PRATIQUE

Horizon, objectifs, tempérament

pour optimiser vos placements et choisir ceux qui correspondent le mieux à vos besoins, prenez le temps de déterminer vos grands projets de vie, et le temps que vous avez devant vous pour les mettre en œuvre. De même, interrogez-vous sur votre rapport au risque. 

Quel horizon de placement ?

La durée d’un investissement est un élément clé pour le choix d’un produit d'épargne ou d'investissement adapté. Si vous placez votre argent pour quelques mois, ou si vous êtes susceptible d’en avoir besoin à tout moment, il ne faut pas prendre de risque et privilégier les formules sûres, qui garantissent un maintien ou une progression du capital.
A l’inverse, si vous avez un horizon d’au moins huit à dix ans, car vous disposez déjà d’une solide épargne de précaution pour faire face à un besoin d’argent, vos choix sont très ouverts. Une prise de risque peut alors être envisagée afin de tenter d’engranger des performances supérieures à celles des formules sans risque.

Le court terme

 Les professionnels considèrent généralement qu’un investissement devant durer moins de 3 ans fait partie du « court terme ». Ils recommandent alors des formules sans risque, comme les livrets d’épargne, les SICAV monétaires ou tout autre support offrant une garantie sur la durée prévue. Leurs performances ne sont pas élevées (légèrement supérieures à l’inflation en général), mais c’est le prix de la sécurité.

Le moyen terme

Entre 3 et 5 à 8 ans, un placement est « à moyen terme ». Il n’autorise pas une prise de risque importante car sur cette durée, les marchés financiers peuvent baisser fortement et ne pas complètement se redresser (on l’a vu après la crise boursière de 2001). Cependant, avec une bonne diversification, il devient possible de gagner plus qu’avec des produits à court terme, sans mettre en péril le capital placé. Des obligations ou SICAV d’obligations, des fonds collectifs légèrement diversifiés en actions ou affichant un profil « prudent » ou « équilibré » trouvent toute leur place sur cette durée.

Le long terme

Au-delà de huit à dix ans, votre investissement est « à long terme ». Le temps devient alors votre meilleur allié, car il permet d’investir sur des marchés boursiers qui connaissent de fortes variations à court et moyen terme, mais qui sont historiquement les plus rentables sur des durées longues, puisqu’ils finissent souvent par se redresser après les crises, avant d’attaquer de nouveaux sommets. Mais n'oubliez jamais que même sur des périodes de 10 années et plus, certains investisseurs n'ont pas retrouvé leur mise !

Définir des objectifs

On ne choisit pas les mêmes placements selon que l’on cherche à se constituer un capital ou, au contraire, si l’on souhaite tirer des revenus d’un capital existant. Dans le premier cas, les formules de « capitalisation » sont les mieux indiquées, car les gains sont réinvestis au fur et à mesure ; dans le second cas, des produits de « distribution », qui reversent les bénéfices (ou une partie) aux souscripteurs s’avèrent mieux adaptés.
On ne choisit pas non plus les mêmes sortes d’investissements si l’on investit ses premières économies – il ne faut pas prendre de risques ! - ou si l'on fait fructifier une somme d’argent importante, qui autorise une large diversification en actions, risquée mais payante à long terme.
Ne manquez pas aussi d'adapter votre gestion financière au but poursuivi : si vous épargnez pour préparer l’acquisition d’un logement, pour disposer d’un complément de retraite dans quelques années, ou pour payer les études de vos enfants, évitez toute prise de risque excessive qui serait susceptible de vous empêcher d’atteindre ce but le jour venu. Mais n’oubliez pas que c’est le temps qui est le facteur le plus important : seul l’argent dont vous êtes certain de ne pas avoir besoin avant au moins dix ans peut prendre le chemin de placements à risque élevé, comme les actions et les fonds collectifs en actions.

Votre tempérament d’investisseur

Il ne suffit pas d’avoir du temps devant soi pour dynamiser son épargne sur des marchés financiers prometteurs mais risqués. Il faut aussi avoir un tempérament capable de supporter les crises et de tenir le cap dans les tempêtes. Si une perte de 10 % de votre capital vous fait endurer des nuits blanches, ne vous gâchez pas la vie en investissant en bourse plus de 10 à 20 % de vos économies. Privilégiez dans ce cas des placements aux évolutions régulières, comme l’assurance vie avec ses fonds garantis "en euros", qui offrent un bon compromis à long terme et permettent de dormir tranquille.

Créé le 17 juin 2007 - Dernière mise à jour le 07 septembre 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
4 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
OUASSA , publié le 01/10/2014 14:56

TRES BON SITE PEDAGOGIQUE FINANCIERE

VP , publié le 18/10/2013 10:43

le site est bien organisé

L’équipe de l’IEFP, publié le 19/06/2012 14:44

Merci pour votre commentaire. Pour vous abonner à notre lettre d'information, il suffit de saisir votre adresse email dans le formulaire à droite de chaque page du site.

sadi oualid , publié le 19/06/2012 14:04

je souhaite m'abonner

 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !