Dividendes

la finance pour tous

Les dividendes sont les sommes versées à titre de revenus par une entreprise à ses actionnaires.

L’attribution et le montant des dividendes sont proposés par le conseil d’administration à l’Assemblée Générale des actionnaires qui décide d’attribuer ou non des dividendes, de leur montant et de la date de leur(s) versement(s). Le versement est effectué périodiquement une ou plusieurs fois par an. Les dividendes peuvent être payés en numéraire ou par attribution d’actions.

Les dividendes versés pour chaque action d’une même entreprise sont d’un montant identique (dividende par action). L’Assemblée Générale décide du montant de dividende par action. Le montant global reçu par actionnaire dépend alors du nombre d’actions qu’il détient. 

Une partie des bénéfices 

En général, les dividendes sont prélevés sur les bénéfices de l’année précédente (appelés aussi résultats nets) réalisés par l’entreprise. Mais une Assemblée Générale peut décider le versement de dividendes même si l’entreprise n’a pas fait de bénéfices ou a fait des pertes sur l’exercice annuel concerné à condition qu’il y ait des réserves. Elle peut également décider le versement de dividendes supérieurs aux bénéfices réalisés (comme ça a par exemple été le cas d’Engie en 2017).

On appelle taux de distribution le rapport entre les dividendes versés et les bénéfices de l’entreprise.

La partie des bénéfices non versés en dividendes est réinvestie dans l’entreprise et comptabilisée dans le compte « réserves ». 

Dividende et Rendement 

On appelle souvent rendement le rapport entre le dividende de l’action et le cours de l’action.

Le dividende ne constitue qu’une partie de la rentabilité obtenue par la détention d’une action. L’autre partie est constituée par la plus-value (ou la moins-value) obtenue au moment de la vente de l’action. 

Le « rendement » au sens du ratio dividende sur cours de l’action est un ratio qui peut être trompeur. En effet, pour un même niveau de dividende par action distribué, le ratio sera d’autant plus élevé que le cours est bas. Mais en ce cas le propriétaire de l’action risque de n’avoir qu’une faible plus-value ou même de subir une moins-value s’il vend son action lorsque le cours est bas. La rentabilité totale de son investissement peut être faible ou négative, alors que le rendement affiché sera élevé.

Les valeurs de rendement

Les « valeurs de rendement » sont les sociétés qui distribuent une part importante de leurs bénéfices sous forme de dividendes… Certains gérants de portefeuille en ont fait un thème d’investissement et ont créé des FCP ou des Sicav spécifiques.

Les 10 plus forts rendements en 2018

Sociétés

Dividende par action versé en 2018 (en euros)

Rendement 2018 (dividende / cours de bourse)

Sword Group

4,2

14,61 %

Rallye

1,00

11,15 %

Carmila

1,50

9,33 %

Mercialys

1,11

8,93 %

Natixis

0,38

8,92 %

Casino

3,12

8,73 %

Tour Eiffel

3,00

8,26 %

Altarea

13,25

7,88 %

Société Générale

2,23

7,86 %

Kelpierre

2,10

7,66 %

Source : Boursorama.fr, janvier 2019

Déterminer le niveau des dividendes 

À court terme, le versement de dividendes constitue un prélèvement sur les ressources de l’entreprise. Au moment où ils sont distribués, le cours de l’action enregistre cette diminution des ressources par une baisse des cours. C’est pourquoi certaines entreprises autorisent les actionnaires à réinvestir leur dividende sous forme d’achat d’actions.

À plus long terme, les rapports entre dividende et cours de l’action sont plus complexes.
D’un côté le versement de dividendes attire des actionnaires et fidélise les actionnaires actuels. Cela joue positivement sur le cours de l’action. Mais d’un autre côté un prélèvement excessif sur les ressources de l’entreprise pour rémunérer les actionnaires peut pénaliser la capacité de financement du développement futur de l’entreprise

Des actionnaires de mieux en mieux rémunérés

La distribution des dividendes fait régulièrement l’objet de débats animés, les syndicats de travailleurs accusant régulièrement les entreprises de privilégier les actionnaires au détriment des salariés.

Au niveau mondial, les dividendes distribués ont augmenté de 7,7 % en 2017, soit plus rapidement que la croissance économique (3,6 %).

Pour l’année 2018, les entreprises du CAC40 ont distribué 57,4 milliards d’euros de à leurs actionnaires (dont 10,9 milliards via des rachats d’actions et 46,5 milliards de dividendes).

En 2017, le montant versé aux actionnaires avait été de 50,9 milliards d’euros. Le chiffre de 2018 dépasse également le précédent record de 2007, année au cours de laquelle les entreprises du CAC40 avaient distribué 57 milliards d’euros à leurs actionnaires.

Cette hausse de la rémunération des actionnaires s’explique par les bons résultats du CAC40 qui a dégagé en 2017 (année de référence pour le versement des dividendes de 2018) 92 milliards d’euros de bénéfice, soit le chiffre le plus élevé des dix dernières années.

Cela ne veut pas dire que les actionnaires du CAC40 se sont enrichis en 2018 car, si les dividendes ont été orientés à la hausse, le prix des actions a lui sensiblement baissé.

Les entreprises françaises seraient d’ailleurs plus généreuses avec les actionnaires que leurs voisines européennes.

Par exemple, en 2017, les entreprises allemandes ont distribué 31,2 milliards d’euros, contre 50,9 milliards en France.

Rendement moyen des dividendes

Lecture du graphique : En moyenne en France en 2017 les dividendes versés représentaient 3,04 % du cours des actions.

Mais attention, ces comparaisons internationales ne sont pas forcément pertinentes : elles ne tiennent pas compte des différents profils d’entreprises (grandes entreprises matures ou jeunes entreprises technologiques ou de croissance) dans les indices boursiers de chaque pays.

    4 commentaires sur “Dividendes”
4 commentaires

Commenter