Fiscalité du PERP

la finance pour tous

Le PERP bénéficie d’une fiscalité particulière. Les versements annuels sont déductibles du revenu, ce qui permet pour les personnes imposables de payer moins d’impôts. Mais attention, la rente viagère est imposable, au même titre qu’une pension de retraite. 

Fiscalité des versements

A l’entrée, les versements des salariés sont chaque année déductibles du revenu imposable. Il existe toutefois un plafond de déduction fixé à 10 % des revenus d’activité professionnelle, ces derniers étant eux-mêmes plafonnés à huit fois le Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS), soit une déduction maximale de 31 785 € pour les cotisations versées en 2018 et de 32 419 € pour 2018.

Pour les contribuables faiblement imposés, une déduction spécifique correspondant à 10 % du Plafond annuel de la Sécurité sociale de l’année précédente, soit 4 052 € pour les cotisations versées en 2019, a été instaurée afin de maintenir l’intérêt fiscal du produit.

La limite de déduction est appréciée de manière globale pour l’ensemble des cotisations individuelles de retraite facultatives. Sont ainsi incluses les éventuelles cotisations versées au titre de la PREFON et assimilés ainsi que les abondements patronaux sur un PERCO. De plus lorsque la limite n’est pas atteinte, le montant de déduction inutilisé pourra être reporté durant trois ans et s’additionner aux déductions autorisées.

Fiscalité à la sortie

A la sortie, la rente viagère servie par le PERP est soumise à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des rentes viagères, pensions et retraites. Elle bénéficie de l’abattement de 10 % applicable aux pensions de retraite. Et elle est soumise aux contributions sociales (10,1 %).

Une sortie partielle en capital, à hauteur de 20 % est possible, mais fiscalisée. Les sommes sont alors soumises à l’impôt sur le revenu, ou sur option,  à un prélèvement libératoire de 7,5 % sur le capital (après abattement de 10 %).

Imaginons un retraité de 67 ans percevant 10.000 euros de rentes annuelles.

Si ces revenus proviennent d’un PERP, il sera taxé sur 9.000 euros (soit 10 000 x 90 %).

Dans le cas où il aurait investi dans un PERCO, il bénéficierait d’un abattement de 60 % sur ces rentes, ce qui signifie qu’il ne serait taxé que sur le montant de 4.000 euros (soit 10 000 x 40 %).

    4 commentaires sur “Fiscalité du PERP”
    1. Bonjour,

      Si vous gagnez 60 000 euros/an, le revenu net est obtenu en appliquant l’abattement fiscal de 10 %, à savoir : 60 000 € – (10 % de 60 000)= 54 000 €. Le plafond de versement annuel est de 10 % des revenus nets soit 5 400 € (54 000 -10 %).

      Concernant la réduction d’impôt, il convient de multiplier le montant des versements par votre tranche d’imposition.

      Meilleures salutations

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Merci pour votre réponse.
      Donc si je gagne 60000€ par an j’aurai chaque année 6000€ qui viendront se déduire de mes revenus imposables du fait de mon versement de 15000€ ?

    3. Bonjour,

      Non, ce n’est pas la totalité de cette somme qui est déductible.

      A l’entrée, les versements sont chaque année déductibles du revenu imposable. Il existe toutefois un plafond de déduction fixé à 10 % des revenus d’activité professionnelle, ces derniers étant eux-mêmes plafonnés à huit fois le Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) de l’année précédente, soit une déduction maximale de 30 038 € pour les cotisations versées en 2015 (29 626 € pour celles versées en 2014).

      Pour les contribuables faiblement imposés, une déduction spécifique correspondant à 10 % du Plafond annuel de la Sécurité sociale de l’année précédente, soit 3 754 € pour les cotisations versées en 2015, a été instaurée afin de maintenir l’intérêt fiscal du produit.

      Meilleures salutations.

      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    4. Bonjour.
      Si je verse 15 000€ sur un PERP, c’est entièrement cette somme qui vient en déduction de mes revenus ou seulement une partie ?
      Merci

4 commentaires

Commenter