La politique monétaire de la Banque Centrale

la finance pour tous

Chaque établissement bancaire est tenu de disposer d’un compte auprès de la banque centrale. C’est grâce à ces comptes bancaires que la BCE met en place la politique monétaire.

Premier instrument : le taux des réserves obligatoires

La Banque Centrale impose à toutes les banques commerciales de « déposer » sur leur compte (auprès de la BCE) un pourcentage des dépôts qu’elles collectent. Si le taux des réserves obligatoires est de 1 %, cela signifie que si une banque accorde un crédit de 1000 €, elle crédite le compte de dépôt de son client d’autant et doit alors déposer 10 € à la BCE.

Plus le taux des réserves obligatoires est faible, plus les banques pourront accorder des crédits. Si la BCE décidait de baisser ce taux à 0,5 %, lorsqu’une banque prête 1000 €, elle ne devrait plus déposer que 5 € à la BCE au lieu des 10 € précédemment.

Inversement, si la BCE augmente ce taux à 2 %, les banques pourront accorder moins de prêts car pour 1000 € prêtés, 20 € au lieu de 10 € précédemment devront être déposés à la BCE et seront donc « gelés ». Cet instrument est aujourd’hui peu utilisé par la BCE. La seule modification du taux des réserves obligatoires remonte au 18 janvier 2012, où il est passé de 2 % à 1 %. Il n’avait pas évolué auparavant.

Deuxième instrument : les interventions sur le marché interbancaire

Ces interventions, dites « opérations d’open market« , se situent au cœur de la politique monétaire de la BCE.

Quand une banque a besoin de liquidités pour honorer les paiements effectués par ses clients (si ses clients retirent plus d’argent de leurs comptes qu’ils n’en déposent), elle les emprunte à une autre banque.
De l’autre côté, quand une banque a des liquidités disponibles (ses clients remettent plus d’argent sur leurs comptes qu’ils n’en retirent), elle les propose aux autres banques. C’est ce que l’on appelle le marché interbancaire.
Les banques se prêtent pour des durées très courtes, allant de 24 heures seulement à un an. Les paiements entre banques se font exclusivement par l’intermédiaire des comptes qu’elles détiennent à la banque centrale. C’est pourquoi on parle de « monnaie banque centrale ».

Les taux d’intérêt sur le marché interbancaire servent de référence aux banques pour fixer les taux d’intérêt des crédits qu’elles accordent à leurs clients.

Mais quand une banque ne trouve pas le montant nécessaire auprès des autres banques, elle peut s’adresser à la BCE qui va lui prêter ces liquidités à un taux d’intérêt appelé « taux des opérations principales de refinancement ». La banque doit pour cela apporter à la BCE des garanties sous la forme de titres de créances de qualité qu’elle détient. On dit qu’elle se « refinance » auprès de la banque centrale. C’est le mode principal d’intervention de la BCE. Celle-ci a modifié le taux de ces opérations principales de refinancement à 41 reprises depuis sa création en 1999 (22 baisses et 19 hausses).

Si la BCE augmente le taux de ses opérations de refinancement, les banques vont répercuter cette hausse sur le coût des crédits qu’elles accordent. Les agents économiques (ménages, entreprises, États) vont être plus réticents à emprunter et vont alors réduire leur consommation ou leurs investissements.

Inversement, si la BCE diminue le taux de refinancement, les banques vont diminuer le taux d’intérêt de leurs crédits. Les agents économiques vont être plus enclins à emprunter et vont alors augmenter leur consommation et leur investissement.

En cas de tensions sur le marché interbancaire (les banques ne veulent plus se prêter), la banque centrale peut aussi fournir des liquidités (octroi de prêts temporaires garantis par des titres par exemple) ce qui a pour effet de faire baisser le taux du marché monétaire. En sens inverse, elle peut également intervenir pour retirer des liquidités (elle vend aux banques des titres de dette publique par exemple) et orienter le taux du marché monétaire à la hausse.

Troisième instrument : les facilités permanentes

Les facilités permanentes sont gérées de façon décentralisée par les banques centrales nationales membres de la zone euro. Elles sont réalisées sans appel d’offre, à la demande des banques sans limitation de montant ou à l’initiative de chaque banque nationale.

Elles permettent de fournir ou de retirer des liquidités par le biais de prêts ou de dépôts d’une durée de 24 heures. Le taux d’intérêt de ces opérations est fixé par la BCE. Ils déterminent respectivement le taux plafond et le taux plancher du marché interbancaire au jour le jour.

    136 commentaires sur “La politique monétaire de la Banque Centrale”
    1. Bonjour, en quoi l’intervention de la banque centrale a des effets sur les niveaux des prix et l’activité économique ?

      1. Bonjour,
        Lorsque la Banque centrale augmente ses taux d’intérêt directeurs, le coût du refinancement des banques commerciales s’accroît. Les banques vont alors répercuter cette hausse sur le coût des crédits qu’elles accordent. Dans ces conditions, les ménages et les entreprises seront plus réticents à contracter des crédits : l’investissement des entreprises et la consommation des ménages ralentiront. Une hausse du taux d’intérêt directeur est donc une manière de lutter contre la surchauffe économique et/ou une augmentation trop rapide des prix. Les mécanismes inverses sont à l’œuvre lorsque la Banque centrale diminue ses taux d’intérêt directeurs.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,
        Une manière pour la Banque centrale d’influencer les taux d’intérêt à long terme est d’orienter les anticipations des agents économiques. Elle peut par exemple annoncer qu’elle augmentera, à terme, son taux d’intérêt directeur (ce qui aura un impact direct sur les taux d’intérêt à court terme).
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Mais quand une banque ne trouve pas le montant nécessaire auprès des autres banques, où est-ce que la BCE trouve ses liquidités pour les prêter aux banques commerciales ?

      1. Bonjour,
        Lorsqu’une banque ne trouve pas les liquidités dont elle a besoin auprès des autres banques commerciales, elle s’adresse effectivement à la Banque centrale. Cette dernière est, en effet, la seule à pouvoir créer de la « monnaie banque centrale », utilisée pour les échanges interbancaires.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    3. Qu’advient-il des taux d’intérêt lorsque l’État, par l’intermédiaire de la Banque centrale, décide d’augmenter la masse monétaire ?

      1. Bonjour,
        En théorie, lorsque les autorités monétaires augmentent la masse monétaire, le taux d’intérêt diminue, toutes choses égales par ailleurs. Dans la pratique, toutefois, les Banques centrales ont davantage recours à la fixation de taux d’intérêt directeurs pour réguler la quantité de monnaie dans l’économie.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    4. Bonjour, le taux d’intérêt directeur a-t-il une influence si importante sur les taux d’intérêt ? En effet, lorsqu’elle accorde un prêt la banque crée la monnaie. Elle n’a donc pas à l’emprunter ni sur le marché interbancaire ni auprès de la banque centrale ?

      1. Bonjour,
        Les taux d’intérêt directeurs fixés par les Banques centrales ont effectivement un rôle majeur dans la fixation des taux d’intérêt. En effet, si les banques commerciales disposent du pouvoir de création monétaire, elles doivent se refinancer auprès de la Banque centrale en cas de manque de liquidités, également appelées « monnaie centrale ». Cette monnaie centrale ne peut être créée que par la Banque centrale. Ce refinancement a un coût – le taux d’intérêt directeur –, que les banques commerciales répercutent partiellement sur leurs clients.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,
        Il s’agit de la durée fixée par la Banque centrale pour les opérations principales de refinancement, par lesquelles elle accorde des prêts, eux-mêmes garantis par la prise en pension d’actifs. La durée des opérations principales de refinancement est fixée par la Banque centrale. D’autres opérations, dites LTRO, ont des durées supérieures à une semaine.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,
        Nous ne sommes pas certains de comprendre votre question. Qu’entendez-vous par l’expression « orientation du taux directeur » ?
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

          1. Bonjour,
            Et merci pour cette précision ! Lorque la Banque centrale diminue son taux d’intérêt directeur, les banques répercutent cette baisse sur le coût des crédits qu’elles accordent. Les agents économiques vont être incités à emprunter davantage, ce qui stimule la consommation et l’investissement. Lorsque la Banque centrale augmente son taux d’intérêt directeur, c’est l’inverse.
            Meilleures salutations,
            L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,

        Les limites de la politique monétaire peuvent être multiples ! Tout d’abord, les Banques centrales éprouvent parfois des difficultés à atteindre le taux d’inflation qu’elles se sont données pour cible. Ensuite, les outils conventionnels de politique monétaire perdent de leur pertinence dans un contexte de taux d’intérêt bas. Enfin, les mesures non conventionnelles de politique monétaire, comme les programmes d’achats de titres, peuvent favoriser la formation de bulles spéculatives.

        Meilleures salutations,

        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,

        Les limites à la création monétaire des banques sont liées, d’une part, au taux des réserves obligatoires (et dépendent donc des dépôts gérés par la banque) et, d’autre part, à la réglementation macroprudentielle (et dépendent alors du montant des fonds propres de la banque). Il est donc impossible de répondre à votre question sans avoir connaissance de ces paramètres.

        Meilleures salutations,

        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,
        Les banques centrales supervisent l’activité des banques commerciales afin de garantir la stabilité des systèmes financiers. Pour cela, elles les contraignent notamment à leur fournir toutes les données utiles. Vous pouvez consulter le site de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) pour davantage de précisions sur manière dont le contrôle bancaire est exercé en France : https://acpr.banque-france.fr/controler/controle-prudentiel-bancaire/controle-bancaire.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

136 commentaires

Commenter