La gestion du risque de liquidité

la finance pour tous

L’activité traditionnelle des banques consiste à emprunter sur les marchés des liquidités (à court terme) pour financer l’octroi de crédits. Par exemple, une banque peut renouveler un emprunt d’argent sur les marchés tous les trois mois pour financer des crédits hypothécairessur 30 ans. Les différentes échéances adossées aux deux types d’emprunt (l’un à court terme et l’autre à long terme) permettent aux banques de dégager une certaine marge. Autrement dit, plus le crédit accordé sera long, plus la marge de la banque sera significative.

Cependant, ce mécanisme de transformation, s’il est poussé à l’extrême, peut engendrer des difficultés de refinancement pour la banque en cas de contraction sur les marchés. C’est ce que  l’on appelle le risque de liquidité.

Pour pallier ce risque, le Comité de Bâle intègre dans son dispositif de régulation la mise en place de deux ratios de liquidité :

  • un ratio de liquidité à court terme (ou LCR pourLiquidity Coverage Requirement) ;

  • un ratio de liquidité à long terme (ou NSFR pourNet Stable Funding Ratio).

Le ratio de liquidité à court terme (LCR)

Cette norme a été établie dans le but « d’assurer que la banque dispose d’un niveau adéquat d’actifs liquides de haute qualité non grevés pouvant être convertis en liquidité pour couvrir ses besoins sur une période de 30 jours calendaires en cas de graves difficultés de financement » (source : BRI).

Ces graves difficultés de financement font référence au scenario de la crise financière de 2007/2008. Le système bancaire mondial a connu de fortes tensions à la suite de déclassements importants de notations de plusieurs établissements de crédit.  Ces déclassements ont entamé la confiance du public et des marchés dans ces établissements et se sont traduits par des retraits partiels de dépôts et par des pertes de financements.

Le ratio, qui entrera progressivement en vigueur dans l’Union européenne à partir du 1er janvier 2015, imposera ainsi aux banques de disposer d’une certaine quantité d’actifs liquides leur permettant de couvrir les sorties nettes d’argent pendant au moins 30 jours. Il se définit de la façon suivante :

Ratio actifs liquides

Selon cette norme, l’encours d’actifs liquides de haute qualité doit au moins être égal aux sorties nettes de trésorerie pendant les 30 jours qui suivent la date d’arrêté du calcul du ratio. En respectant ce ratio, l’établissement devrait ainsi disposer de suffisamment de liquidités malgré des difficultés de refinancement sur les marchés.

L’assouplissement des règles de liquidité

Le 6 janvier 2013, le Comité de Bâle a annoncé un assouplissement des règles de liquidité. En effet, dans sa version originale, les accords de Bâle III définissaient les actifs liquides de haute qualité de façon très restreinte. Seuls quelques actifs étaient éligibles tels que les réserves à la banque centrale, les titres de dette (d’États, de banques centrales, d’organismes publics) ou encore les obligations d’entreprise et des obligations sécurisées notées au minimum AA- par les agences de notations. En janvier 2013, le Comité de Bâle a décidé d’élargir les réserves de liquidité aux obligations d’entreprises notées A+ à BBB-, à certaines actions et à certains emprunts hypothécaires dont la note est supérieure à AA.

À noter également que la situation des banques françaises en matière de liquidité à  court terme est moins favorable que celle des autres banques européennes du fait qu’une partie des fonds qu’elles collectent (assurance-vie, OPCVM, épargne réglementée) ne reste pas dans leur bilan. Ainsi, face à une demande de retrait de ces fonds, les banques françaises n’auraient pas la capacité de mobiliser les actifs correspondants à brève échéance.

Le ratio structurel de liquidité à long terme  (NSFR)

Le ratio structurel de liquidité à long terme (ou NSFR pour Net Stable Funding Ratio) complète le ratio de liquidité de court terme. Son but est d’assurer à tout établissement financier un « financement stable qui lui permette de poursuivre sainement ses activités pendant une période de 1 an dans un scénario de tensions prolongées ». Il se définit de la façon suivante :

Le ratio structurel de liquidite a long terme

Il correspond au montant de financement stable disponible (passif) rapporté au montant de financement stable exigé (actif). Ce rapport doit au moins être égal à 100 %, autrement dit le montant de financement stable disponible doit au moins être équivalent au montant de financement stable exigé.

Le NSFR implique que les postes du passif composant les ressources stables soient pondérés de façon dégressive en fonction de leur stabilité à horizon d’un an, la pondération dépendant toutefois du type de ressource mais aussi de la contrepartie. Ainsi, les textes entendent par financement stable disponible d’un établissement financier la somme de ses fonds propres, de ses actions de préférence et de l’ensemble de ses autres passifs d’une durée supérieure à un an – qui bénéficient d’une pondération de 100 % – ainsi que de ses dépôts sans échéance ou d’une durée inférieure à un an des particuliers ou des PME (pondérés à 85 %) ou des grandes entreprises (repris pour 50 %).

Le financement stable exigé est constitué quant à lui des actifs auxquels sont attribués des pondérations variables en fonction de leur degré de liquidité : par exemple, les liquidités et titres à court terme activement traités ne sont pas repris (pondération de 0), alors que les crédits aux particuliers d’une maturité inférieure à un an ne le sont qu’à 85 %. Les obligations émises par les entreprises sont comptabilisées pour 20 % si elles bénéficient de la notation AA au moins, mais la pondération monte à 50 % pour celles de qualité inférieure (notation A-) ainsi que pour les crédits aux entreprises d’une maturité inférieure à un an. Tous les autres actifs (notamment les prêts à long terme), sont pondérés à 100 %.

À travers le respect de ce ratio, le Comité de Bâle vise un triple objectif :

  • financer les actifs de long terme par un montant minimum de passifs stables en rapport avec le profil de risque de liquidité des banques ;

  • éviter le recours excessif aux financements de court terme lorsque la liquidité de marché est abondante ;

  • dissuader le financement des encours d’actifs liquides de haute qualité par des capitaux de court terme qui arriveraient à échéance immédiatement après la période définie par le ratio de liquidité de court terme, soit 30 jours.

Ce ratio n’est pour l’instant pas encore transcrit dans le droit communautaire. La Commission européenne devra présenter pour le 31 décembre 2016 au plus tard une proposition en ce sens.

    8 commentaires sur “La gestion du risque de liquidité”
    1. Bonjour,

      Le ratio NSFR n’est pas encore transcrit dans le droit communautaire. La Commission de l’UE l’a présenté, mais dans un cadre confidentiel et les discussions sont toujours en cours. Vous pourrez suivre l’avancement dans notre partie « actualités ».
      Meilleures salutations.

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour à vous,

        A l’heure d’aujourd’hui, ces ratios sont ils transcrits en droit français et appliqués par les établissement français ?

        1. Bonjour,

          Oui, les règlementations des accords de Bâle s’appliquent aussi en France.

          Meilleures salutations.
          L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Bonjour,
      le ratio NSFR a-il été transcrit dans le droit communautaire? je pose la question car la commission de l’UE devrait le présenter le 31 décembre 2016

    3. Bonjour,

      L’un des objectifs principaux de Bâle III est le renforcement de la liquidité des banques, et c’est le sens des deux nouveaux ratios de liquidité.

      Meilleures salutations.

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    4. Bonjour,

      Il convient de vous tenir aux ratios de Bâle III. Le ratio que vous proposez est insuffisant car il ne couvre que la partie actif du bilan.

      Meilleures salutations.

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

8 commentaires

Commenter