Achat (comptant ou à crédit) de son véhicule, LOA ou LLD : choisir entre ces différentes solutions

la finance pour tous

Le financement d’un véhicule est un budget important pour un ménage. Il peut être réalisé au comptant, à crédit, en location avec option d’achat (LOA) ou encore en location longue durée (LLD). Chaque solution présente des intérêts et des inconvénients que chacun d’entre nous doit connaître avant de faire son choix.

Les différentes simulations ont été opérées sur une même durée de 37 mois. Elles ont été réalisées sur des données effectives recherchées notamment chez un constructeur automobile. Peu importe le prix initial du véhicule, seules comptent les différences de coût de chacune des options.

L’achat de véhicule au comptant

L’achat au comptant nécessite un coût initial important mais il n’implique par la suite aucun flux débiteur. Cette opération n’est pour autant pas gratuite.

Prix d’acquisition 37 300 €
Dépréciation du véhicule sur la période  
Dépréciation du véhicule la 1ère année20%7 460 €
Dépréciation du véhicule la 2ième année15%5 595 €
Dépréciation du véhicule la 3ième année15%5 595 €
Dépréciation Argus  18 650 €
Dépréciation par valeur de rachat d’un concessionnaire (20 % de marge)  22 380 €
Remise en état du véhicule 1 000 €
Dépréciation totale 23 380 €
Valeur du bien au bout de 3 ans 13 920 €
Perte sur placement 846 €
Capital restant 13 074 €

Les postes de dépense les plus importants sont :

  • L’acquisition du véhicule qui est dans ce cas de 37 300 €
  • Autres postes de « dépenses » :
    – La remise en état du véhicule sans laquelle la dépréciation du véhicule sera plus forte. Elle est évaluée forfaitairement à 1 000 €. Cette remise en état sera d’ailleurs à réaliser dans tous les cas ;
    – Le manque à gagner résultant de l’immobilisation du capital de 37 300 €. Ce manque à gagner est supposé de 0,75 % / an, soit 846 €.

Soit côté dépenses, la somme totale de 39 146€.

Le poste de recette est constitué par la valeur du bien à l’issue des 3 ans. Comment cette valeur se calcule-t-elle ? Il s’agit du prix d’achat moins la dépréciation du véhicule. Nous supposons cette dépréciation de 20 % la première année, 15 % la deuxième et la troisième année. Cette dépréciation correspond peu ou prou à la dépréciation constatée à la lecture de la cote argus. Toutefois, quiconque a essayé de vendre son véhicule sait que l’intermédiaire n’applique pas exactement la cote argus. Il opère une décote supplémentaire que nous évaluerons à 20 %, sa marge commerciale. En cas de rachat du véhicule par un concessionnaire, cette décote supplémentaire n’est parfois pas appliquée mais elle est toutefois très souvent comprise dans la valeur de reprise offerte. La revente de son véhicule à un particulier est aussi une solution nécessitant des discussions avec des interlocuteurs qui ne sont pas toujours des professionnels. Dans le cas envisagé, cette dépréciation est de 18 650 € + les 20 % de marge commerciale en cas de rachat par un concessionnaire, soit 22 380 €. Cette dépréciation du véhicule est identique dans un achat à crédit ou dans une location avec option d’achat.

On peut espérer récupérer au bout des trois ans 37 300 € – 22 380 € = 14 920 €.

Compte tenu de ces hypothèses, le coût final du véhicule sur les 37 mois est de 24 226 €  (39 146 – 14 920), soit 655 € par mois.

L’achat de véhicule à crédit

Prix d’acquisition 37 300 €
Mensualités du crédit 1 057 €
Coût du crédit TAEG fixe de 3,09 % sur 37 mois) 1 809 €
Total dû 39 109 €
Dépréciation du véhicule sur la période  
Dépréciation 1ère année20%7 460 €
Dépréciation 2ième année15%5 595 €
Dépréciation 3ième année15%5 595 €
Dépréciation Argus 18 650 €
Dépréciation par valeur de rachat d’un concessionnaire (20 % de marge)  22 380 €
Remise en état du véhicule 1 000 €
Dépréciation totale 23 380 €
Valeur du bien au bout de 3 ans 15 729 €
Placement argent 846 €
Capital restant (39 109 € -23 280 € + 846 €) 16 575 €

Dans l’hypothèse d’un achat à crédit, les éléments de coûts sont les suivants :

  • Le coût cumulé des mensualités de remboursement. Dans cet exemple le montant est de 39 109 €. Pour apprécier la valeur d’un achat à crédit, nous avons choisi un TAEG fixe de 3,09 % sur 3 ans.
    Le calcul des mensualités a été réalisé à partir de notre simulateur de crédit à la consommation.
    Aucun frais de dossier n’a été compté et la marge de négociation possible pour un acquéreur a été supposée identique à celle d’un achat au comptant, en location longue durée ou encore en location avec option d’achat.
  • La dépréciation du véhicule sur la période a été supposée la même que dans un achat au comptant soit : 22 380 €
  • La remise en état du véhicule : 1 000 €

Les postes de recette sont :

  • La valeur de revente du bien : 14 920 €
  • Le placement de 37 300 € à 0.75 % soit 846 €

Le coût final de l’opération est de 24 343 € soit 658 € par mois. Le très léger avantage d’un achat au comptant provient du coût du crédit (pourtant aujourd’hui très faible) non compensé par le placement des fonds.

Location en longue durée de véhicule

Prix d’acquisition37 300 €
1er loyer (10,25 %) 3 823 €
36 loyers à 491,47 €17 693 €
Total dû21 516 €
Remise en état du véhicule1 000 €
Coût global22 516 €

Les données retenues sont celles d’un grand constructeur à fin mars 2018. L’option est basée sur 40 000 kilomètres sur une période de 37 mois. Le premier loyer est de 10,25 %. Sans pénaliser le consommateur, ce premier loyer majoré aurait pu être supprimé. L’avantage de cette majoration sur premier loyer est bien sûr de diminuer les loyers ultérieurs pour faciliter la gestion du budget. Il convient que le contrat de location longue durée stipule les majorations en cas de dépassement du nombre de kilomètres.

Dans l’exemple choisi reposant sur des données effectives, le coût de ce dépassement est de 0,11 € par kilomètre supplémentaire (comme pour une location avec option d’achat). Les marges de négociation du consommateur ont été considérées similaires à un achat au comptant ou à crédit et comme nous le verrons par la suite dans une location avec option d’achat. Comme précédemment la valeur de remise en état a été supposée de 1 000 €.

Dans le cadre de la location pour longue durée ou encore de la location avec option d’achat, les contrats des loueurs doivent être examinés avec une particulière attention. Il est recommandé que le coût de chaque type de réparation soit chiffré avec le plus de précision dans le contrat.

Le coût final de la location longue durée est de 22 516 € soit 609 € par mois.

Location avec option d’achat

Prix d’acquisition37 300 €
1er loyer (10 %) 3 730 €
36  loyers de 910,90 €32 792 €
Option d’achat (15%) 5 595 €
Coût sans option d’achat36 522 €
Coût avec option d’achat42 117 €
Dépréciation du véhicule sur la période 
Dépréciation du véhicule la 1ère année (20%)7 460 €
Dépréciation du véhicule la 2ième année (15%)5 595 €
Dépréciation du véhicule la 3ième année (15%)5 595 €
Dépréciation en moyenne sur les 3 ans18 650 €
Remise en état du véhicule1 000 €
Dépréciation avec remise en état19 650 €
Dépréciation totale19 650 €
Capital restant (42 117 € – 19 650 €)22 467 €

Sur 37 mois, la location du véhicule, puis l’acquisition à 15 % de la valeur du bien (donnée constructeur), se font sur une base de 40 000 kilomètres (avec comme précédemment une pénalité de 0.11 € par kilomètre supplémentaire). A l’issue de la location, deux options se présentent : soit le non rachat du véhicule avec un coût global de 36 522 €, soit le rachat du véhicule avec un coût global de 42 117 €. Là encore les hypothèses de dépréciation du véhicule, de remise en état sont identiques. Dans cette formule, un rachat s’impose faute de quoi la formule est plus onéreuse que dans les autres cas. Nous noterons que les loyers sont bien plus importants que dans une location longue durée avec la contrepartie de l’acquisition du bien à la fin des 37 mois pour une valeur prédéterminée : 15 % de la valeur d’origine.

Le coût global de cette option avec achat du véhicule est de 24 467 € soit 607 € par mois.

Bilan et mises en garde pour le choix de financement d’une véhicule

D’un point de vue financier, la location longue durée (LLD) et la LOA ont un coût à peu près similaire, un peu plus avantageux que les deux autres options.

Solutions d'achat de véhicule

Notons cependant quelques angles d’appréciation supplémentaires :

  • L’achat au comptant prive le consommateur de cash qu’il peut utiliser pour faire face à des coups durs, des coups de cœur (même si la perte financière a été évaluée à 0,75 % / an dans un tableau précédent)
  • Le montant des loyers à verser est important dans un achat à crédit (1 057 €) ou dans une location avec option d’achat (910 €) ;
  • La location longue durée ou la location avec option d’achat sont des solutions attractives pour des automobilistes qui changent fréquemment de véhicules et veulent s’affranchir des contraintes et des aléas de la revente.

Toutefois, vous vous engagez pour une durée de location fixe pouvant impliquer des pénalités significatives si vous rompez ce contrat. Il faut donc être vigilant en l’espèce !

En revanche, l’achat (comptant ou à crédit) est plus pertinent pour les automobilistes qui entendent conserver leur véhicule longtemps, et font beaucoup de kms par an (en raison du surcoût des kms supplémentaires). Mais dans ce cas, attention aux véhicules trop anciens dont les réparations fréquentes peuvent coûter cher.

Les précautions à prendre :

  • Par-delà l’assurance automobile à acquitter, une garantie valeur à neuf s’impose également si le véhicule en location longue durée ou avec option d’achat est détruit, volé. Une telle assurance doit permettre la couverture de l’apport initial et la différence entre la valeur à restituer au loueur et la valeur vénale du bien automobile. Comme tout type d’assurance, l’inconvénient en l’espèce est une mutualisation des coûts pouvant conduire à des primes significatives
  • Quelle que soit l’option choisie y compris achat au comptant, un contrat d’entretien peut être souscrit. Les options sont outre le prolongement de la garantie, de l’entretien, le renouvellement des pièces voire la fourniture d’un véhicule de remplacement. Cette extension de garantie est souvent comprise dans une fourchette [2,5 – 4,5%] de la valeur du bien. A vous de négocier les conditions !