Patrimoine

Le patrimoine des Français

Les difficultés statistiques pour évaluer le patrimoine sont plus importantes que pour estimer le revenu. Mais même avec leurs imperfections, les évaluations fournies par l’Institut national de la statistique (INSEE) donnent des indications intéressantes, notamment en ce qui concerne la composition et la répartition du patrimoine des ménages français.

Globalement, les ménages et les entrepreneurs individuels détiennent un patrimoine brut estimé, fin 2014, à 11 713 milliards d’euros soit un patrimoine net de 10 334 milliards d’€, déduction faite de 1 379 milliards de dettes contractées par les ménages.

Les enquêtes de l’Insee sur le patrimoine ne sont pas réalisées chaque année. Ce qui explique que les derniers chiffres puissent être, dans certains cas, un peu anciens.  

 

1995

2000

2005

2010

2014

Actifs non financiers (ANF), dont

2 323

3 021

5 906

7 463

7 088

Logements

1 483

1 805

2 501

3 262

3 431

Terrains

570

919

3 047

3 565

2 957

Actifs financiers (AF), dont

1 647

2 480

3 104

3 994

4 625

Numéraires et dépôts

685

824

980

1 159

1 328

Titres de créances

95

71

44

62

79

Actions et titres d'OPC

394

725

855

1 026

1 246

Assurance vie et épargne retraite

400

752

1 088

1 469

1 694

Ensemble des actifs (A) = (ANF) + (AF)

3 970

5 501

9 010

11 458

11 713

Passifs financiers (PF), dont

492

672

943

1 255

1 379

Crédits

424

521

742

1 066

1 196

Patrimoine (ou valeur nette) (A-PF)

3 478

4 829

8 067

10 203

10 334

Sources : Insee, Le patrimoine économique national en 2014 (arrondis au milliard le plus proche)

Cela représente 79 % du patrimoine national (qui se monte à 13 064 milliards d'euros), lequel inclut également le patrimoine des sociétés et des administrations publiques.

L’immobilier, poids lourd du patrimoine des ménages

Répartition du patrimoine des français

Fin 2014, la valeur des actifs non financiers, qui comprennent essentiellement des biens immobiliers représentait 61 % du patrimoine brut des ménages, réparti à peu près à égalité entre la valeur des logements et celle des terrains.

Cette part s’est accrue depuis 1995 du fait de la hausse des prix des actifs immobiliers sensiblement plus forte en moyenne que celle des actifs financiers jusqu'en 2014, et parce que cette inflation n’a pas empêché la poursuite du mouvement d’achat de logements. Fin 2014, près de 58 % des ménages étaient propriétaires ou accédants à la propriété de leur logement, alors que cette proportion s'établissait à moins de 55 % quinze ans plus tôt.

Le patrimoine financier (les actifs financiers) représente fin 2013 environ 40 % du patrimoine des ménages, avec une répartition à peu près égale entre les assurances vie (14 %), les actions et autres titres de participation (11 %) et l’argent déposé dans des comptes bancaires ou des comptes d'épargne (11 %). Contrairement aux actifs immobiliers dont la valorisation s'est érodée en 2014 et 2013 (avec respectivement – 1,2 % et – 0,4 %), la part des actifs financiers dans le patrimoine des ménages français s'est nettement renforcée en liaison avec des flux de placements toujours importants et d'une revalorisation des titres détenus. Les encours financiers détenus par les ménages progressent de 3 % en 2014, après une hausse de 4,2 % en 2013.

Les dettes des ménages auprès d’établissements financiers, autrement dénommé l'encours de crédits, représentaient 10 % de leur patrimoine brut fin 2014. Cette proportion reste assez stable dans le temps. L’endettement a augmenté depuis 10 ans plus vite que le revenu.

Evolution du patrimoine des français

Répartition du patrimoine dans la population

En moyenne, un ménage français déclare posséder un patrimoine brut de 259 000 euros. Le patrimoine net moyen s’élève quant à lui à 229 300 euros.

Lorsqu’on s’intéresse au patrimoine médian, c'est-à-dire au montant du patrimoine qui divise l’ensemble des ménages français en deux parties égales, ce dernier atteint 150 200 euros (en brut) et 113 500 euros (en net).

Logiquement le patrimoine est fonction croissante de l’âge. Ainsi, le patrimoine net moyen d’un Français âgé de moins de 30 ans s’élève à 32 700 euros alors que celui d’une personne âgée de 60 à 69 ans s’élève à 345 500 euros.

Si l’on compare le patrimoine net entre différentes catégories socioprofessionnelles, on observe là encore de fortes disparités. Les professions libérales et les agriculteurs affichent en moyenne un patrimoine net supérieur à 700 000 euros là où les ouvriers (qualifiés et non qualifiés) ainsi que les employés ont un patrimoine net moyen inférieur à 100 000 euros.

Patrimoine net moyen par catégorie socioprofessionnelle

Enfin, ce sont logiquement les personnes seules et les familles monoparentales qui présentent un patrimoine net moyen relativement faible, de l’ordre de 147 400 euros pour la première catégorie et 105 400 euros pour la seconde. Les couples affichent un patrimoine net moyen logiquement plus important : 328 200 euros pour les couples sans enfant et 267 000 pour les couples avec des enfants.

De fortes inégalités

Les inégalités de répartition du patrimoine sont beaucoup plus fortes que celles des revenus. Les 10 %  des ménages les mieux dotés possèdent au minimum un patrimoine de 552 300 euros alors que les 10 % les plus modestes détiennent au maximum un patrimoine de 2 700 euros, soit plus de 200 fois moins. Pour les revenus, ce rapport est nettement plus faible : le revenu disponible des 10 % les plus modestes n’est que 4,2 fois inférieur à celui des 10 % les plus aisés.

Répartition de la masse totale de patrimoine brut entre les ménages

Lecture du graphique : les 10 % les plus modestes détiennent à peine 1 % de la masse de patrimoine brut total contre 48 % pour les 10 % les mieux dotés. Les 1 % et les 5 % les mieux dotés détiennent quant à eux respectivement 17 % et 35 % de la masse de patrimoine brut total.

Cela s’explique logiquement. D’une part, les héritages sont souvent plus élevés au sein des familles disposant de hauts revenus. D’autre part, des revenus plus élevés génèrent une plus forte capacité d’épargne et d’endettement, et donc, année après année, une plus forte accumulation patrimoniale.

La catégorie sociale et l’âge sont d’autres facteurs déterminants. Le patrimoine se constitue tout au long de la vie et l’héritage intervient le plus souvent dans la deuxième partie de sa vie. De ce point de vue, deux évolutions peuvent être soulignées. D’une part, avec l’allongement de la vie, on hérite de plus en plus vieux. D’autre part, les débuts dans la vie professionnelle sont plus difficiles. Au total, le patrimoine relatif des ménages les plus jeunes (personnes de référence de moins de 30 ans) est en recul.

Créé le 08 février 2008 - Dernière mise à jour le 25 octobre 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !