Dette publique et pandémie de Covid-19 : définitions et statistiques

la finance pour tous
  • Dette publique totale (fin 2020) > 2 650 Mds €, soit 116 % du PIB.
  • Elle était de 60 % du PIB en 2002
  • A 80 % il s’agit d’une dette de l’État, mais l’endettement des organismes de sécurité sociale augmente très fortement.

 

La pandémie de Covid-19 a, entre autres, provoqué un fort accroissement de l’endettement public, en France comme ailleurs. La dette publique a ainsi atteint près de 116 % du PIB en France fin 2020. Ce phénomène interroge et provoque des débats passionnés parmi les économistes. Pour y voir plus clair, nous proposons un dossier explicatif. Dans ce premier article : qu’entend-on exactement par « dette publique » et pourquoi a-t-elle fortement augmenté en 2020 ?

La dette publique : de quoi parle-t-on ?

La dette publique est constituée par l’ensemble des engagements financiers de l’État et des administrations publiques pris sous forme d’emprunts. La France utilise actuellement une définition de la dette publique élaborée dans le Traité de Maastricht. Celui-ci contient notamment des critères dits « de convergence » que les pays candidats à l’entrée dans la zone euro devaient respecter. Selon un de ces critères, la dette publique ne devait pas dépasser 60 % du produit intérieur brut (PIB).
Une définition commune de la dette publique était donc nécessaire à l’échelle européenne afin de pouvoir s’assurer du respect de ce critère. Elle nous permet également d’établir des comparaisons européennes.

Il ne faut pas confondre le déficit public et la dette publique. Le premier est un flux et traduit un solde budgétaire négatif (les dépenses sont supérieures aux recettes). La dette publique est, en revanche, un stock qui résulte de l’accumulation de déficits passés.

La dette publique, ou « dette des administrations publiques au sens de Maastricht » regroupe celle de :

  • l’administration publique centrale, composée de l’Etat et d’organismes divers d’administration centrale (ODAC), s’agissant le plus souvent des établissements publics à caractère administratif ;
  • les administrations publiques locales, qui incluent notamment l’ensemble des collectivités territoriales (communes, départements, régions) ;
  • les administrations de sécurité sociale.

En France, la dette de l’État représente l’essentiel de la dette publique (81,2 %). La dette des administrations de sécurité sociale, comme l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss), la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades) ou encore l’Unédic, représentent 10,1 % de la dette publique totale. Enfin, les collectivités territoriales pèsent pour 8,7 % dans l’endettement public de la France.

dette des administrations publiques en France

Crise du Covid-19 et augmentation de l’endettement public

Selon les données publiées par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), la dette publique française atteignait près de 2 650 milliards d’euros à la fin de l’année 2020, soit 116 % du PIB.

Au cours de la seule année 2020, la dette française s’est accrue de près de 300 milliards d’euros et de plus de 16 points de PIB.

Selon des projections de la Banque de France, même en cas de reprise économique forte au cours des trois prochaines années, le niveau de dette publique resterait élevé (autour de 110 %).

Evolution de la dette publique

Comment peut-on expliquer cette forte augmentation de la dette publique ?

La crise économique liée au Covid-19 a, tout d’abord, provoqué un creusement du déficit public. Selon une première estimation de l’INSEE, celui-ci a atteint 9,2 % du PIB, contre 3,1 % en 2019. Cette dégradation des finances publiques s’explique par deux facteurs :

  • L’État a, tout d’abord, augmenté ses dépenses afin de soutenir l’économie et de faire face aux conséquences de la crise. Les dépenses publiques ont ainsi progressé de 73,6 milliards d’euros en 2020.
  • Dans le même temps, le montant de certaines ressources de l’État – celles qui sont proportionnelles à l’activité économique, comme les recettes de TVA par exemple – ont diminué du fait de la récession que traverse actuellement la France. Les recettes publiques ont ainsi baissé de 63,1 milliards d’euros au cours de l’année écoulée.

Au cours de l’année 2020, la dette des administrations de sécurité sociale a notamment augmenté fortement, passant de 193,2 à 268,4 milliards d’euros, soit une hausse de plus de 38 %.

Cette hausse s’explique principalement par les mesures de chômage partiel, ainsi que par les reports et annulations de cotisations sociales destinés à soutenir les entreprises.

Ajoutons, enfin, que la forte hausse de la part de dette publique rapportée au PIB s’explique également par la diminution du PIB en 2020 du fait de la récession. En effet, en raison du recul de l’activité économique en France, la dette représente un poids plus important lorsqu’on la rapporte au montant des richesses créées.

Qu’est-ce que la dette publique ? Une vidéo de la Banque de France

0 commentaire

Commenter