Vous êtes salarié du secteur privé

la finance pour tous

Le système de retraite pour les salariés du secteur privé est constitué de deux étages : la retraite de base et la retraite complémentaire. Ces systèmes sont obligatoires. 

Retraite globale Retraite de base + Retraite complémentaire (Arrco + Agirc pour les cadres)

Retraite de base

C’est la retraite du régime général de la Sécurité Sociale. Son montant est obtenu en multipliant le « salaire de base » par le taux de la retraite et par la durée d’assurance au régime général.

Montant annuel de la retraite de base Salaire annuel moyen x Taux x (Durée d’assurance ÷ Durée de référence)

Salaire de base

Le montant du salaire de base est reconstitué sur la moyenne des 25 meilleures années de salaires. Mais on ne prend que la partie inférieure à un salaire plafond établi chaque année (le Plafond annuel de la Sécurité sociale – PASS).

Taux de retraite

Le taux par lequel on multiplie le salaire de base est variable en fonction du nombre de trimestres de cotisations ou de périodes équivalentes. Le taux maximum de 50 % du salaire de base reconstitué (retraite à taux plein) est atteint si vous avez cotisé le nombre de trimestres suffisants (150 à 172 trimestres selon l’année de naissance).

Durée d’assurance

La durée d’assurance ou de référence correspond au nombre de trimestres à cotiser pour percevoir une retraite à taux plein. Il se détermine selon l’année de naissance du salarié.

Durée d’assurance pour obtenir le taux plein selon l’année de naissance

Pour les assurés nés

Nombre de trimestres requis pour bénéficier du taux plein

Age d’octroi du taux plein

En 1950

162

65 ans

Entre le 1er janvier et le 30 juin 1951

163

65 ans

Entre le 1er juillet et le 31 décembre 1951

163

65 ans et 4 mois

En 1952

164

65 ans et 9 mois

En 1953

165

66 ans et 2 mois

En 1954

166

66 ans et 7 mois

En 1955 – 1956 – 1957

166

67 ans

En 1958 – 1959 – 1960

167

67 ans

En 1961 – 1962 – 1963

168

67 ans

En 1964 – 1965 – 1966

169

67 ans

En 1967 – 1968 – 1969

170

67 ans

En 1970 – 1971 – 1972

171

67 ans

A partir de 1973

172

67 ans

Suite à la réforme des retraites de 2003, le nombre de trimestres est fixé de manière à maintenir constant le rapport entre la durée d’assurance requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein et la durée moyenne de la retraite, compte-tenu des estimations actuelles de l’INSEE concernant l’évolution de l’espérance de vie.

La durée d’assurance correspond aux trimestres cotisés par le salarié auxquelles peuvent s’ajouter les périodes équivalentes, les majorations de durée d’assurance et les éventuels rachats de trimestres.

Un trimestre cotisé ne correspond pas à un trimestre civil. Pour valider un trimestre, il faut avoir cotisé sur un salaire minimum, dans la limite de 4 trimestres par an.

1 trimestre cotisé = 150 x Smic horaire à compter du 1er janvier 2014 (200 x Smic horaire jusqu’au 13 décembre 2013)

La durée d’assurance correspond donc aux périodes (trimestres) ayant donné lieu au versement d’un salaire minimum (soit 1 482 euros pour 2018).

Les périodes équivalentes et les rachats de trimestre

Les périodes de chômage, de maternité, d’invalidité, de service militaire correspondent à des périodes équivalentes ou assimilées.

Les enfants et la majoration de la durée d’assurance

Jusqu’en 2010, la règle était que la mère bénéficiait de deux ans (8 trimestres) par enfant élevé. Désormais, si l’enfant est né en 2010 et après, la règle concernant le nombre de trimestres accordés par enfant élevé est la suivante :

  • 4 trimestres par enfant sont accordés à la mère pour la grossesse et l’accouchement

  • 4 trimestres maximum pour les démarches d’adoption. Le couple dispose de 6 mois à compter du 4ème anniversaire de l’adoption pour décider du bénéficiaire de ces trimestres. Passé ce délai, ils sont accordés à la mère. En cas de désaccord, la majoration peut être partagée.

  • 4 trimestres sont accordés pour l’éducation de l’enfant. Le couple dispose de 6 mois à compter du 4ème anniversaire de l’enfant (ou de son adoption) pour décider du bénéficiaire ou de la répartition de ces trimestres. Passé ce délai, ils sont accordés à la mère. En cas de désaccord, la majoration peut être partagée.

Pour la retraite complémentaire Agirc-Arrco, la pension bénéficie d’une majoration pour enfants dans deux cas :

  • vous avez des enfants à charge au moment de votre départ à la retraite
  • ou vous avez eu ou élevé au moins trois enfants.

Des possibilités de rachat de cotisations (validation de trimestres sans avoir cotisé) existent notamment pour les années d’études supérieures validées par un diplôme.

Age légal de départ à la retraite

Vous êtes né

Vous pouvez partir à la retraite à

Entre 1949 et le 30 juin 1951

60 ans

Entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1951

60 ans et 4 mois

En 1952

60 ans et 9 mois

En 1953

61 ans et 2 mois

En 1954

61 ans et 7 mois

A partir de 1955

62 ans

L’âge légal ouvrant droit à la retraite est fixé à 62 ans depuis 2017. Il était de 60 ans jusqu’au 1er juillet 2011. Il a augmenté de 5 mois supplémentaires le 1er janvier de chaque année jusqu’en 2017.

Décote et surcote

Pour bénéficier d’une retraite de base à taux plein il faut non seulement avoir l’âge minimum mais également avoir cotisé au régime général des salariés ou à un régime équivalent suffisamment longtemps.

Si vous prenez votre retraite à l’âge légal sans avoir suffisamment cotisé pour avoir le taux plein, vous subissez une décote.

Dans le cas où il y a décote pour le régime de base, une décote souvent supérieure s’applique également aux prestations versées par les régimes complémentaires. 

Si vous travaillez au-delà de cet âge, les trimestres seront comptabilisés normalement jusqu’à obtention du taux plein. Au-delà vous bénéficierez d’une surcote.

Lire : Décote, surcote… Quoi ? Qui ?

Le montant maximum de la retraite de base à taux plein est égal à la moitié du plafond annuel de la Sécurité sociale de l’année où l’on prend sa retraite. Il n’est perçu que quand on peut justifier de 25 ans de rémunérations au moins égales au salaire plafond de chaque année.

Retraite complémentaire

La retraite complémentaire « ARRCO » (Association des régimes de retraites Complémentaires) concerne tous les salariés. Pour les cadres, il existe en plus la retraite « AGIRC » (Association générale des institutions de retraites des Cadres).

L’employeur cotise aux caisses désignées par la convention collective du secteur, ou aux caisses départementales compétentes. Il en existe de multiples. Votre retraite peut être payée par plusieurs caisses. Mais les mêmes règles s’appliquent à toutes, notamment le système par points.

Les systèmes par points

Au montant des cotisations, correspond un certain nombre de points. Ils sont calculés en multipliant les cotisations par un « prix d’achat du point » fixé nationalement chaque année Le nombre de points obtenus chaque année doit vous être transmis par vos caisses.Au moment de prendre votre retraite, le total des points accumulés est converti en montant de retraite.

    6 commentaires sur “Vous êtes salarié du secteur privé”
    1. Que puis-je espérer comme pension de retraite pour avoir travaillé pendant dix pour un salaire annuel de 114,400 rands et etant agé de 65 ans ( Né 06.07.1951

    2. Bonjour,

      Pour les retraités du secteur privé, les cotisations sociales prélevées sur les pensions de retraite s’élèvent à 7,40 % sur la retraite de base et à 8,40 % sur les retraites complémentaires Arrco (pour tous) et Agirc (pour les cadres), depuis le 1er avril 2013.

      Meilleures salutations.

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

6 commentaires

Commenter