Balance des paiements

la finance pour tous

La balance des paiements est un document de comptabilité nationale qui retrace l’ensemble des flux économiques (biens, services, capitaux…) entre un pays et le reste du monde au cours d’une année.

Déficit commercial français 2019 (données provisoires) : 43,8 Mds €

Peu de documents de comptabilité nationale ont autant d’importance que la balance des paiements. Ses différents postes, notamment la balance commerciale et le compte courant, sont scrutés par le gouvernement et la banque centrale pour piloter la politique économique. En effet, ce sont ces postes qui récapitulent le solde des échanges entre un pays et le reste du monde. 

La balance des paiements est, dans son intégralité, un document décomposé en une multitude de postes. Prenons l’exemple (simplifié) de la balance des paiements de la France en 2018 et 2019 :

Postes (milliards d’€)

Crédit 2018

Débit 2018 

Solde 2018   

 Solde 2019 (provisoire*)

Compte courant (1)

975

990

-15

-19

Balance commerciale 

518

567

-49

-44

Balance des services

249

225

24

22

Revenus primaires**

179

121

58

3

Revenus secondaires

30

77

-47

 

Compte de capital (2)

2

0

2

2

Compte financier (3)

358

331

27

20

Investissements directs 

31

86

-55

8

Investissements de portefeuille

24

19

5

54

Autres flux financiers

302

224

78

-41

Erreurs et omissions (4)

 

 

-14

-1

Solde final

 

 

0

 0

 * Chiffres provisoires de la Banque de France. La méthode de calcul du déficit commercial diffère de celle des douanes (déficit commercial français en 2019 de 58,9 milliards d’euros selon les douanes et de 43,8 milliards d’euros selon la Banque de France).

** Revenus primaires et secondaires pour 2019.

Le compte courant

Le compte courant (1) retrace la somme des échanges internationaux de biens (balance commerciale) et de services (balance des services). Un solde négatif indique que les importations (débit) sont supérieures aux exportations (crédit) : ainsi la balance commerciale française déficitaire de 43,8 Mds € indique que la France a importé 43,8 Mds € de biens de plus qu’elle n’en a exporté. 

Dans le compte courant, on trouve aussi les revenus des facteurs de production (revenus primaires) comme les salaires ou les revenus des investissements. Par exemple, les profits d’une entreprise étrangère implantée en France et rapatriés dans le pays d’origine apparaissent comme débit dans les revenus primaires. A l’inverse, le salaire d’un Français allant chaque jour travailler en Suisse ou au Luxembourg apparaîtrait au crédit des revenus primaires.

Enfin, les revenus secondaires représentent l’aide internationale et les envois d’argent à l’étranger. Par exemple, l’envoi par un immigré d’argent à sa famille dans son pays d’origine pèse négativement sur le solde des revenus secondaires du pays d’accueil.

Le compte de capital

Le compte de capital (2) retrace les achats ou ventes d’actifs non financiers, comme les brevets ou les droits d’auteur. Les montants concernés sont généralement faibles. La France en 2019 a vendu plus d’actifs non financiers auprès du reste du monde qu’elle n’en a achetés.

Le compte financier

Le compte financier (3) représente la somme des flux financiers entre un pays et le reste du monde (investissements directs, investissements de portefeuille – actions, obligations… – ainsi que d’autres types d’investissements).

Un solde positif indique que le reste du monde a plus investi dans le pays que l’inverse ; ainsi + 8 Mds € pour les investissements directs en 2019, indique que le reste du monde a plus investi en France sur ce poste que les résidents français n’ont investi à l’étranger.

A l’inverse, un chiffre négatif est le signe que les résidents français ont plus investi à l’étranger que les étrangers en France.

Le poste « autres flux financiers » regroupe principalement les crédits commerciaux, les délais de paiement, les prêts bancaires, l’achat et la vente de produits dérivés et la variation des réserves de change (devises ou or détenues par la banque centrale).

Les erreurs et omissions

Les erreurs et omissions (4) représentent à la fois des erreurs ou arrondis dans la collecte des données ainsi que certains décalages de paiement dans le temps.

Par exemple, le paiement d’un avion est généralement effectué sur plusieurs années alors que la livraison s’effectue une année donnée. Il y a donc, pour chaque année, un décalage entre flux commerciaux et flux financiers qui se retrouve dans le poste « erreurs et omissions ».

La balance des paiements est, par construction, toujours à l’équilibre. C’est-à-dire que, en additionnant tous les postes, on obtient toujours zéro. Cela s’explique par le fait que tout déficit du compte courant doit être financé par un excédent du compte financier, et inversement.

Si un pays présente un déficit du compte courant, cela signifie (de façon simplifiée) qu’il a plus importé qu’exporté. Or, les fournisseurs étrangers exigent d’être payés et les importateurs français devront se procurer les devises étrangères nécessaires. L’obtention de ces devises étrangères est représentée par l’excédent du compte financier. Autrement dit, les pays en déficit de compte courant empruntent les devises dont ils ont besoin pour payer leurs importations aux pays présentant un excédent de leur compte courant.

    34 commentaires sur “Balance des paiements”
    1. Bonjour,

      Beaucoup de personnes, lorsqu’elles entendent parler de balance commerciale excédentaire et deficitaire de l’Etat, imaginent que ce sont les finances de l’Etat (la structure publique) qui sont en jeu, à l’instar de celles d’un ménage, imaginant, dans le cas de la France, que l’État français est endetté à l’égard de l’étranger. Or, quand on parle de balance commerciale, on fait le solde des entrées et des sorties de biens et de marchandises concernant un pays, mais on ne parle pas d’endettement.

