Le prix de l'énergie

Le prix du gaz

Les évolutions tarifaires du gaz viennent régulièrement alimenter les gros titres des quotidiens. Si le coût d’achat du gaz naturel représente une part significative de la facture de gaz des distributeurs, elle n’est pas pour autant majoritaire. Cependant, c’est la plus volatile et donc la plus à même d’expliquer ces variations.

D’après l’ Agence International de l’Energie   Définition Fondée à la suite de la première crise pétrolière de 1973, l'Agence Internationale de l'Energie est une organisation internationale autonome regroupant 29 pays membres de l'OCDE, dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Son rôle consiste essentiellement à produire des statistiques, des analyses et des recommandations sur les questions touchant au secteur de l'énergie dans le monde.
, le gaz naturel est l’énergie fossile qui progresse le plus depuis 45 ans dans le mix-énergétique mondial. Elle représente aujourd’hui 21 % de la demande mondiale d’énergie après le pétrole (31 %) et le charbon (29 %). Sa croissance est particulièrement forte comme combustible pour générer de l’électricité : au sein des pays développés elle est en passe de dépasser le charbon et c’est déjà le cas en Afrique dont l’électrification plus récente a permis de favoriser cette énergie qui est moins polluante que la houille.

Le coût d’achat du gaz naturel

L’essentiel de l’approvisionnement des distributeurs de gaz naturel est réalisé à partir de contrats de gré à gré   Définition Marché qui n’est pas organisé, en ce sens que le contact se fait directement entre l’acheteur et le vendeur (mais l’un et l’autre peuvent être des banques) et qu’il n’existe pas de chambre de compensation et de produits standards. En général, le cadre réglementaire est plus souple que dans un marché organisé. Deux types de marchés importants sont dits de gré à gré : le marché des changes (ou Forex) et le marché des dérivés.
 indexés sur le pétrole. Ils s’étendent sur plusieurs années, voire parfois plusieurs décennies. Les distributeurs sécurisent ainsi les quantités nécessaires de gaz naturel qu’ils se sont engagés à livrer aux ménages et aux entreprises. Le gaz naturel n’étant pas facilement transportable et stockable comme le pétrole, il nécessite un réseau d’infrastructures très lourd (gazoducs, etc…). Ces contrats long terme,  conclus avec les propriétaires des gisements de gaz qui sont souvent de grandes entreprises de l’industrie pétrolière, assurent donc la visibilité nécessaire à ces investissements.

La France importe 97 % de ses besoins en gaz naturel : 47 % proviennent de la Norvège, 13 %  de la Russie, 12 % des Pays-Bas et 10 % de l’Algérie. 

Historiquement, le pétrole et le gaz étant deux énergies substituables pour générer de l’électricité ou pour le chauffage, les tarifs de gaz naturel étaient indexés pour une large part sur le prix du baril. En effet, les facilités logistiques qu’offrent le pétrole par rapport au gaz (liquide, forte teneur énergétique par baril…) ont permis le développement d’un marché de cotation mondial, en continue et sur de nombreuses échéances de livraison, garantissant ainsi un prix représentatif à tout moment des équilibres entre l’offre et la demande.

La baisse des coûts de liquéfaction du gaz naturel (transformation à basse température de l’état gazeux à l’état liquide) a facilité à son tour son transport maritime. Le marché du gaz naturel est devenu lui aussi progressivement plus fluide et plus global. Avec la découverte et l’exploitation de quantités massives de gaz de schiste aux Etats-Unis, les surplus produits dans cette région ont pu se déverser à bas prix dans le reste du monde. Ce phénomène est venu créer au milieu des années 2000, une décorrélation entre l’évolution du prix du gaz naturel et celui du pétrole au jour le jour. Pour cette raison, de nombreux contrats long terme ont été renégociés pour refléter davantage le prix du gaz naturel sur le marché spot.

Evolution du prix du Brent et du gaz naturel en Europe et aux Etats-Unis

Les marchés spot sont des marchés financiers organisés, comme Powernext, offrant au jour le jour la possibilité d’échanger des contrats d’achat et de vente de futures de gaz naturel à différentes échéances (mois, trimestre, année). Ils offrent ainsi les moyens de s’ajuster aux fluctuations de la consommation.

Le socle de la demande de gaz naturel est donc assuré par des contrats long terme dont la part indexée sur le pétrole diminue, et les oscillations journalières ou saisonnières sont sécurisées par la négociation de futures sur les marchés financiers.

D’importantes différences en Europe

En Europe, les prix du gaz naturel pour les ménages peuvent varier du simple au triple. Cet écart s’explique par une élaboration des prix qui diffèrent selon l’existence de prix réglementés plus ou moins étendus à l’ensemble de la population mais aussi de la proximité géographique avec les grands producteurs de gaz, la Russie en particulier, qui diminue les coûts de transport. A noter, que la Grande-Bretagne bénéficie pour sa part de ressources de gaz naturel encore importantes en Mer du Nord.

Prix du gaz en Europe pour un ménage

En France : des tarifs différents

Depuis respectivement 2004 et 2007, l’ensemble des entreprises puis des particuliers ont accès à des tarifs de marché. Il s’agit d’offres de distribution de gaz naturel dont les prix sont fixés librement par le jeu de la libre concurrence.

Les  distributeurs de gaz naturel supportent 2 types de coûts. Ceux qui sont identiques à l’ensemble des distributeurs : l’accès aux réseaux de distribution et au stockage dont les tarifs sont fixes. Et ceux qui dépendent du distributeur lui-même : l’approvisionnement en gaz et les coûts commerciaux. C’est l’optimisation de ce deuxième type de coût qui explique les différences de prix entre les différents tarifs de marché.

De son côté, l’Etat continue de fixer un tarif réglementé, après avis de la Commission de Régulation de l’Energie   Définition Autorité administrative indépendante en charge de la régulation des marchés de l’électricité et du gaz naturel en France. 
(CRE), qui doit couvrir ce coût d’approvisionnement et de commercialisation. Ce tarif réglementé est proposé par le distributeur historique Engie (ex GDF Suez) ou des entreprises locales de distribution qui sont attachées à une commune (Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, …).

Depuis le 1er janvier 2016, les entreprises dont la consommation est supérieure à 30 MWh/an n’ont plus accès aux tarifs réglementés de gaz naturel. Pour les particuliers, les deux types d’offre, de marché ou réglementé, coexistent encore.

Fin 2016, les tarifs réglementés ne représentaient plus que 14% de la consommation de gaz naturel pour l’ensemble du marché mais encore 50% des sites desservis ce qui s’explique par la part importante des ménages encore présents dans ce dispositif. 

Comment le tarif réglementé est-il calculé ?

Le tarif B1 calculé pour le chauffage individuel représente plus de 80 % des volumes de gaz vendus au tarif réglementé  par Engie. Si le coût en gaz naturel représente moins de 40 % du tarif de vente, il s’agit de la part la plus variable. 

Décomposition du tarif de gaz réglementé B1

Les pouvoirs publics attachent une grande importance à ce que l'approvisionnement en gaz soit optimal et le moins coûteux possible pour les consommateurs. La CRE   Définition Autorité administrative indépendante en charge de la régulation des marchés de l’électricité et du gaz naturel en France. 
calcule l’évolution des coûts d’approvisionnement d’Engie selon une formule qui prend en compte l’évolution de plusieurs facteurs :

  • Le pétrole (Brent)
  • Les prix du gaz sur le marché de gros : contrats de futures cotés aux Pays-Bas pour les échéances mensuelles, trimestrielles et annuelles et les contrats de futures mensuels pour ceux s’échangeant sur le marché français
  • Le taux de change du dollar contre euro, les cotations du pétrole et du gaz étant libellées en dollars

Le pétrole représente environ un quart de ce coût théorique tandis que les contrats de futures de gaz naturel constituent trois quart du montant.

Ce tarif réglementé est proposé par la CRE une fois par an mais Engie peut en demander une actualisation tous les mois si l’entreprise justifie que le barème ne reflète plus la réalité de ses coûts. Après vérification, la CRE approuve alors les nouvelles pondérations de la formule.

Les foyers ayant de faibles ressources peuvent bénéficier des tarifs sociaux du gaz naturel, permettant de réduire le montant de leurs factures d'énergie. Le chèque énergie remplace ces tarifs sociaux dans 4 départements, avant sa généralisation prévue en 2018.

Ce dispositif ne garantit pas l’absence de hausse des tarifs réglementés mais apporte aux consommateurs l’assurance que les mouvements tarifaires sont conformes aux évolutions du prix du gaz sur le marché libre, qu’il s’agisse des contrats à terme indexés sur le pétrole ou du marché de gros du gaz naturel.

Créé le 23 janvier 2013 - Dernière mise à jour le 29 juin 2017
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
Noter cet article
  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 4

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !