Déficit budgétaire

la finance pour tous

Le déficit budgétaire est le solde négatif du budget de l’État. Il y a déficit lorsque les dépenses excèdent les recettes. Dans le cas contraire, on parle d’un excédent. Un budget est en équilibre lorsque les recettes sont égales aux dépenses.

  • Ne pas confondre « déficit » et « dette ». Un déficit ne concerne qu’une seule année. Une dette est une accumulation de déficits sur plusieurs années. Voir notre mot de la finance déficit et dette publique.

  • Ne pas confondre « déficit budgétaire » et « déficit public ». Le premier ne prend en compte que le budget de l’État tandis que le second prend en compte le déficit des collectivités territoriales, de la Sécurité sociale et de l’État.

L’évolution du déficit budgétaire

Le déficit de l’État représente la majeure partie du déficit public.

En tant que membre de l’Union européenne, la France s’est engagée comme les autres pays signataires du traité de Maastricht (1992) à respecter un certain nombre de critères économiques et financiers (appelés critères de convergence) dont un niveau de déficit public annuel qui ne doit pas dépasser 3 % du PIB à la fin du précédent exercice budgétaire. La France se situant en infraction avec cette règle, la Commission européenne a engagé à son encontre une procédure de déficit excessif en 2009.
Néanmoins, la France a enfin quitté cette procédure fin juin 2018 après que la Commission européenne a constaté le passage du déficit français sous la barre des 3 % pendant deux années de suite (condition d’arrêt de la procédure), en 2017 et 2018 (avec un déficit estimé à respectivement 2,6 % et 2,3 %).

Solde budgétaire de l'Etat

Pour l’année 2017, le déficit budgétaire de l’État s’élève à 65,3 milliards d’euros. Il est en constante diminution depuis 2010. Le projet de loi de finance 2018 prévoit un déficit de 82,9 milliards d’euros. 

Le niveau du déficit budgétaire français est source de débat. Pour certains économistes, l’augmentation du déficit est un stimulant de l’activité économique par le biais d’une politique de relance (consommation, grands travaux, développement de l’emploi public,…). Pour d’autres, l’accroissement du déficit budgétaire est le signe d’une mauvaise gestion des fonds publics et un sérieux handicap pour les investissements futurs.

    7 commentaires sur “Déficit budgétaire”
    1. Article très intéressant comme déjà commenté. Auriez vous une idée des « bénéficiaires » de ce déficit. est-ce que les salariés gagent plus? est-ce que les dividendes des société augmentent? serait-ce un investissement que l’état pourrait valoriser ultérieurement?
      Merci et bravo encore!

      1. Bonjour,
        Le terme de « bénéficiaires » du déficit public nous semble mal choisi. Ce déficit est financé par l’émission d’obligations qui rapportent des intérêts (actuellement faibles, autour de 0,5 % pour des obligations à 10 ans).
        Les sociétés financières ou épargnants qui prêtent de l’argent à l’Etat perçoivent donc une rémunération en échange du service rendu (immobilisation d’un capital). Le déficit public n’a cependant pas d’impact direct sur les dividendes ou les salaires.
        Meilleures salutations.

        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,

        Le fort déficit de 2010 s’explique par la crise de 2008 qui a pénalisé les recettes publiques budgétaires et augmenté les dépenses (allocations chômages, aides diverses…). Cependant, vous avez certainement raison de souligner l’importance du déficit de 2010 par rapport à 2009, année où la crise était déjà violente. Suite à votre remarque, nous avons corrigé notre graphique, merci de votre vigilance.

        Meilleures salutations.

        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Bonjour,
      Qu’est-ce qui explique l’augmentation du déficit de presque 20 milliards d’euros en 2018 ? Baisse des recettes ou hausse des dépenses ou les deux à la fois ?
      Merci de votre réponse.

      1. Bonjour,

        Bonjour,
        Le creusement du déficit en 2018 s’explique à la fois par une baisse des recettes (transformation de l’ISF en IFI par exemple) et une hausse des dépenses (hausse du budget de l’armée par exemple). La croissance moins dynamique qu’en 2017 explique aussi le creusement du déficit public.

        Meilleures salutations.

        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

7 commentaires

Commenter