Le marché du pétrole

la finance pour tous

Le pétrole est sans doute l’une des ressources les plus convoitées au monde au point d’être souvent le nerf de la guerre. C’est lui qui a permis l’émergence des économies industrielles au XXe siècle grâce à sa propriété de contenir beaucoup d’énergie dans un petit volume facilement transportable. Si depuis une trentaine d’années, le pétrole est concurrencé par d’autres sources d’énergie, il demeure pour quelques années encore un produit incontournable de notre quotidien. Analyse des mécanismes qui déterminent son prix.

Le fonctionnement du marché du pétrole

Du marché de gré à gré ou « spot »…

Le pétrole est un produit de base dont le prix est déterminé en fonction de l’offre et de la demande. L’offre provient des compagnies qui extraient le pétrole. La demande émane quant à elle des raffineurs qui transforment le pétrole brut en produits utilisables par les clients finaux (carburants, combustibles, matière première pour l’industrie pétrochimique).

Les raffineurs passent par des filiales spécialisées dans le négoce dont l’activité est d’intervenir sur le marché pour acheter les quantités nécessaires au fonctionnement des raffineries ou pour revendre les excédents inutilisés.

Ces « traders » peuvent aussi chercher à réaliser des bénéfices à court terme par des opérations d’achats et de reventes en jouant sur les variations de cours quotidiennes. Ainsi, il arrive fréquemment qu’une cargaison de pétrole change de propriétaire plusieurs fois avant d’être livrée. Le marché sur lequel s’effectuent ces transactions d’échanges physiques de barils de pétrole s’appelle « le marché spot ».

…au marché à terme ou « papier »

En plus des barils de pétrole qui changent concrètement de mains, il y a les barils de pétrole qui sont l’objet d’un commerce uniquement « sur papier ». Le pétrole est acheté et vendu « sur papier » d’après une valeur future estimée et, en règle générale, il n’y a pas d’échange physique du produit.

Ces opérations se réalisent sur des marchés à terme dont les deux principaux sont le NYMEX (New York Mercantile Exchange), situé à New York, et l’IPE (International Petroleum Exchange), situé à Londres. Ces opérations permettent aux producteurs de vendre à terme (ou aux raffineurs d’acheter à terme) des quantités de pétrole à un prix fixé à l’avance, et ainsi de se protéger contre toute variation défavorable des cours.

Les investisseurs qui se portent contreparties espèrent réaliser un profit en spéculant sur l’instabilité des prix. Leur intérêt est d’apporter de la liquidité au marché pétrolier : les industriels trouvent des acheteurs ou des vendeurs de pétrole à tout moment ce qui n’est pas le cas sur le marché de gré à gré.

Mais leur forte progression dans les transactions de pétrole a amené une plus forte volatilité des cours. Dans les périodes de crise, le prix du baril a pu ainsi s’éloigner exagérément, tant à la hausse qu’à la baisse, des fondamentaux du marché pétrolier.

Nombre de contrats futurs de pétrole aux USA

Pierre-Noël Giraud, professeur d’économie à Mines ParisTech et auteur du livre « La mondialisation, Emergences et fragmentations » analyse les rapports entre finance et marché des matières premières.

Prix de référence et influence de l’OPEP

Il existe de nombreuses sortes de pétrole qui se différencient selon leurs qualités (viscosité, contenu en soufre…) les rendant plus ou moins faciles à raffiner. Il existe donc autant de qualités et de valeurs de pétrole que de gisements en production.

Les prix de référence ou « benchmark »

Les pétroles bruts les plus connus et qui servent majoritairement de référence pour fixer les prix dans le monde sont le West Texas Intermediate (WTI), pour le pétrole produit aux Etats-Unis, et le Brent, pour celui produit en Mer du Nord. Mais il en existe d’autres comme le Dubai Fateh pour le pétrole produit dans le golfe persique, le Bonny Light au Nigéria ou le Western Canadian Select pour les pétroles lourds issus des sables bitumineux du Canada.

Les prix du pétrole brut sont alors déterminés gisement par gisement, avec une prime ou une décote, à partir du prix d’un pétrole de référence. Si le WTI ou le Brent sont les plus privilégiés, ce n’est pas à cause de leur qualité mais pour leur cotation continue avec de nombreuses échéances de vente ou d’achat à terme sur des marchés liquides. Aujourd’hui, seules les places de New-York et Londres sont en mesure d’offrir ce service.

Evolution du prix du WTI

Il existe aussi un autre prix de référence qu’il est important de scruter, c’est le prix du panier des pétroles vendus par les 13 membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et qui va influencer leur intervention sur le marché mondial de pétrole.

L’OPEP : un cartel qui régule les prix

Le marché pétrolier a une particularité de taille par rapport à n’importe quel autre marché : les volumes de pétrole sont ouvertement manipulés par les plus importants exportateurs du monde qui se sont regroupés au sein de l’OPEP.

L’OPEP fonctionne comme un cartel de producteurs qui cherche à réguler le prix du pétrole par un effort coordonné de ses membres dans lequel chacun dispose d’un quota de production. Lors de chaque réunion, ils s’entendent sur la quantité de pétrole exporté et influencent ainsi le prix du marché. Il faut toutefois qu’il y ait unanimité des membres pour qu’une décision de hausse ou de baisse de la production de pétrole soit actée.

L’OPEP a joué un rôle prépondérant dans le déclenchement de la crise économique des années 1970 en décidant à la fin de l’année 1973 de diminuer fortement les quantités de pétrole exportées, ce qui a eu pour effet de provoquer un quadruplement du prix du pétrole.

0 commentaire

Commenter