La rémunération des fonctionnaires

Les fonctionnaires et personnels assimilés perçoivent un « traitement » et non un salaire.

Pour les militaires, on parle de «  solde   Définition Mot féminin qui désigne le traitement des militaires.
 », à ne pas confondre avec les rabais consentis par les commerçants, également appelés «  soldes   Définition Mot masculin qui signifie, soit une différence entre deux montants (s’applique par exemple au compte bancaire ou au budget, et on parle alors de solde positif ou négatif, créditeur ou débiteur), soit un reliquat à payer, soit une vente à prix réduit (on parle alors de soldes - au pluriel).
 » mais du genre masculin cette fois ! Au delà de ces différences de terminologie, il existe une réelle spécificité de la rémunération des agents publics.

Les éléments de la rémunération des fonctionnaires

La rémunération des fonctionnaires au sens large (fonctionnaires et contractuels) se compose d'une rémunération principale et, éventuellement, de primes et indemnités.

La rémunération principale

La rémunération principale se compose du traitement indiciaire ou traitement de base et, éventuellement, de l'indemnité de résidence, du supplément familial de traitement (SFT) et de la nouvelle bonification indiciaire (NBI).

Le montant du traitement est fixé en fonction du grade de l'agent (dans son corps) et de l'échelon auquel il est parvenu ou de l'emploi auquel il a été nommé.

Traitement des fonctionnaires

Le traitement brut mensuel (TBM) est calculé selon la formule suivante :

TBM = (IM x valeur annuelle du traitement de l'IM 100, soit 5556,35 € depuis le 1er juillet 2010) / 1200

Un attaché d’administration centrale au 1er échelon est à l’indice brut 404, correspondant à l’IM 365. Son traitement mensuel brut sera de :

365 X 5556,35 /1200 = 1 690 € 

A ce traitement de base, s’ajoutent des sommes fonction de la situation géographique ou familiale, qui ont un caractère automatique. Ainsi l’indemnité de résidence est comprise entre 0 et 3 % du traitement brut, selon la zone d’emploi ; le supplément familial de traitement est versé dès le 1er enfant et comporte une part fixe et une part calculée en pourcentage du traitement brut.

Les primes et indemnités

De multiples primes et indemnités peuvent être versées dans les 3 fonctions publiques comme par exemple des indemnités pour heures supplémentaires, pour travaux risqués, pour mobilité, pour tenir compte d’une technicité particulière ou récompenser la manière de servir (prime de rendement, de fonctions ou de résultat)…

Comment passe-t-on du brut au net dans la fonction publique ?

Pas si simple, car les retenues s’appliquent tantôt au traitement brut total, tantôt au montant hors primes, tantôt aux primes, tantôt au traitement net…

En tout cas, les retenues, de l’ordre de 16 à 17 % du brut sont sensiblement inférieures à celles du secteur privé (où il faut enlever entre 22 et 25 % du brut pour passer au net). En effet, les fonctionnaires ne paient, sur la part "salariale", ni cotisations d'assurance maladie, ni cotisation chômage. En revanche, les cotisations payées par l'Etat employeur sont, en règle générale, supérieures à celles payées par les entreprises et le secteur privé.

Calcul des charges dans la fonction publique

Les niveaux de rémunération

En 2012, un agent de la fonction publique de l’État a perçu en moyenne un salaire brut mensuel de 2 970 € (2 460 € nets) contre 2 200 € (1 850 € nets) dans la Fonction publique territoriale et  2 660 € (2 240 € nets) euros dans la Fonction publique hospitalière.

Des inégalités hommes/femmes qui persistent

La différence entre le salaire moyen des hommes et celui des femmes au sein de la fonction publique de l’Etat est de 15 % en 2011. Les raisons en sont les suivantes :

  • les femmes connaissent davantage de périodes de travail à temps partiel et des interruptions de carrière plus fréquentes,
  • elles occupent moins souvent les postes les plus rémunérateurs,
  • elles forment les deux tiers des enseignants, dont le salaire net moyen est plus faible que celui des autres agents de la FPE de la même catégorie.

L’écart de salaires entre hommes et femmes est plus marqué pour la catégorie A (18,1 %) que pour les catégories B (10,6 %) et C (8,9 %).

Créé le 03 février 2012 - Dernière mise à jour le 05 janvier 2015
© IEFP – la finance pour tous
 
4 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
L’équipe de l’IEFP, publié le 19/01/2015 09:45

Bonjour,

Les différentes informations mentionnées dans notre articles proviennent de données statistiques collectées par l'INSEE. Il s'agit de moyennes nationales. Elles gomment en partie les écarts entre chaque situation.

Meilleures salutations.

L'Equipe de Lafinancepourtous.com

moya , publié le 15/01/2015 22:36

30 ans de carrière et je suis à 1 754 euros, catégorie C, fonctionnaire d'État.
Sont incluses dans les 1 754 euros 400 euros de primes. Ces 400 euros de primes ne seront pas prises en compte lors de ma retraite.
Alors, j'aimerais bien savoir comment vous faîtes pour trouver un salairemoyens de 2 459 euros. Croyez bien que j'aimerais bien les percevoir. Merci de ne pas faire circuler des infos qui sont fausses.
Cordialement.




Où trou

L’équipe de l’IEFP, publié le 11/12/2014 13:09

Bonjour,

Comme vous l'avez noté en lisant notre article ci-dessus , ces chiffres proviennent de l'INSEE. Il s'agit par ailleurs de moyennes. Ce qui masquent les disparités entre les corps et les grades de chaque fonctionnaire.

Meilleures salutations.

L'Equipe de Lafinancepourtous.com

Lisy59 , publié le 10/12/2014 14:09

2 459 euros, c'est le salaire net mensuel moyen d’un agent de l’État en 2010, en 2014 je ne touche même pas la moitié ! je ne sais où vous avez était vous renseigner pour annoncer cela, je travail en temps plein et depuis 2002. ???

 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !