Calcul de l’allocation chômage (Aide au Retour à l’Emploi – ARE)

la finance pour tous

La principale allocation chômage versée par l’Unédic est l’Aide au Retour à l’Emploi (ARE). Elle garantit un revenu de remplacement aux salariés involontairement privés d’emploi. Elle devient dégressive pour les salariés les mieux rémunérés.

Le montant de l’allocation d’Aide au Retour à l’Emploi (ARE) est calculé à partir des derniers salaires du demandeur d’emploi, exprimé sous forme de Salaire Journalier de Référence (SJR).

Calcul du Salaire Journalier de Référence (SJR)

Le salaire de référence est calculé à partir des salaires bruts perçus par le demandeur d’emploi au cours des 12 derniers mois précédant le dernier jour travaillé et payé, primes incluses.

Les éléments permettant le calcul de l’ARE figurent sur l’attestation remise par l’employeur à la fin du contrat de travail.

Le salaire journalier de référence (SJR) est égal au salaire de référence (annuel) divisé par le nombre de jours travaillés pendant la période de référence du calcul. Le maximum de jours travaillés sur la période de référence est de 261 jours.

Formule de calcul du SJR :

SJR = salaire de référence / (nombre de jours travaillés x 1,4)

Un salarié a travaillé du 1er janvier au 31 décembre, et a perçu 25 000 € de rémunération brute.

Son salaire journalier de référence (SJR) est de : 25 000 / (261 x 1,4) = 68,42

A partir du 1er avril 2020, le mode de calcul de l’allocation chômage sera modifié.

Les allocations chômage seront calculées sur le revenu mensuel moyen du travail, et non sur les seuls jours travaillés comme actuellement, sur une période de 24 mois au lieu de 12 mois.

Calcul du montant de l’ARE

Le montant journalier de l’allocation chômage est égal au montant le plus élevé des deux formules suivantes :

  • 40,4 % du salaire journalier de référence (SJR) + 12 € (depuis le 01/07/2019)

Ou

  • 57 % du salaire journalier de référence (SJR).

Pour le salarié dont le SJR est de 68,42 €, le résultat des deux formules donne :

40,44 % x 68,42 + 12 = 39,64 €

ou

57 % x 68,42 = 38,99 €

L’allocation journalière brute sera de 39,64 €, le résultat le plus élevé des deux formules. Et ce montant est bien inférieur à 75 % de son SJR (51,32 €).

Le montant journalier de l’ARE est encadré par un plancher et un plafond :

  • Le montant minimum de l’ARE est de 29,26 € par jour (depuis le 01/07/2019).
  • Le montant maximum de l’ARE est de 253,14 € brut par jour.
  • Dans tous les cas, le montant de l’ARE ne peut pas dépasser 75 % du salaire journalier de référence (SJR)

Le montant de l’ARE est exprimé en brut. Pour calculer le montant net, il faut procéder à différentes déductions qui varient selon la situation personnelle du demandeur d’emploi.

Salaire mensuel brut

Détermination de l’allocation journalière (ARE)

Retenues prélevées sur l’allocation

Cotisation pour la retraite complémentaire

Contributions sociales CSG et CRDS

Inférieur à 1 186,55 €

75 % du salaire journalier brut

Compris entre 1 186,56 € et 1 299,40 €

Montant minimum de 29,26 € par jour

Compris entre 1 299,41 € et 2 198,88 €

40,4 % du salaire journalier brut + 12 €

3 % de l’ancien salaire (pour une ARE supérieure à 29,26 €)

Compris entre 2 198,89 € et 13 508 € (1)

57 % du salaire journalier brut

3 % de l’ancien salaire

Si l’ARE dépasse 51 €/jour :

CSG à 6,2 % x 0,9825

CRDS à 0,5% x 0,9825

(correspondant à un abattement de 1,75%)

(1) Montant plafond des salaires soumis aux contributions patronales d’assurance chômage.
Sources : Unédic (au 26 juillet 2019) et Pôle Emploi

L’allocation chômage est soumise à l’impôt sur le revenu. Elle est à déclarer dans la rubrique « Autres revenus imposables ». Depuis le 1er janvier 2019, le prélèvement à la source s’applique à l’ARE, pour les personnes imposables.

Versement mensuel de l’ARE par Pôle Emploi

L’ARE est une allocation journalière, versée une fois par mois. Son montant journalier est multiplié par le nombre de jours du mois (30 ou 31 jours et 28 ou 29 jours en février).

Dégressivité de l’ARE

Depuis le 1er novembre 2019, la dégressivité des allocations chômage est instituée pour les demandeurs d’emploi percevant une allocation dont le montant est supérieur à 84,33 € par jour et dont le salaire journalier de référence (SJR) est supérieur à 147,95 €. Ce qui correspond à un salaire avant chômage de plus de 4 500 euros bruts par mois.

La dégressivité des allocations concerne les salariés dont le contrat de travail a pris fin à partir du 1er novembre 2019.

La réduction de l’allocation chômage peut atteindre jusqu’à 30 %, à partir du 7ème mois indemnisé, dans la limite d’un plancher fixé à 84,33 € par jour, soit un seuil d’indemnisation d’environ 2 565 € nets par mois.

Seuls les demandeurs d’emploi dont l’allocation journalière est supérieure à 120,47 €, et dont le salaire journalier de référence est supérieur à 211,53 € (correspondant à un revenu brut mensuel moyen supérieur à environ 6 441 €) se verront appliquer pleinement la réduction de 30 % de leur allocation après 6 mois d’indemnisation.

 

La dégressivité de l’ARE est suspendue en cas de suivi d’une formation

Un demandeur d’emploi qui suit une action de formation, dans le cadre de son projet personnel d’accès à l’emploi (PPAE) ou financée en tout ou partie par la mobilisation du compte Personnel de Formation(CPF), bénéficie d’une interruption du délai de 6 mois, égale à la durée de la formation.

Un demandeur d’emploi suit une formation d’un mois entre le 3ème et le 4ème mois de sa période d’indemnisation. La dégressivité de ses allocations sera appliquée avec un mois de décalage, soit à partir du 8ème mois au lieu du 7ème mois.

0 commentaire

Commenter