Retraite complémentaire du salarié : le système de bonus-malus

la finance pour tous

Si vous êtes né en 1957 ou plus tard, et si vous demandez votre retraite à partir du 1er janvier 2019, dès que vous bénéficiez du taux plein, une minoration temporaire s’appliquera au montant de votre retraite complémentaire Agirc-Arrco. Une façon indirecte d’encourager les seniors à travailler au moins un an de plus. Explications.

A compter de janvier 2019, partir à la retraite à l’âge légal en ayant cotisé le nombre de trimestres requis pour bénéficier d’une retraite au taux plein ne sera plus suffisant pour obtenir une pension de retraite complémentaire Agirc-Arrco complète.

Ainsi, si vous êtes né à compter du 1er janvier 1957, voici à quoi vous devez penser au moment de liquider votre retraite complémentaire.

Vous prenez votre retraite dès que vous bénéficiez du taux plein : une minoration de 10 % pendant 3 ans

La demande de retraite a lieu à la date à laquelle vous bénéficiez du taux plein au régime de base : une minoration temporaire de 10 % de votre pension de retraite complémentaire sera appliquée pendant 3 ans et ce au maximum jusqu’à l’âge de 67 ans.

Pour y échapper, vous devez reporter votre départ à la retraite de un à quatre ans

Pour annuler le malus, ou pour bénéficier d’un bonus temporaire, vous décidez de travailler plus longtemps, au moins un an de plus après avoir rempli les conditions d’obtention du taux plein.

Report du départ à la retraite par rapport à l’obtention du taux plein au régime général

Minoration / Majoration de la pension complémentaire

Un an

0 % de minoration, 0 % de majoration

Deux ans

Majoration de 10 %

Trois ans

Majoration de 20 %

Quatre ans

Majoration de 30 %

La majoration temporaire de votre retraite complémentaire s’applique pendant 1 an.

Certains salariés ne sont pas concernés par le dispositif de minoration :

  • les personnes handicapées (taux d’incapacité d’au moins 50 %) ;
  • les retraités ayant de faibles revenus : ceux qui sont exonérés de CSG ne subissent pas de minoration ; ceux qui bénéficient d’un taux réduit de CSG subissent une minoration réduite (au taux de 5 %) de leur pension complémentaire ;
  • les retraités ayant élevé un enfant handicapé ;
  • les retraités au titre du dispositif amiante ;
  • les retraités au titre de l’inaptitude ;
  • les bénéficiaires de la retraite des aidants familiaux.
0 commentaire

Commenter