PRATIQUE

Les OPC investis dans l'immobilier ou la pierre-papier

Les SCPI (Société Civile de Placements Immobiliers)

Les SCPI acquièrent et gèrent essentiellement un portefeuille d’actifs immobiliers locatifs (95 % de ses actifs). La société collecte des fonds et les alloue à l’acquisition et la gestion d’immeubles, à usage commercial ou d’habitation, qui seront ensuite mis en location. C'est un bon moyen d'investir dans l'immobilier avec une mise de départ limitée.

Comment les acquérir

Les parts de SCPI peuvent être acquises :

  • soit au moment de leur émission (création ou augmentation de capital), et donnent alors lieu au paiement d’une commission de souscription ;
  • soit, dans le cadre du marché secondaire, s’il s’agit de parts déjà existantes.

Les frais de souscription et d’enregistrement sont compris entre 7 % et 12 % du montant souscrit.

Pour mener cette acquisition vous devez vous adresser :

  • soit directement à la société de gestion de la SCPI ;
  • soit aux réseaux bancaires;
  • soit aux conseils en gestion de patrimoine, partenaires de la société de gestion.

Atouts et risques des SCPI

Détenir des parts de ces sociétés, qui peuvent faire appel à l’épargne publique pour se financer, permet au particulier d’investir dans un large portefeuille d’actifs, opportunité inaccessible en tant qu’investisseur individuel. Il est possible d’investir avec un capital modeste car une part de SCPI vaut entre une centaine et quelques milliers d’euros. L’achat de parts peut même se réaliser à crédit. En outre, cela permet d’investir dans de l’immobilier de bureau ou commercial.

Autre avantage non négligeable : la diversité des biens en portefeuille limite le risque locatif.

Enfin, l’investisseur n’a aucun souci de gestion locative, contrairement à un bien détenu en direct, car un professionnel s'occupe de toutes les formalités.

Les SCPI sont soit à capital fixe (capital plafond fixé dans les statuts) soit, ce qui est plus courant, à capital variable. Il est plus facile de se désengager des secondes car si vous souhaitez céder vos parts elle vous les rachète. Dans le cas d’une SCPI à capital fixe vous devez trouver un acheteur, ce qui complique la cession.

Même si ces sociétés non cotées en Bourse et sans dette ont des atouts dans la crise financière, elles demeurent exposées à la crise économique et immobilière. L’investissement dans ces sociétés doit donc être un acte réfléchi. Vous devez envisager le placement dans les SCPI comme un placement à long-terme, car les portefeuilles de ces sociétés étant investis dans l’immobilier, il est peu liquide. Dans un contexte de crise du marché immobilier la revente des parts peut être très compliquée.

Rendement et fiscalité des SCPI

Vous êtes rétribué sous forme de dividendes essentiellement grâce aux revenus locatifs perçus par la SCPI, après déduction des frais d’exploitation et provisions. Les frais de gestion annuels atteignent entre 6 % et 10 %.

Le rendement varie entre 4 % et 5 % par an.

Selon l 'Institut de l'épargne immobilière et foncière (IEIF), en 2015, les SCPI ont procuré un rendement moyen de 4,85 %.

En fonction de ses investissements chaque type de SCPI offrira des avantages. Celles qui investissent dans des locaux commerciaux auront des rendements plus élevés. Celles qui louent des logements aux particuliers peuvent procurer les mêmes avantages fiscaux que l’investissement direct. Ainsi, par exemple, souscrire des parts de SCPI " Pinel" procure une réduction d'impôt étalée sur six, neuf ou 12 ans, comme pour un investissement en direct.

Les SCPI « de valorisation » ou «de plus-value », quant à elles, présentent des rendements plus faibles mais parient sur une forte plus-value à la revente grâce au potentiel de valorisation d'un patrimoine sous-coté (par exemple des immeubles sous loi de 1948 ). Elles ne représentent qu'une infime part des SCPI.

Vous serez imposé au titre de l’impôt sur le revenu (dans la catégorie des revenus fonciers) sur les revenus locatifs (avant frais d’exploitation et provisions) de la SCPI, proportionnellement à votre quote-part. C’est le régime réel ou le régime micro-foncier qui s’appliquera.

La cession des parts que vous détenez dans la SCPI est assimilée à une vente d’immeubles, elle est donc soumise au régime des plus-values immobilières.

Ne pas confondre les SPCI qui obéissent aux règles précises et contraignantes ci-dessus et sont des fonds d'investissement dits alternatifs (FIA)   Définition Fonds d’investissement régi par la directive européenne dite AIFM. Il s’agit de fonds qui, contrairement aux OPCVM, ne bénéficient pas d’un passeport européen, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas immédiatement commercialisables dans toute l’Europe. Mais ils ne sont pas tous forcément risqués, les FCPE (d’épargne salariale) sont tous des FIA.  
, avec les OPC Immobiliers (sous forme de fonds ou de Sicav) qui sont la plupart du temps des OPCVM   Définition Un OPCVM est un OPC régi par la directive européenne sur les OPCVM, dite UCITS 4 et est soumis à des règles coordonnées au niveau européen. Il peut ainsi être librement commercialisé au sein des pays membres de l'Union, car il bénéficie d’un passeport européen.
. A la différence des OPCI, ces derniers investissent dans des entreprises du secteur immobilier mais ne gèrent pas eux-mêmes des immeubles. C’est une façon toutefois d’être exposé au risque immobilier. 

Créé le 11 avril 2012 - Dernière mise à jour le 26 octobre 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !