Les délais de validité et d’acceptation

la finance pour tous

Après avoir négocié les conditions du prêt immobilier avec votre banquier, celui-ci édite une offre de crédit. Sa validité, les délais et les modalités d’acceptation ou de renonciation de l’offre sont réglementés par la loi. Suivez le guide !

Délai de validité de l’offre de prêt : 30 jours

L’offre de contrat de crédit immobilier est adressée par la banque gratuitement à l’emprunteur sur papier (envoi postal, par lettre recommandée avec avis de réception le plus souvent) ou sur un autre support durable. Elle ne doit pas être remise de la main à la main.

L’offre est valable 30 jours au minimum à compter de sa réception par l’emprunteur. Pendant cette durée, la banque doit maintenir inchangées les conditions de son offre.

Délai d’acceptation de l’offre de prêt : 10 jours

A réception de l’offre de crédit, l’emprunteur dispose d’un délai obligatoire minimum de 10 jours calendaires de réflexion et débute le lendemain du jour de la réception de l’offre. Vous ne pouvez donner votre acceptation qu’après expiration de ce délai. Vous pouvez donc retourner l’offre à votre prêteur dès le 11ème jour par courrier daté et signé.

Vous recevez l’offre le 06 mars. Vous pouvez l’accepter à partir du 17 mars, pas avant.

Délai d'acceptation

Pour exprimer votre acceptation, vous datez et signez l’offre et vous la renvoyez par courrier à la banque. Pour vérifier le respect du délai d’acceptation de 10 jours, c’est le cachet de La Poste qui est pris en compte.

Délai d’annulation du prêt pour non-conclusion de l’opération immobilière : 4 mois

Le contrat de prêt est accepté à la condition que l’opération immobilière financée par ce crédit (acquisition, construction ou travaux) soit elle-même conclue, dans un délai de 4 mois. A l’expiration de ces 4 mois, lorsque le contrat d’achat du bien n’est pas signé, le contrat de crédit est automatiquement annulé.

L’emprunteur n’est plus lié par le prêt. Il doit rembourser la totalité du prêt déjà versé, et des intérêts dus pour cette période. Des frais d’études peuvent être demandés par la banque, à condition que ces frais soient mentionnés dans l’offre de crédit. Leur montant est limité à 0,75 % du montant du prêt, plafonné à 150 €. Aucune autre indemnité ne peut être réclamée par la banque à l’emprunteur.

Ce délai minimal de 4 mois peut être allongé par les parties, acheteur et vendeur.

Condition suspensive d’obtention du crédit : 1 mois

Lorsque l’acheteur d’un bien immobilier finance son acquisition, en tout ou partie, par un prêt immobilier, le compromis ou la promesse de vente comporte obligatoirement une condition suspensive d’obtention du ou des prêts sollicités.

Cette condition suspensive est valable au minimum un mois à compter de la signature de l’avant-contrat de vente. Une durée plus longue peut être mentionnée dans le compromis ou la promesse de vente. Ou ce délai peut être prolongé à l’expiration du délai minimal. Dans les deux cas, avec l’accord du vendeur et de l’acheteur.

Vous disposez en pratique d’un mois minimum pour trouver le prêt. Si la banque vous refuse le crédit, la vente peut être annulée, sans aucun frais. La somme versée lors de la signature de la promesse de vente, généralement 10 % du prix de la vente, vous est remboursée.

Vous êtes tenu d’effectuer un certain nombre de démarches : déposer une demande de prêt, informer le vendeur de vos démarches dans un délai fixé dans l’avant-contrat. La condition suspensive ne vous autorise pas à renoncer à demander le prêt immobilier. En cas de négligence, vous devrez payer le prix convenu de la vente.

Renoncer au bénéfice de la clause suspensive, attention aux conséquences

Vous pouvez renoncer au bénéfice de la condition suspensive en apposant une mention manuscrite dans l’avant-contrat de vente. Mais attention aux conséquences de cette renonciation. Si vous devez recourir à un prêt, vous ne pourrez pas bénéficier des dispositions protectrices de la loi. Si vous n’obtenez pas le prêt et que vous devez renoncer à votre achat, vous devrez laisser au vendeur la somme versée à la signature de la promesse de vente.

    261 commentaires sur “Les délais de validité et d’acceptation”
    1. Bonjour, j’ai reçu l’offre de prêt le 12/03, je l’ai posté le 25/03. Nous n’avons eu aucune nouvelle du notaire malgré des relances et ce n’est que le 08/08 qu’il nous a contacté pour convenir d’une date pour la signature de la vente. Cependant j’ai pris attache avec ma banque qui nous a dit que le délai des 4 mois était passé et que l’offre de prêt n’était plus valide (valide jusqu’au 25/07). Le notaire me dit que ça peut « s’arranger » mais je n’apprécie plus du tout son attitude. Pas de nouvelle pendant 4 mois et là il nous presse et nous harcèle téléphoniquement. Ai je un recours? Dois je tout recommencer? puis annuler la vente ? que dit la loi? merci

      1. Bonjour,
        Ce délai risque de vous être effectivement préjudiciable. Une offre de crédit immobilier est valable 4 mois après son acceptation. La banque peut revoir les conditions de son offre de crédit passé ce délai, ce qui oblige à reprendre le processus d’octroi du prêt. Compte tenu du retard pris par votre notaire, vous pouvez lui demander de négocier avec votre banque pour un maintien de l’offre de crédit au-delà du délai de 4 mois. Vous pouvez aussi contacter la chambre départementale des notaires, compétente pour traiter des différends entre un client et son notaire (https://www.notaires.fr/fr/annuaire-chambre-notaire), qui pourra vous conseiller sur les démarches à engager.
        Meilleures salutations
        L’équipe de lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,

        A priori, au minimum quelques semaines compte tenu du nombre de documents nécessaires à la vente. Votre notaire vous donnera des informations complémentaires.

        Meilleures salutations
        L’equipe de Lafinancepourtous.com

261 commentaires

Commenter