La politique monétaire de la BCE

la finance pour tous

L’objectif principal de l’Eurosystème (institution qui regroupe la Banque Centrale Européenne et les banques centrales des pays membres) est de maintenir la stabilité des prix. Pour cela, la BCE s’appuie sur deux piliers, l’analyse économique et l’analyse monétaire.

En octobre 1998, le Conseil des gouverneurs de la BCE a défini la stabilité des prix comme le maintien du taux d’inflation moyen dans l’ensemble de la zone euro à des niveaux inférieurs à, mais proches de 2 % à moyen terme. Pour parvenir à cet objectif, la BCE procède à une analyse régulière des différents indicateurs économiques et surveille l’évolution de la masse monétaire.

Approche à deux piliers

L’analyse par la BCE des risques pesant sur la stabilité des prix repose sur deux perspectives complémentaires, désignées sous le terme de « piliers » : l’analyse économique et l’analyse monétaire.

L’analyse économique

Elle vise à évaluer les facteurs déterminant l’évolution des prix à court et moyen terme, en mettant l’accent sur l’activité réelle et les conditions financières dans l’économie. Pour ce faire, la BCE analyse régulièrement l’évolution de la production globale, celle de la demande et de la situation sur le marché du travail, les politiques budgétaires, la balance des paiements de la zone euro ou encore les prix des actifs et les rendements financiers. Ceux-ci peuvent en effet servir à obtenir des informations sur les anticipations d’inflation par les marchés financiers. Par exemple, lorsque les investisseurs se mettent à vendre des obligations, cela peut signifier qu’ils anticipent implicitement que des tensions inflationnistes vont conduire à une hausse des taux d’intérêt (et donc à une baisse de la valeur des obligations).

L’analyse monétaire

Elle est axée sur un horizon à plus long terme, s’appuyant sur le lien à long terme supposé relier la quantité de monnaie en circulation et les prix (Théorie quantitative de la monnaie).

C’est une stratégie proche de celle que pratiquait la Bundesbank avant son intégration à l’Eurosytème. Elle consiste à définir un taux de croissance de la masse monétaire au sens le plus large, que l’on appelle « M3 », ( globalement de + 4,5 %, dans la zone euro) jugée compatible avec le maintien à moyen terme de 2 % de hausse des prix. Cependant, depuis la crise de 2008, l’inflation a en moyenne été nettement inférieure.

Les opérations de politique monétaire de l’Euro système

La banque centrale agit par la fixation des taux d’intérêt qu’elle prélève lorsqu’elle fournit de la liquidité au système bancaire. C’est ce qu’on appelle les taux d’intérêt directeurs. Elle pilote ainsi les taux d’intérêt du marché monétaire appelé aussi marché interbancaire.

Les modifications des taux d’intérêt directeurs influencent directement les banques et indirectement les taux appliqués par les banques aux prêts et aux dépôts de leurs clients. Une hausse des taux directeurs peut ainsi entrainer un resserrement du crédit ou une hausse de son coût, influençant les comportements de consommation, d’épargne et d’investissement des ménages et ceux des entreprises. Les modifications des taux d’intérêt directeurs influencent aussi les prix des actifs et les taux de change. La transmission aux conditions financières et économiques d’ensemble se fait également non seulement par les décisions de modification proprement dites mais aussi par les anticipations des acteurs économiques concernant de futures modifications des taux directeurs. L’anticipation d’un mouvement durable de hausse de ces taux pourra peser sur les taux d’intérêt à moyen et long terme.

Les Banques centrales nationales (BCN) servent de relais à la BCE pour la mise en œuvre de la politique monétaire, dans ce que l’on appelle l’Euro système.

La BCE et les BCN ont recours à trois instruments principaux pour piloter les taux d’intérêt : les opérations d’open market qui sont l’instrument le plus important, les facilités permanentes et les réserves obligatoires.

Les opérations d’open market

Elles sont constituées par des achats ou des ventes de titres ou par des prêts à court terme de l’Eurosytème aux banques en échange de titres détenus par celles-ci et donnés temporairement en garantie des prêts accordés (mécanisme appelé prise en pension). Le taux d’intérêt fixé par le BCE pour les opérations d’open market est le principal taux directeur. Les titres acceptés en pension par l’Eurosystème peuvent être des titres de dette publique ou des obligations privées de bonne qualité. Des opérations d’open market sont effectuées très régulièrement, chaque semaine pour les opérations principales de refinancement. Le temps de prise en pension des titres est  de trois mois pour les opérations de refinancement à plus long terme.

Les facilités permanentes

Elles permettent aux banques de retirer ou de déposer de la liquidité bancaire au jour le jour.

Les réserves obligatoires

Elles constituent un autre levier d’action pour l’Eurosytème : les établissements de crédit doivent constituer des réserves obligatoires auprès des Banques centrales nationales. Le volume de ces réserves est essentiellement calculé en fonction des dépôts effectués par les clientèles de ces banques. L’objectif des réserves obligatoires est de stabiliser les taux d’intérêt sur le marché monétaire et de créer (ou d’accentuer) un besoin structurel de liquidités.

    24 commentaires sur “La politique monétaire de la BCE”
      1. Bonjour,
        L’économétrie n’est pas un domaine dans lequel nous sommes spécialisés. De plus, il est difficile de vous répondre précisément car les instruments de la politique monétaire sont divers. Il doit cependant être possible d’estimer la variation des taux directeurs sur la croissance, le chômage ou l’inflation. Pour plus de détails nous vous conseillons de contacter les banques centrales qui mènent des études sur le sujet
        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

24 commentaires

Commenter