Agrégateurs de comptes bancaires

la finance pour tous

L’agrégation des comptes bancaires est un service en essor mais qui reste méconnu. Les agrégateurs, telles que les applications Bankin’, Linxo, Nestor, Banxo… sont des nouveaux outils qui permettent de gérer ses comptes bancaires. Explications.

Qu’est-ce qu’un agrégateur de comptes bancaires ?

L’agrégation de comptes bancaires est un service proposé par des plateformes internet et/ou des applications mobiles, qui permet de réunir sur une seule interface toutes les informations se rapportant à son ou ses comptes bancaires, même s’ils sont ouverts dans des banques différentes.

L’agrégateur permet de consulter sur une interface unique le solde de ses différents comptes, de visualiser l’ensemble de sa situation financière, de catégoriser ses dépenses, de disposer d’alertes lorsque le solde du compte atteint un seuil minimal…

Les agrégateurs s’adressent donc plus particulièrement à des clients dits multi-bancarisés qui peuvent consulter sur une seule interface, en temps réel, l’ensemble de leurs comptes de paiement et d’épargne accessibles en ligne. Mais les personnes détenant un seul compte bancaire utilisent également ces applications pour leur fonctionnalité de gestion du budget.

Deux types d’agrégateurs de comptes bancaires

Pour proposer en France les services d’agrégation de comptes, il est nécessaire d’être agréé ou enregistré en tant que :

  • prestataires de services de paiement (PSP) à savoir les établissements de crédit, les établissements de paiement et les établissements de monnaie électronique. Toutes les grandes banques françaises et la plupart des banques en ligne proposent aujourd’hui à leurs clients sur leur site internet, ou à partir une application interne, un service d’agrégation de comptes bancaires.
  • ou prestataires de services d’information sur les comptes (PSIC) qui doivent être déclarés et fournissent seulement des services d’agrégations d’informations sur les « comptes de paiement », qui n’ont pas les statuts des PSP.

Les plus connus de ces « agrégateurs dédiés » sont ceux des FinTech spécialisées : Gérer mes comptes, Bankin, Linxo, Lydia, Nestor, Moneyboard et Budgetinsight….
Certains d’entre eux deviennent des prestataires de services de paiement afin de pouvoir proposer des services de paiement. 

Principales fonctions des agrégateurs bancaires

  • donner à l’utilisateur une vision d’ensemble et instantanée sur ses dépenses grâce à la catégorisation des dépenses (loisirs, restauration, logement, etc.) à partir d’un historique des transactions et des graphiques récapitulatifs.
  • informer l’utilisateur sur son solde en mode instantanée avec une alerte en cas de solde « limite «  (risque de découvert) , ou une alerte en cas de solde positif afin d’épargner le montant restant.
  • proposer aux utilisateurs des offres en faveur d’autres organismes pour payer moins cher ou mieux dépenser.

Les Français méconnaissent les agrégateurs bancaires

Selon une étude du cabinet Square de janvier 2020, 66 % des personnes interrogées déclarent ne pas connaitre l’agrégation de comptes. Le taux monte même à 72 % pour la tranche des 50–64 ans.

Les jeunes (18-24 ans) sont les mieux informés : ils sont 55 % à déclarer connaitre cette fonctionnalité. Selon Square, ce taux favorable vient du fait que les jeunes se connectent plus que les autres sur les applications bancaires et budgétaires à partir de leur mobile.

Sont en cause à la fois une insuffisante mise en avant de la fonctionnalité dans les applications bancaires et une communication globale insuffisante de la part de l’établissement bancaire. Les applications des FinTechs souffriraient, elles, d’un véritable déficit de notoriété.

Parmi les utilisateurs qui connaissent cette fonctionnalité, 15 % utilisent l’agrégation au sein de leur propre banque contre 33 % qui ne l’utilisent pas.

Chez les utilisateurs de l’agrégation de comptes sur leur espace bancaire, 72 % consultent l’ensemble de leurs comptes sur la même application bancaire et 28 % continuent de consulter leur espace bancaire comme avant.

Les agrégats bancaires intéressent peu, même les clients multi-bancarisés

Les deux motifs de désintérêt sont :

  • pas d’intérêt en général, notamment pour les mono-bancarisés et
  • pas de confiance dans l’utilisation des données et des informations bancaires.

61 % déclarent ne pas être intéressés par cette fonctionnalité d’agrégation de comptes.

Ce désintérêt pour les agrégats bancaires se vérifie à la fois chez les clients mono-bancarisés comme, plus surprenant, chez les multi-bancarisés : 67 % de ceux qui ont cinq banques ne se déclarent pas intéressés ! Les plus intéressés seraient les clients ayant entre trois et quatre comptes.

39 % suggèrent en revanche être intéressés ou déjà utiliser une application proposant de l’agrégation bancaire.

Ce constat s’observe également pour les outils PFM (Personal Financial Management). Si 96 % des Français ne connaissent par ce terme, 53 % se déclarent intéressés par des fonctionnalités d’alertes et de notification, 36 % par des fonctionnalités de conseil et de prévisions.

Application de gestion de compte bancaire : confidentialité des données et règles du consentement

L’« open banking » (ou partage des données bancaires) pose la question de l’utilisation des données bancaires qui pourraient être partagées par sa banque avec des tiers. 

Le principal frein serait l’insuffisante protection des données et notamment une fuite des données et leur utilisation mal intentionnée par des hackers ayant réussi à aspirer les informations stockées. 

Les règles du consentement

Le Règlement général de protection des données (RGPD) (applicable depuis le 25 mai 2018) définit les règles du consentement.

Le consentement correspond à « toute manifestation de volonté, libre, spécifique, éclairée et univoque par laquelle la personne concernée accepte, par une déclaration ou par un acte positif clair que des données à caractère personnel la concernant fassent l’objet d’un traitement ».

Les implications de cette règle du consentement sont donc que :

– l’utilisateur de l’agrégateur de comptes doit donner un consentement explicite au partage de ces données,

– le responsable du traitement auquel le consommateur a donné son consentement doit pouvoir apporter la preuve qu’un consentement a été donné.

– la personne qui a donné son consentement a le droit de retirer son consentement à tout moment sans avoir à se justifier.

0 commentaire

Commenter