Les femmes et la pension de réversion

la finance pour tous

A la suite du décès du conjoint ou de l’ex-conjoint, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à percevoir une pension de réversion, cumulée ou non à leurs pensions de retraite dites de droit direct.

Les femmes et la pension de réversion

La pension de réversion a pour objet de compenser la perte de revenus à la suite du décès de l’un des conjoints. Elle est réservée aux personnes qui sont ou ont été mariées. Les autres conditions d’attribution (âge, niveau de ressources, durée du mariage, non-remariage…) et les modalités de calcul des droits à réversion sont distinctes selon les régimes de retraite.

Les bénéficiaires des pensions de réversion sont plus fréquemment des femmes

A cela, plusieurs raisons :

  • les femmes sont surreprésentées parmi les personnes veuves qui peuvent accéder à une pension de réversion (espérance de vie plus élevée que celle des hommes et les femmes sont en moyenne deux à trois ans plus jeunes que leur conjoint) ;
  • les femmes perçoivent des pensions personnelles (de droit direct) d’un montant relativement faible, ce qui leur donne droit à l’attribution d’une pension de réversion dans les régimes où la pension de réversion est conditionnée par un plafond de ressources.

 

Au fil des générations, le nombre de bénéficiaires de pension de réversion tend à diminuer

Plusieurs évolutions démographiques, sociales et économiques expliquent cette tendance :

  • l’écart d’espérance de vie entre hommes et femmes se réduit,
  • les unions par le mariage sont en baisse,
  • les femmes travaillent plus qu’avant, dans des emplois plus qualifiés. Le montant de leurs pensions personnelles dépasse plus fréquemment le plafond de ressources pour l’attribution de la réversion (notamment pour la retraite de base du régime général).