Banque

Le conseil

Souvent entourées d’un « épais voile mystérieux », les activités de conseil sont principalement exercées par ce qu’on appelle les banques d’affaires . Toutefois, certaines banques dites « universelles » s’y intéressent également.

Les banques d’affaires sont des établissements financiers dont la charge principale est d’accompagner les dirigeants d’entreprises dans leur stratégie, et leur projet de développement.

Cette activité vise d’une part à proposer des solutions plus ou moins complexes aux entreprises pour leur permettre de restructurer leur passif en augmentant leurs fonds propres (augmentation de capital), en émettant des titres de dette   Définition Il s’agit de produits d’endettement auxquels font appel les entreprises pour se financer. Il en existe de plusieurs types : les lignes bancaires (découverts, lignes de crédit confirmées, prêts à terme), les obligations, les billets de trésorerie (titre de dette à court terme) qui sont des produits de marché, mais aussi l’escompte et la titrisation, par exemple.
mais aussi en révisant leurs actifs.

L’activité de conseil recouvre en fait une multitude de cas : conseil stratégique en cas de fusion-acquisition   Définition (M&A en anglais, pour mergers and acquisitions)
Cette activité regroupe des opérations dites de « croissance externe ». L’objectif étant d’imaginer un projet commun entre deux entreprises. Dans le cas d’une acquisition, l’acquéreur souhaite prendre le contrôle des actifs de l’entreprise-cible afin de développer des synergies (la valeur qui résulte du rapprochement de deux entreprises) entre deux activités. Dans le cas d’une fusion, il s’agit de la conséquence économique de la combinaison des patrimoines de deux entreprises.
d’entreprises (qui peuvent d’ailleurs être des banques !), conseil auprès de l’État pour les opérations de privatisation ou d’émissions des obligations du Trésor , conseil encore auprès des émetteurs (entreprises du CAC 40, États,..) pour placer des émissions de titres sur des marchés jugés performants. S’y ajoutent également des propositions d’achats d’entreprises de gré à gré, par offre publique d’achat (OPA)   Définition Une offre publique consiste pour une entreprise initiatrice à faire savoir publiquement qu'elle souhaite acheter, contre une somme en espèce (OPA), ou en échange de ses propres titres (OPE) tout ou partie des titres d'une autre société cible. Elle s’effectue dans le cadre de procédures réglementées et contrôlées (en France par l'AMF). Le seuil de 95 % rend possible  le déclenchement d’une Offre publique de retrait (OPR) par laquelle l’actionnaire majoritaire rachète les 5 % de titres restants. 
ou par offre publique de vente (OPV)   Définition Il s’agit d’une opération de vente réalisée par des actionnaires (une société privée, l’Etat en cas de privatisation ou d'ouverture du capital d'une entreprise publique) et à laquelle tout épargnant qui le souhaite peut se porter acquéreur. Cette opération s’effectue selon des conditions fixées à l’avance en ce qui concerne les quantités de titres disponibles et le prix de vente annoncé. L'opération une fois réalisée peut être suivie d’une introduction en bourse.
.

En somme, les banques d’affaires « escortent » les choix stratégiques et organisationnels des entreprises ; la plupart du temps de grands groupes dont les enjeux économiques se jouent à l’échelle mondiale. Plus encore, lorsqu’elles sont les « confidentes » des dirigeants, les banques d’affaires agissent tout en amont des décisions prises, en s’affirmant comme force de propositions et parfois sources d’initiatives. On conçoit ainsi plus aisément leur souci de la discrétion, le goût de la confidentialité et le climat de confiance qui s’impose en de telles situations. Car, c’est bien « hors des marchés », que la réelle valeur ajoutée de l’activité de conseil s’opère, loin des rumeurs boursières, des analyses des médias spécialisés, plaidant en faveur ou non d’un rapprochement, d’un mariage (une fusion) entre telles ou telles entreprises. Plusieurs phases constituent cette activité de conseil : donner naissance à une opération originale, la lancer de manière fonctionnelle en mettant à disposition une équipe dédiée et des moyens adéquats. L’opération alors couronnée de succès représente pour les banques-conseil un bénéfice, le « success fee »   Définition Terme anglais "success fee", qui correspond à la rémunération dévolue à une banque-conseil lors d'une opération financière menée en faveur de son client. Il peut s’agir alors de la vente d'une entreprise, de la recherche de fonds propres, d’un rachat d’entreprise. Cette rémunération, proportionnelle au montant de la transaction, n'est perçue qu'en cas de succès. Elle est généralement précédée d'une commission forfaitaire perçue en amont, appelée "retainer", qui reste acquise à la banque quel que soit le résultat de la transaction.
et pour les banquiers, un bonus .

On imagine ainsi parfaitement les enjeux financiers et la complexité des prises de décisions liés à ce type d’activité. On comprend aussi la vive concurrence que peuvent se livrer les grandes banques internationales pour réaliser des « deals » (des opérations financières) de grande envergure.

Outre leur position « naturelle » vis-à-vis des entreprises, certaines banques d’affaires exercent leurs activités de conseil auprès de clients patrimoniaux dont la couverture financière haut de gamme ouvre des perspectives de placements importants et pérennes. La banque leur délivre alors un conseil spécialisé en investissement ; appelé aussi ingénierie patrimoniale (analyse en amont des options stratégiques, analyse financière et construction d’un plan d’investissement, sélection de placement).

Dans les principales banques françaises, l’activité de conseil se niche le plus souvent au sein de ce qu’on nomme la direction Corporate Finance, principalement en charge des opérations de fusions-acquisitions et des introductions en bourse. Dans d’autres établissements, on parlera plus volontiers d’Investment Banking.

Créé le 12 février 2010 - Dernière mise à jour le 08 février 2013
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !