PRATIQUE

Régler ses achats sur Internet

Ces dernières années, les achats sur Internet connaissent une progression considérable. En 2015, on comptait en France 37 millions d'acheteurs en ligne, pour un total de près de 57 milliards d'euros d'achats. Plusieurs modes de paiement existent. Tour d’horizon.

La carte bancaire

Utilisée par 86 % des internautes, c’est le moyen de paiement le plus répandu.

Son utilisation n’est pas plus risquée que dans un magasin, à condition de prendre certaines précautions. Il faut privilégier les enseignes connues disposant d’une adresse et d’un numéro de téléphone clairement indiqué sur leur site.

Il est indispensable d’acheter sur des sites disposant d'une zone de paiement sécurisée symbolisée par le petit cadenas affiché en position fermée en bas à gauche ou à droite de votre écran. L'adresse dans la fenêtre doit alors commencer par https et non plus par http.

Autre solution : une e-carte bancaire (« E-carte bleue », « P@ywebCard », « Virtualis »… selon les réseaux bancaires), est un moyen de paiement conçu exclusivement pour Internet. Il suffit d’installer un logiciel sur son ordinateur. Ensuite, pour chaque achat, votre banque vous fournit un numéro à usage unique, qui correspond à une transaction spécifique pour un montant et un moment donnés. Une formule dont le coût est variable selon les établissements. Attention ! Ce mode de paiement ne convient pas pour tous les paiements. Par exemple, pour régler des billets de trains, le choix du retrait des titres de transport en gare ne permet pas l’utilisation de la e-carte bancaire car la présentation de la carte « réelle » ayant servi au paiement est obligatoire.

Les systèmes de micro-paiement

Pour les très faibles montants, la carte bancaire est mal adaptée car elle engendre des frais pour les commerçants. Des moyens de micro paiement sont donc apparus.

Les intermédiaires

Ils sont de plus en plus nombreux, les plus connus étant Paypal, Google Wallet... Pour les utiliser, il faut tout d’abord créer un compte auprès de l’un d’eux en lui communiquant vos coordonnées bancaires. Ensuite, il n’est plus besoin de donner ces informations confidentielles aux commerçants en ligne : à charge pour l’intermédiaire sélectionné de réaliser la transaction.

Ils sont appréciés pour leur simplicité d’utilisation mais ne disposent pas des mêmes règles de sécurité qu’une banque et ne sont pas partenaires de tous les sites marchands.

Le téléphone surtaxé

Souvent utilisé pour l’achat de contenu numérique (musique, films, épisodes de séries…), l’achat est réglé en appelant un numéro surtaxé ou en envoyant un SMS, surtaxé lui aussi.

Facture Internet

Les clients ADSL peuvent aussi acheter du contenu numérique sans utiliser de carte bancaire grâce à Internet + (solution de paiement sécurisée en ligne). Les achats sont reportés sur la prochaine facture d’accès à Internet, sans frais ni commission.

La carte bancaire prépayée

En vente chez quelques établissements bancaires, elle permet d’effectuer des achats sur Internet de façon simple, sécurisée et anonyme. Elle a aussi l’avantage de limiter les dépenses.

Que faire en cas de litige

En cas de prélèvement anormal, il faut immédiatement faire opposition à votre carte bancaire et contester par écrit auprès de votre banque dans un délai de 13 mois maximum (pour les achats effectués sur un site internet situé dans la zone euro) et 70 jours pour un paiement hors zone euro. Ce délai peut être porté à 120 jours si le contrat le stipule.

Les achats de valeur réalisés par les mineurs à l’insu des parents peuvent être annulés. Ce type de litige se règle la plupart du temps par la médiation, en contactant le service client du site commerçant.

Que faire en cas d'achat non conforme ou de déception

Étant donné qu'un achat sur Internet est un achat à distance, vous disposez d'un délai de rétractation de 7 jours à compter de la réception du bien. Ce délai peut même être porté à 3 mois si certaines obligations du vendeur n'ont pas été respectées (par exemple, le montant des frais de livraison, des dysfonctionnement sur le SAV ou sur les garanties).
Le commerçant dispose alors d'un délai de 30 jours pour procéder au remboursement.
Si vous n'avez aucune justification à apporter pour cette demande d'annulation, les frais de retour resteront à votre charge. En revanche, si l'article est défectueux ou non conforme à la description, les frais de retour sont à la charge du vendeur (application de la garantie légale de conformité).

Créé le 13 juillet 2010 - Dernière mise à jour le 23 septembre 2016
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !