Bourse

La Bourse, à quoi ça sert ?

La Bourse permet de rapprocher les agents qui ont des besoins de financement (l’offre) et les agents qui ont des capacités de financement (la demande).

Confrontation entre l'offre et la demande

L’offre émane des entreprises ou des États qui ont des besoins de financement. Ils émettent des titres financiers qui sont achetés par les investisseurs.

La demande émane des personnes qui ont des capacités de financement et qui souhaitent investir. Il peut s’agir de particuliers, d’entreprises, d’États. Les plus gros investisseurs sur les marchés financiers sont les investisseurs institutionnels   Définition Les investisseurs institutionnels (surnommés les « zinzins ») sont des organismes qui collectent l’épargne des particuliers et qui la placent sur les marchés financiers. Il s’agit principalement des sociétés d’investissement, des caisses de retraite (fonds de pension), des banques et des sociétés d’assurance.
, c'est-à-dire les banques, les assurances, les fonds d’investissement, les caisses de retraite, etc.

Comme sur tous les marchés, le prix dépend de l’offre et de la demande. Si l’offre est supérieure à la demande (par exemple O1 > D1), le prix diminue pour atteindre l’équilibre. À l’inverse, quand la demande est supérieure à l’offre (par exemple D2 > O2), le prix augmente pour atteindre l’équilibre. Si pour un prix donné, la quantité offerte égale la quantité demandée, cela signifie que c’est le prix d’équilibre, noté P*.

La confrontation de l’offre et de la demande

Marché primaire, marché secondaire

Le marché primaire, où sont, pour la première fois, offerts, ou introduits, les titres, c’est le « marché du neuf ». Le marché secondaire, où ces titres sont négociés, c’est en quelque sorte « le marché d’occasion ».

Quand Facebook s'est introduit en Bourse le 18 mai 2012, la société a émis des titres sur le marché primaire qui ont été achetés par des investisseurs. Ces investisseurs ont ensuite remis en vente ces titres sur le marché secondaire.

Marché primaire

Les émissions de titres sont effectuées par les sociétés (dites "émettrices") sur le marché primaire. Les épargnants souscrivent alors à des introductions en Bourse, des augmentations de capital (actions) ou des émissions obligataires (titres d’emprunts). Les investisseurs financent directement l’activité économique. C’est le lieu de rencontre entre les sociétés en quête de capitaux pour assurer leur développement et les détenteurs de capitaux. Toutes les sociétés anonymes émettent des actions mais toutes ne sont pas cotées en bourse. Seules les plus grandes ou les plus attractives le sont.

Marché secondaire

Ces mêmes titres sont ensuite échangés sur le marché secondaire, qui peut être considéré comme le marché de l’occasion. L’émetteur n’y intervient plus. 
 Il existe plusieurs sortes de produits. Les plus connus du grand public sont les actions   Définition Une action est un titre de propriété, (pouvant donc être acheté ou vendu) , émis par une société de capitaux.. Elle donne droit à la propriété d'une partie du capital, avec les droits qui y sont attachés, notamment le droit de voter aux assemblées d’actionnaires et le droit de percevoir des dividendes. Elle se distingue de l’obligation qui, elle, est un titre de créance (la formalisation d’un emprunt émis par une entreprise).
(part du capital d’une société), les obligations   Définition Une entreprise (une collectivité publique ou l’Etat) peut solliciter un emprunt en émettant des obligations. L’obligation représente une fraction de cet emprunt. En contrepartie, de son investissement, le détenteur de l’obligation percevra des intérêts, que l’on nomme « coupons ». Il s’agit en tant que tel d’un titre de créance cessible, pouvant même faire l’objet d’une cotation en Bourse. Mais elle ne confère ni de droit de vote ni de droit aux dividendes au sein de la société émettrice, contrairement à l’action.
(emprunt) et les produits monétaires (basés sur les taux à court terme). Mais d’autres produits accessibles aux particuliers existent.

  • Les marchés au comptant, où les transactions entre acheteurs et vendeurs se dénouent presque sans délai (car il existe un délai, d’ailleurs sensible en termes de sécurité, pour la livraison et le règlement des titres) ;
  • Les marchés à terme, où les transactions conclues de manière ferme s’effectuent à une date anticipée par rapport à la livraison. Parmi les marchés à terme, on trouve les marchés d’ options   Définition Une option est un produit financier qui donne le droit à son détenteur d'acheter ou de vendre un actif "sous-jacent" (une action, une obligation, un taux d'intérêt, un taux de change, une matière première,...) à une date et à un prix convenus à l'avance en échange du paiement d'une prime versée à la contrepartie. 
    , où s’échangent des produits représentatifs du droit d’acheter ou de vendre un instrument financier appelé «  actif sous-jacent   Définition Un actif sous-jacent à un produit d’épargne est un élément de référence (actions, panier d’actions, indice, obligations, matières premières,…) qui sert au calcul de la valeur et du rendement du produit d’épargne concerné. Le risque financier du produit d’épargne concerné est généralement lié à l’actif sous-jacent.
    Source : CCSF
     » ;
  • Les marchés organisés, et, dans certains cas, réglementés, où un prestataire de service, la Bourse, et désormais « l’entreprise de marché », organise la confrontation entre l’offre et la demande, la fixation du prix et tout ou partie des opérations qui sont associées à la concrétisation de la transaction ;
  • Les marchés de gré à gré où s’organise un face à face entre acheteur et vendeur, avec ou sans règle de fonctionnement, avec ou sans intégration dans un réseau de fait assurant le dénouement des opérations.

Les différents instruments financiers

La Bourse est un lieu où s’échangent des produits financiers, appelés « instruments financiers », ou valeurs mobilières.  

Une action est un titre de propriété. Une action est émise par une société de capitaux qui a besoin de se financer. Détenir une action, c’est détenir une partie du capital de cette société. Elle ouvre des droits, notamment le droit de voter aux assemblées d’actionnaires et le droit de percevoir une rémunération : le dividende, versé tous les ans en fonction du résultat de la société.

Une obligation est un titre de créance. Une obligation peut être émise par une grande entreprise ou par un État. Émettre des obligations, c’est contracter un emprunt auprès des investisseurs sur les marchés financiers. Détenir  une obligation, c’est prêter de l’argent à une entreprise ou à un État. Chaque obligation représente une fraction d’un emprunt. L’investisseur qui détient une obligation perçoit tous les ans des intérêts, appelés « coupon ». À la fin de la durée de l’emprunt, l’entreprise ou l’État rembourse le capital. Une obligation n’ouvre pas de droits, comme le droit de vote, contrairement à une action.

Les parts d’OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) représentent une fraction d’un portefeuille de valeurs mobilières. Il s’agit principalement des FCP et des SICAV.

En savoir plus

Les OPCVM

Les autres instruments financiers sont des produits dérivés, c'est-à-dire des produits dont l’évolution dépend d’un autre actif, le « sous –jacent ».

La liquidité des marchés financiers

La fonction première de la Bourse est de permettre aux investisseurs d’acheter et de vendre leurs titres sur le marché secondaire. C’est ce qu’on appelle la liquidité   Définition Un actif est liquide s'il peut être acheté ou vendu rapidement et faire l'objet d'une grande quantité de transactions sans que cela ait d'effet majeur sur les prix.
. De fait, aucune introduction en Bourse ne remporterait de succès si elle n’était pas assortie de la garantie de pouvoir ultérieurement céder les titres acquis.

Un marché liquide est un marché sur lequel ont lieu beaucoup de transactions. Inversement un marché peu liquide est un marché sur lequel n’interviennent que peu d’échanges. Un titre liquide présente le double avantage de pouvoir être facilement négocié et de ne pas pouvoir faire l’objet d’une manipulation de son cours. À contrario, un opérateur isolé pourra peser fortement sur le cours d’un titre illiquide.

Créé le 25 janvier 2013 - Dernière mise à jour le 28 janvier 2013
© IEFP – la finance pour tous
 
14 commentaire(s)  
Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.
Phil Bedard , publié le 21/07/2016 09:31

MERCI

Rodrigue , publié le 09/07/2016 09:55

Toutes informations sur la bourse de valeur mobilier

Alidor , publié le 29/06/2016 11:04

Les notions boursières sont méconnues des beaucoup d'africains parce que d'abord la pratique n'est pas en vogue ici et ensuite les institutions d'enseignement des finances n'en discutent qu'en filigrane .
Le déficit d'investissement talon en Afrique fait que peu de monde s'intéressent sur ce sujet. Votre site en donne une lumière simple et claire susceptible de pouvoir aider plusieurs chercheurs en la matière .

christian , publié le 24/06/2016 18:36

Dès le début de l'article il y a des postulats gratuits, non fondés, du genre : il y a une offre et une demande..., non, ce que veulent les gens, c'est manger, s'habiller... le reste est du bla blabla sans preuves. Exactement comme certains qui pensent exportation, bénéfices etc..., non il n'y a que les patrons et les financiers pour s'intéresser à l'exportation, les salariés, eux, ce qu'ils veulent c'est manger. Alors certains vont dire que c'est pour les nourrir, non: si déjà on avait de quoi nourrir, habiller 65 millions de personnes ce serait déjà mieux que de chercher à exporter. On a 65 millions de bras et 65 millions de bouches à nourrir, c'est déjà suffisant pour occuper 8 h par jour. Le reste: exportation, offre/demande etc... c'est du blabla, c'est quand les besoins vitaux seront assurés en France, par les français.

G.AR , publié le 14/04/2016 16:47

Merci pour les informations que je trouve très enrichissantes

thug , publié le 12/04/2016 15:26

merci !

Coco ! , publié le 01/03/2016 13:45

OMG que c'est intéressant lool mdr merci !

hasina , publié le 08/01/2016 09:49

merci pour ce court tuto très instructif

Mbaye , publié le 13/11/2015 00:31

Merci pour les explications

FITAHIANA gervais , publié le 25/10/2015 14:15

merci pur les explications très claire

Noter cet article
  • Actuellement 3.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Moy : 3.4

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

       
ARTICLES LIÉS
 
institut pour l'éducation financière du public

lettre d’information MENSUELLE - ABONNEZ-VOUS !