      Quand on achète à un concessionnaire une voiture produite au Japon, personne ne s’endette à l’égard de l’étranger : le concessionnaire paie le fournisseur mais revend ensuite, en faisant un bénéfice, l’automobile à l’acheteur. Qui s’est endetté envers le « Japon » ? Personne apparemment. Le déficit de la balance commerciale peut etre vu aussi comme une hausse du pouvoir d’achat des ménages du pays importateur.

      Plus précisément, je ne parviens pas à comprendre l’argument suivant : si le pays A exporte pour 100 milliards et importe pour 130 milliards, il s’est endetté de 30 milliards. Mais on ne parle pas ici d’un pays – un Etat structure publique – propriétaire des biens produits et acheteur des biens importés, à l’instar d’un commerçant qui doit faire le bilan de ses achats et de ses ventes. Si dans un pays, les acteurs économiques importent davantage qu’ils exportent, c’est peut-être dû au fait que les consommateurs ont les moyens d’importer, pourquoi parler de dette ? Quand je consomme et achète des produits importés, je ne m’endette pas auprès des fournisseurs étrangers. Pour revenir au pays A qui importe 30 milliards de plus que ce qu’il exporte, pourquoi serait-il endetté de 30 milliards si les acteurs économiques qui sont à l’origine de ces importations ont les moyens de payer ?

      Je comprends qu’on puisse dire que le déficit commercial peut être le révélateur d’une désindustrialisation, d’un manque de compétitivité, d’un secteur productif peu diversifié et, dans le cadre d’un déficit conséquent, entraîner une dépréciation de la monnaie… mais le fait de dire que le « pays » (terme équivoque car on pense au budget de l’Etat) s’endette, j’aimerais comprendre le mécanisme de cet endettement.

      1. Bonjour,

        En effet, lorsqu’on parle de commerce international il n’est pas question uniquement de l’Etat, mais du pays dans son ensemble (Etat, ménages, entreprises, banque centrale…).
        Si un pays présente un déficit courant (ou un déficit commercial pour simplifier), il a plus importé qu’exporté et doit payer la différence à son fournisseur étranger. Il doit donc effectuer un transfert d’actif (monnaie ou autre actif) vers son fournisseur étranger, ou s’endetter auprès de lui. Ainsi, la dette nette (dette moins actifs détenus) du pays présentant un déficit commercial augmente.
        Dans la balance des paiements, il n’est pas possible de voir quel agent économique est concerné par cette variation de la dette nette, car c’est un document qui regroupe le pays dans son ensemble.

        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Attention, la présentation faite n’est pas conforme à BPM6 notamment en ce qui concerne le compte de capital. Je rappelle que nous devons normalement avoir : compte des transactions courantes + compte de capital – compte financier + erreurs et omissions = 0. Cette égalité n’est pas vérifiée pour 2019, ni pour 2018 d’ailleurs. Concernant 2018, la raison en est que la présentation est conforme à BPM5 et non BPM6

      1. Bonjour,
        Vous avez raison, mais comme nous l’expliquons dans le décryptage nous avons choisi cette présentation car elle nous paraît plus intuitive pour comprendre les mécanismes.
        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    3. Bonjour, une des critiques actuelles du système monétaire international est que celui-ci empêche le rééquilibrage des balance des paiements. Est-ce à cause de la persistance d’un frein à la mobilité des capitaux dans certains pays comme la Chine ?
      Merci par avance de votre réponse et bonne journée !

      1. Bonjour,
        Nous ne sommes pas nécessairement d’accord avec votre postulat de départ selon lequel le système actuel empêche les rééquilibrage de balance des paiements. Cela peut-être vrai à l’intérieur de la zone euro de fait de l’absence de variation du taux de change nominal, mais pas forcément au niveau mondial.
        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    4. Bonjour, j’aimerais comprendre le lien entre le compte courant et l’investissement (par exemple: si le compte courant est déficitaire, les opportunités d’invesstissement sont meilleures dans le pays qu’ailleurs). Je ne comprends pas le lien. Merci d’avance pour votre réponse.

      1. Bonjour,
        L’équilibre de la balance des paiements n’est pas une question d’opportunités d’investissement mais d’équilibre comptable. Si les compte courant est déficitaire (vs excédentaire) alors le compte financier est forcément excédentaire (vs déficitaire). Les investissements (directs ou de portefeuille) ne représentent qu’une partie du compte financier.

        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    5. Bonsoir, je ne comprend pas l’affirmation « Si un pays présente un déficit du compte courant, cela signifie (de façon simplifiée) qu’il a plus importé qu’exporté. Or, les fournisseurs étrangers exigent d’être payés et les importateurs français devront se procurer les devises étrangères nécessaires. L’obtention de ces devises étrangères est représentée par l’excédent du compte financier. »

      En effet, si un pays présente un déficit de compte courant, les agents economiques de ce pays vont donc avoir besoin de devise étrangéres pour payer le surplus d’importations , ce qui ne traduit normalment donc par une sortie de capitaux pour acheter de la devises etrangere et donc par un excdenet de compte financier ?

      Merci

      Cordialement,

      1. Bonjour,
        Nous comprenons mal votre question car il nous semble que nous disons la même chose: un déficit du compte courant entraîne mécaniquement un excédent du compte financier (aux erreurs et omissions près).
        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    6. Est-ce possible de dire « le déficit de la balance des paiements fait croître les dettes extérieures, par conséquent freine la croissance économique » ?

      1. Bonjour,
        Nous ne sommes pas pleinement d’accord avec cette phrase. Premièrement, il ne faut pas parler de déficit de la balance des paiements, mais de déficit du compte courant (la balance des paiements est, par définition, toujours à l’équilibre). De plus, une hausse de l’endettement externe n’est pas nécessairment négatif pour la croissance, notamment s’il sert à financer des investissement.
        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

34 commentaires

Commenter

Répondre à John

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.