Banque

Le prix des produits bancaires

Comment la banque gagne-t-elle sa vie ? De quoi est fait son chiffre d’affaires ? Comment mesurer la contribution des banques à l’économie ? Comment apprécier la justesse du prix des services bancaires ? Qu’est ce qui explique que le taux du crédit à la consommation et surtout du crédit renouvelable soit beaucoup plus élevé que celui du crédit immobilier ? Comment comparer les prix des services bancaires ? Une réflexion en trois temps…

Le PNB, mesure de l’activité bancaire

La mesure la plus précise et commune de l’activité des banques et plus précisément des établissements de crédit   Définition Établissement agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) pour réaliser des opérations de crédit. Certains seulement bénéficient d’un agrément de plein exercice (à savoir les banques commerciales et les banques mutualistes ou coopératives), d’autres ne disposent que d’un agrément restreint (par exemple, les sociétés financières qui distribuent des crédits à la consommation). Il en existe une 3ème catégorie : les caisses de Crédit municipal.
, c’est le PNB ( produit net bancaire   Définition Mesure les revenus nets dégagés par une banque dans le cadre de son exploitation. Il reflète toute l’activité des établissements de crédit, à la fois les activités classiques d’intermédiation sur dépôts et crédits, génératrice de marges d’intérêts, les prestations de services à la clientèle, rémunérées par des commissions et les activités de marché et d’investissement produisant intérêts, plus-values et marges de négociation.
Le Produit Net Bancaire est égal à la différence entre les intérêts reçus, les commissions reçues et les autres produits d’exploitation bancaire d’une part, et les intérêts versés, les commissions payées et les autres charges d’exploitation bancaires d’autre part.
).

 Activité

Type de revenu associé

Activité de prêts (moins coût de la ressource)

Marges d’intérêt

Prestations de services (moyens de paiement, assistance-conseil, services spécialisés, opérations de hors bilan)

Commissions

Activités de marché et d’investissement

Intérêts, + values, dividendes, marges de négociation

Comment se forment les taux d’intérêt ?

Lorsque la banque prête, elle rend un service : celui de mettre immédiatement à disposition une somme d’argent. Le risque est, pour elle, de ne pas récupérer la somme prêtée… Et cela entraîne des coûts.
 
Une fois acquise l’idée qu’il est normal que les banques facturent un certain taux d’intérêt, il est également vrai qu’elles ne sont pas entièrement libres de choisir ce taux d’intérêt. Elles sont limitées par :

  • les règlementations qui influent directement sur leurs coûts ( ratios prudentiels) ;
  • le coût auquel elles se procurent leurs ressources (qui est une donnée sur laquelle elles n’ont pas beaucoup de prise) ;
  • les charges qu’elles supportent pour rendre le service ;
  • la concurrence.

La fixation du taux d’intérêt n’est donc pas le fruit du hasard. Pour prendre une comparaison parlante, elle obéit à des lois aussi précises (et mystérieuses) que la recette d’un grand chef !

Quant au prix du crédit qui vous est fait, consultez notre article sur le coût de l’emprunt qui vous permettra de décrypter ce qu’il y a derrière un TAEG   Définition Dans les contrats de crédit à la consommation et de crédit immobilier, le taux effectif global (TEG) est dénommé  «Taux annuel effectif global». Il intègre tous les coûts liés à l’octroi du crédit : les intérêts, les frais de dossier, les frais d'assurance, de garantie, d'hypothèque...  Il ne doit jamais dépasser le seuil de l'usure (ou taux d'usure).
.

Pourquoi les prêts à la consommation sont-ils plus chers que les prêts immobiliers ?

Les prêts à la consommation sont plus chers que les prêts immobiliers car les banques, et surtout les sociétés financières spécialisées qui en octroient une grande partie, utilisent des ressources plus onéreuses et ont des frais plus élevés.

Des ressources plus onéreuses car n’intégrant pas les dépôts (non rémunérés) de la clientèle ni les plans épargne logement.

Surtout, des frais plus élevés :

  • les montants unitaires prêtés sont moins élevés, donc les coûts de gestion unitaires supérieurs
  • pas de garantie « réelle » (alors que les banques prennent systématiquement des hypothèques et/ou des cautions et exigent des assurances dans le cadre des prêts immobiliers)
  • des incidents de remboursement plus fréquents et des pertes définitives plus importantes.

De plus, les marges sont plus fortes que pour les prêts immobiliers, sur lesquels les banques font plus de sacrifice car le prêt immobilier est un moyen de fidéliser la clientèle sur longue période.

Comment choisir entre toutes les offres de services ?

« Trop de choix tue le choix » ? La tarification bancaire, en la matière, est plus que large. Des packages intégrant une offre de services « tout en un », au paiement « à la carte », tout est possible et tous les prix existent ! Dans les faits, tout dépend de l’utilisation moyenne du compte courant et des diverses opérations qui y sont liées.

Créé le 12 février 2010 - Dernière mise à jour le 12 janvier 2017
© IEFP – la finance pour tous
 
0 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !