Évolution du prix du pétrole

la finance pour tous

Plus de 100$ le brent de pétrole en 2014, moins de 30$ début 2016, 62$ en septembre 2019. Le marché pétrolier nous habitue régulièrement à ces montagnes russes. Quelques chiffres clés pour mieux les comprendre.

Prix du pétrole : une demande tirée par les besoins de transport des pays émergents

La demande de pétrole provient actuellement pour deux tiers des besoins de carburant (camions, voitures).
Cela n’a pas toujours été le cas : avant les chocs pétroliers des années 70, les besoins d’électricité, de chauffage et de l’industrie représentaient plus de 50 % de la demande de pétrole.
Puis progressivement, le charbon, le gaz naturel et le nucléaire, moins chers et/ou offrant plus d’indépendance énergétique, se sont substitués au pétrole pour ces débouchés. Ils sont aujourd’hui complétés par les énergies renouvelables.

Les pays occidentaux étaient la principale source de la demande mondiale de pétrole jusqu’à l’émergence économique de nombreux pays en développement, en particulier la Chine et l’Inde, dans les années 2000.
Aujourd’hui, la croissance de la demande de pétrole est tirée uniquement par l’expansion de ces pays qui s’industrialisent, s’urbanisent et dont les revenus des classes moyennes atteignent des niveaux leur permettant d’acquérir une voiture.
En revanche, les pays occidentaux, aux économies davantage tournées vers les services et disposant d’une plus grande efficacité énergétique connaissent un recul de la demande de pétrole. On parle de diminution de l’intensité énergétique.

Consommation de pétole dans le monde

A l’avenir, la demande de pétrole devrait continuer d’être tirée par les pays émergents dont la consommation par habitant est encore éloignée de celle des pays occidentaux.
En 2014, le nombre de barils de pétrole consommés chaque jour par 1000 habitants s’élevait à 61 pour les Etats-Unis, 28 pour la France contre 7 pour la Chine. 

Des ressources pétrolières très concentrées

La production de pétrole dans le monde apparait de prime abord bien répartie. L’Arabie Saoudite, les Etats-Unis et la Russie sont les 3 principaux producteurs avec environ 13 % de la production mondiale chacun.

Production de pétrole dans le monde

 

Mais l’importance de l’or noir dans la diplomatie mondiale provient de la concentration des réserves sur quelques pays seulement, en particulier au Proche-Orient.

Réserves de pétrole dans le monde

Comme la plupart des pays riches en ressources d’hydrocarbures ne consomment pas autant qu’ils produisent, ils peuvent exporter massivement leur production. Ce n’est pas le cas d’un pays comme les Etats-Unis, par exemple, qui malgré une production équivalente à l’Arabie Saoudite est aussi le premier consommateur mondial de pétrole.

La dépendance au Moyen-Orient s’est encore accrue ces dix dernières années avec l’émergence de la Chine qui est devenue en 2015 le premier importateur mondial.

La force de ces pays provient également de coûts de production extrêmement bas parce que les gisements sont gigantesques et faciles à exploiter car situés à terre (onhsore) et non en mer (offshore). Cet avantage compétitif leur permet de supporter des prix bas pendant plusieurs années si nécessaire. L’essentiel de ces pays exportateurs à bas coût (à l’exception du Venezuela) se sont réunis dans le cartel de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole).

Cout de production d un baril en dollars

Quand la concurrence devient trop importante, ils peuvent mettre davantage de barils sur le marché pour faire chuter les prix et regagner des parts de marché. Une fois la concurrence éliminée, ils peuvent réduire leur production pour faire remonter les prix. C’est ce qui s’est passé entre 2014 et 2016 pour contrer l’expansion de la production de pétrole de schiste américain.

Fluctuation du prix du baril : un coup de billard à plusieurs bandes

L’évolution du prix du pétrole dépend donc essentiellement de ces deux paramètres d’offre et de demande qui se répondent comme dans une partie de ping-pong.

Exemple avec les différents « contre chocs » pétroliers

Depuis les années 1970, il y a eu trois « contre-chocs » pétroliers : en 1985-1986, en 1997-1998 et en 2008.

A chaque fois, les prix du pétrole sont repartis à la hausse après une ou deux années de stabilité à des niveaux bas. Les raisons de cette reprise des cours du pétrole tiennent à la conjugaison de deux éléments déterminants :

  • Du côté de l’offre, la chute des cours du pétrole décourage les investissements dans les infrastructures car elle réduit la rentabilité de ces investissements. Il s’ensuit une réduction des capacités de production qui finissent par peser sur les quantités de barils mis sur le marché.

  • Du côté de la demande, la chute des cours du pétrole renchérit le prix relatif des énergies alternatives et atténue la nécessité de réduction de la consommation dans les pays importateurs. Il s’ensuit une remontée de la demande de pétrole.

Les deux éléments combinés, baisse de l’offre et hausse de la demande, finissent par provoquer une remontée du prix du pétrole.

0 commentaire

Commenter