. Une réévaluation visera à sortir d’un déséquilibre inverse.

Août 1971

La convertibilité du dollar en or est suspendue du fait de l’inflation et des déséquilibres croissants des relations économiques internationales des USA. Un régime de taux de change flottants est instauré. Ce régime s’accompagne d'une large libéralisation des mouvements de capitaux à l’échelle internationale. Presque tous les pays à économie «avancée » adoptent des régimes de change flottants, de même que de nombreux pays émergents.

Avril 1972, le Serpent monétaire européen est créé

Il limite les fluctuations de taux de change entre les pays membres de la Communauté économique européenne. Il dure jusqu’en 1978. Mais dès  juin 1972 la livre sterling est forcée de  quitter  le serpent européen à la suite d’une attaque spéculative, suivie  en janvier 1973 par la lire italienne.

Mars 1979, le serpent est remplacé par le Système monétaire européen

Les marges de fluctuation des monnaies participantes sont encadrées autour d'un cours pivot de référence, l'ECU ( European Currency Unit) correspondant au cours d’un panier des monnaies participants.

1er janvier 1999 : naissance de l’euro

Elle devient la monnaie commune à plus de 300 millions d’Européens : elle n’est alors qu’une monnaie comptable utilisée pour des paiements électroniques ou des rapports financiers. L’introduction de l’euro fiduciaire a lieu le 1er janvier 2002dans 12 Etats membres de l’Union Européenne : les billets et les pièces de chaque monnaie nationale sont alors remplacés par l’euro à un taux de conversion fixe déterminé par la Banque Centrale Européenne.

Depuis 2007

5 autres Etats membres de l’UE ont adhéré à la zone euro qui regroupe donc à présent 17 Etats membres. L’appartenance à la zone euro est soumise au respect de règles strictes appelées les « critères de convergence » (plus d’informations sur ces critères sur le site de la BCE.
Plus d'informations sur la zone euro

Juillet 2005

La Chine abandonne le régime de changes fixes qu’elle avait adopté en 1972 pour passer à un régime de changes flottants. Mais la Banque Populaire de Chine n’en garde pas moins, dans les faits, un contrôle sur les variations des taux de change du yuan vis-à-vis des autres devises. Depuis 2006, elle détermine chaque jour un cours pivot -en fonction des fluctuations de la veille- autour duquel le yuan peut fluctuer dans une marge donnée. D’ailleurs à la mi-avril 2012, la banque centrale chinoise a annoncé que la marge de fluctuation du yuan par rapport au dollar allait être élargie et passer de plus ou moins 0,5 % à plus ou moins 1 %.

Créé le 01 juin 2012 - Dernière mise à jour le 05 novembre 2013
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !