Les Banques Centrales créent-elles de la monnaie ?

la finance pour tous

La réponse est en principe non. Ce sont essentiellement les banques commerciales, celles qui sont habilitées à la fois à faire des crédits et à recevoir des dépôts, qui créent de la monnaie.

Il existe deux autres sources de création monétaire :

  • le déficit de l’État : il peut entraîner de la création monétaire dans la mesure où il est financé par du crédit bancaire ou directement par la banque centrale (planche à billets). Cependant, ce n’est pas le cas le plus fréquent : les États s’endettent généralement en captant l’épargne privée via des emprunts obligataires et la possibilité de financer le déficit public par de la création monétaire est strictement limité dans la plupart des pays, notamment en zone euro ;
  • les achats de devises : lorsqu’une banque achète des devises, elle crédite le compte de son client en euros (créant ainsi de la monnaie) et reçoit en contrepartie les devises.

Toutefois, ces deux sources de création monétaire restent secondaires.

La monnaie banque centrale et les billets ne sont pas de la création monétaire

Cependant, une banque centrale crée ce qu’on appelle de la « monnaie banque centrale ».

On a vu qu’un des rôles de la banque centrale était de permettre le bon fonctionnement du marché interbancaire, notamment en fournissant aux banques les liquidités dont elles ont besoin pour effectuer leurs paiements sur ce marché. De fait, elle crée de la monnaie « banque centrale » pour la durée du prêt. Mais cette monnaie est exclusivement utilisée pour les paiements entre banques et transite par les comptes que les banques détiennent à la banque centrale. Cette monnaie ne peut donc pas être utilisée directement pour accorder des crédits, elle ne circule pas dans l’économie et ne vient pas gonfler la masse monétaire.

Par ailleurs, la banque centrale produit les billets qui circulent dans l’économie.

Ces billets sont fournis aux banques qui à leur tour les mettent en circulation au profit des particuliers ou des entreprises. Toutefois, il n’y a pas de création monétaire car lorsque ces derniers retirent des billets, leurs comptes bancaires sont débités du montant correspondant. Il s’agit donc d’un simple transfert des dépôts bancaires vers les billets, sans que la masse monétaire en circulation dans l’économie ne gonfle.

La planche à billets

Néanmoins, la banque centrale peut créer indirectement de la monnaie en finançant le déficit budgétaire. C’est ce que l’on appelle « faire marcher la planche à billets ».

L’expression « faire fonctionner la planche à billets » désigne le fait, pour une banque centrale, de financer le déficit public en créditant le compte que l’État détient dans ses livres du montant de ce déficit, moyennant une rémunération.

La banque centrale accorde ainsi une avance au Trésor Public qui se traduit par une injection de liquidités dans l’économie (via les paiements réalisés par le Trésor Public) et un gonflement de la masse monétaire (hausse équivalente des dépôts à vue et/ou des billets en circulation). Si cette avance n’est pas remboursée elle peut générer un comportement de laxisme budgétaire et de financement systématique du déficit public par la banque centrale qui finirait par provoquer des tensions inflationnistes (via une surchauffe de l’activité économique et une dépréciation de la monnaie).

Ne pas confondre avec les politiques d’assouplissement quantitatif

Il ne faut pas confondre « planche à billets » et « politique non conventionnelle » ou « programmes d’assouplissement quantitatif », tels que ceux qui ont été mis en œuvre aux Etats-Unis, au Japon, dans la zone euro ou en Angleterre.

En effet, dans le deuxième cas, la banque centrale achète des titres représentatifs de la dette publique sur le marché primaire ou secondaire afin de faire baisser ou de contenir les taux d’intérêt et donc de permettre au Trésor d’emprunter dans de meilleures conditions sur les marchés financiers. Elle ne finance donc pas l’intégralité du déficit budgétaire, forçant ainsi le gouvernement à recourir aux marchés financiers pour couvrir le solde de ses besoins. 

Lorsqu’une banque centrale achète des obligations d’Etat sur le marché primaire (ce qui est actuellement interdit), elle crée néanmoins de la monnaie de façon indirecte. En effet, la banque centrale paye les titres qu’elle acquièrt au moyen  de liquidités qu’elle crée ex nihilo. Le Trésor va utiliser une partie de cet argent frais pour payer ses fonctionnaires ou ses créanciers nationaux (fournisseurs). Les comptes bancaires de ces derniers vont donc être crédités des sommes en question, ce qui fait gonfler la masse monétaire.

Lorsqu’une banque centrale achète les titres obligataires sur le marché secondaire, le lien avec la création monétaire est plus ténu, car les liquidités ainsi créées vont se déverser sur les marchés financiers au profit des vendeurs de ces titres (banques, assurances, fonds de pension, hedge funds,…). Ce n’est que si ceux-ci décident de réinvestir les sommes perçues en acquérant des titres sur le marché primaire (achat d’obligations d’Etat ou d’obligations d’entreprises) de la zone monétaire (zone euro par exemple), ou si les banques décident d’accorder davantage de crédit aux agents économiques, que les liquidités créées par la banque centrale viendront alimenter la masse monétaire.

 

    98 commentaires sur “Les Banques Centrales créent-elles de la monnaie ?”
    1. Bonjour.

      Il est précisé que « la possibilité de financer le déficit public par de la création monétaire est strictement limité dans la plupart des pays, notamment en zone euro ».

      Je trouve cela très intéressant. Est-il possible d’avoir plus de précisions ou bien un document qui pourrait détailler cela ?

      Merci d’avance

    2. Bonjour,
      J’ai une autre question toute bête probablement mais je ne trouve de réponse nulle part.
      Si des marchandises sont vendues aux États-Unis et payées en dollars, au final, c’est inscrit au passif de la Banque de France au poste Or et Devises (et elle doit créditer le compte de la banque de l’exportateur).
      Si maintenant, ces marchandises sont payées en euros parce que l’acheteur américain a échangé ses dollars contre euros aux États-Unis (où par exemple ils sont entrés il y a longtemps), c’est enregistré aussi sous un poste Or et devises ou sous un autre poste ?
      Merci d’avance (même si la question peut sembler sans importance, elle me taraude).

      1. Bonjour,
        Pour répondre à votre question, examinons précisément les mécanismes à l’oeuvre lorsqu’une entreprise française exporte des biens vers les Etats-Unis. Si le paiement est effectué en dollars, alors l’entreprise française voit son compte courant auprès de sa banque commerciale augmenter de l’équivalent en euros de la valeur des exportations. La banque commerciale de cette entreprise dispose alors de dollars : elle peut soit les utiliser pour d’autres opérations, soit les vendre sur le marché des changes. Si elle décide de vendre ces devises sur le marché des changes, la Banque centrale (disons ici la Banque de France pour simplifier) a la possibilité de les acheter contre des euros. La Banque de France accroît alors le montant de ses réserves de change et crédite le compte de la banque commerciale du montant correspondant en monnaie centrale (comme vous l’indiquez, ce compte se situe au passif du bilan de la Banque de France). Si le paiement des exportations est effectué directement en euros, alors la Banque de France n’intervient pas dans l’opération : l’entreprise américaine importatrice aura alors acheté des euros sur le marché des changes et aura réglé son partenaire commercial de la même manière que s’il s’agissait d’une entreprise française.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

        1. Bonjour,

          Merci pour votre réponse. Oui effectivement elle n’intervient pas.
          Par contre, si c’est une banque qui vent un titre qu’elle détient à un américain qui paye en euros (ou emprunte à cet américain), qu’elle dépose l’argent en réserves à la Banque de France, où est inscrite la contrepartie à la Banque de France ?
          S’il est vendu en dollars et les dollars remis à la Banque de France, la contrepartie de l’augmentation des réserves au bilan est l’augmentation des devises. Mais en euros, c’est une créance sur l’étranger ?
          Merci d’avance.

          1. Bonjour,
            Pour la Banque centrale, l’opération que vous mentionnez (vente d’un titre contre le versement de devises du pays concerné) ne modifie que la composition de son passif : les engagements envers les résidents augmentent, tandis que les engagements envers les non-résidents diminuent de la valeur du titre vendu.
            Meilleures salutations,
            L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    3. Je reprends l’exemple des 2 banques dont l’une règle une créance à l’autre.
      Il s’agit d’écritures comptables, et à priori on peut écrire ce que l’on veut..
      Comment savoir qu’il n’y a pas de fraude ?
      Il me semble que toutes les opérations devraient être centralisées à la BCE, non ?
      Cordialement,

      1. Bonjour,
        Le secteur bancaire est l’un des plus contrôlés, précisément pour éviter le plus possible les fraudes. C’est notamment le rôle de l’audit bancaire que de procéder à l’examen comptable et juridique des comptes d’un établissement bancaire.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    4. Moi ça me parait étrange cette situation.

      Ce seraient les banques privées qui créent l’argent et qui envoient les emprunts à la BCE pour qu’ils enregistrent comptablement dans leur bilan tous l’argent créé.

      (1) ce n’est pas du tout fonctionnel. (2) ce n’est pas logique politiquement (3) ce n’est pas logique comptablement.

      (1) Ce n’est pas fonctionnel car les banques privées ont de nombreuses activitées. Ce n’est pas fonctionnel car les banques privées qui ont une forte activité doivent reporter toute cette activité à la BCE s’ils créent l’argent. Il ne faut pas oublier que les documents sont des preuves, et il est logique qu’ils devraient reporter la preuve de toutes les créations d’argent à la BCE.

      (2) Politiquement cela voudrait dire que les Banques privées ont suffisament de sagesse pour ne vouloir que le bien de la cité. Hors leur intérêt individuel fait que même s’il y a des systèmes de contrôle, laisser possible la création illimité est une folie. Surtout qu’il existe un système comptable évident pour limiter naturellement la création monnétaire.

      (3) Comptablement la logique veut que si l’on veut refletter dans le bilan une chose qui a une limite comme un stock on l’enregistre au bilan et quand il sort on le supprime du bilan. Donc la logique politique est de faire pour l’argent comme pour les stocks et d’enregistrer au bilan de la BCE des crédits pour les banques qui leur sont données et enregistrées dans leurs Bilans.

      Pour conclure :

      Moi je pense plutôt que l’argent des crédits bancaires est créé par la BCE et enregistré au Bilan de la BCE quand dans un cas exceptionnel ou il faut augmenter la quantité de crédits. C’est fonctionnel car la BCE n’a pas besoin de faire de nombreuses opérations. Politiquement et comptablement c’est rationnel. Ainsi enregistrer aux comptes :

      (rubrique 5 de l’actif) Concours en euros à des établissements de crédit de la zone euro liés aux opérations de politique monétaire.

      (rubrique 2 du passif) Engagements en euros envers des établissements de crédit de la zone euro liés aux opérations de politique monétaire.

      En tout cas c’est comme ça qu’ils ont enregistré 500 Milliards qu’ils ont donné aux banques privées à la suite de la crise des sub-primes. Argent qui n’a pas été rendu et qui pourait bien donner lieu à une catastrophe encore pire vu que l’argent se promène dans l’économie.

      1. Bonjour,
        Nous vous confirmons que la création monétaire résulte principalement de l’activité d’octroi de crédits de la part des établissements bancaires. Il ne faut pas confondre cette création monétaire avec la création de monnaie « centrale » qui émane, quant à elle, de la Banque centrale (et donc de la BCE pour la zone euro). La monnaie centrale intervient dans les relations interbancaires. Le besoin, pour les banques commerciales, de se refinancer en monnaie centrale limite, en outre, le pouvoir de création de monétaire de ces banques dites de second rang.
        Concrètement, les emprunts ne sont pas « envoyés » à la Banque centrale par les établissements de crédit, mais font l’objet d’écritures comptables. Imaginons que le client d’une banque se serve du crédit obtenu auprès d’elle pour régler un achat auprès d’un fournisseur dont le compte est localisé dans une autre banque. Les deux banques se chargeront alors des écritures comptables et la première devra, éventuellement, se refinancer (en monnaie centrale) auprès de la Banque centrale.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

98 commentaires

Commenter