Actions cotées et actions non cotées

la finance pour tous

Les actions constituent un titre de propriété qui peut être vendu à un tiers. La facilité avec laquelle un actionnaire pourra vendre ses actions  dépend toutefois du fait de savoir si les actions en question peuvent s’échanger librement sur le marché boursier ou non. Il existe en effet deux types d’actions, les actions cotées et les actions non cotées.

Les actions cotées

Une action est cotée à partir du moment où elle peut être achetée ou vendue sur le marché des actions que l’on appelle communément la bourse ou le marché boursier.

Sur ce dernier, le prix -ou le cours- des actions varie en fonction de l’offre et de la demande.

Toutefois, le nombre de titres cotés pour une société est fixe. Il n’y a pas en permanence de mises sur le marché d’actions nouvelles d’une société cotée. Les augmentations de capital sont relativement exceptionnelles.

Le prix de l’action est donc déterminé instantanément par la confrontation entre le stock d’actions mis en vente et le stock d’actions demandé à l’achat. Si le nombre d’actions demandé par les acheteurs est plus élevé que le nombre d’actions mis en vente, le cours de l’action monte et inversement.

Dans les faits, les choses sont un peu plus compliquées car les acheteurs et les vendeurs ont également la possibilité de fixer une plage de prix avec un prix plancher et un prix plafond pour laquelle ils se portent acquéreurs ou vendeurs. Ainsi, tous les ordres de vente ou d’achat ne sont pas nécessairement exécutés si les limites de cours ont été franchies.

Acheter ou vendre des actions cotées est donc finalement assez facile, d’autant plus que les cours de toutes les actions cotées sont publiés et consultables instantanément sur des sites internet spécialisés.

Il suffit de passer un ordre d’achat ou de vente auprès d’un intermédiaire financier (sa banque par exemple) qui se chargera de réaliser la transaction moyennant la perception d’une commission.

Les actions non cotées

Une action non cotée ne peut pas être échangée sur le marché boursier car la société n’a pas fait un appel public à l’épargne. Elle a placé ses actions directement auprès d’investisseurs qui lui ont fourni les fonds en échange.

Le cours de ces actions n’est donc pas publié et il est difficile d’en acquérir car les détenteurs de ce type d’actions ne sont généralement pas connus ou tout simplement ils ne souhaitent pas les vendre.

Ces actions sont généralement émises par de petites ou moyennes entreprises et sont souvent détenues par les dirigeants-propriétaires ou leur famille, qui ne souhaitent pas « ouvrir » le capital de leur entreprise à des investisseurs extérieurs afin de conserver leur indépendance.

Il y a en conséquence deux difficultés caractéristiques attachées à ce type d’actions :

  • La détermination de leur prix. Comme il n’y a pas de cotation, il est difficile de savoir combien « vaut » une action d’une entreprise non cotée. Pour le connaître, il faut faire appel à des spécialistes qui pourront proposer, à partir des comptes de l’entreprise et de toute l’information financière et stratégique disponible, une fourchette de prix.

  • Trouver un acquéreur pour le vendeur, ou trouver un vendeur pour l’acheteur. L’achat d’action d’une société non cotée se fait principalement « de gré à gré » entre deux parties. Il est toutefois possible d’acquérir des actions non cotées, via des intermédiaires financiers comme les fonds d’investissement spécialisés.

Le taux de détention des actions

L’Insee définit le taux de détention (d’un actif financier) comme la proportion des ménages français détenant au moins un type de produit de la catégorie d’actif considérée. Ainsi, le taux de détention des actions peut se définir comme la proportion des ménages français détenant des actions (cotées et non cotées).

Selon cette définition, le taux de détention des actions en direct s’est fortement réduit au cours des dernières années. Ainsi, entre 2007 et 2019, la proportion de la population française de 15 ans et plus détenant des actions en direct a été quasiment divisée par deux, passant de 14 % à 8 %.

Toutefois, le désintérêt des Français pour la détention d’actions doit être relativisé car les fonds d’investissement (OPCVM) -qui constituent un moyen d’investir indirectement dans les actions des sociétés cotées- représentent une part importante dans la capitalisation boursière française. 

    12 commentaires sur “Actions cotées et actions non cotées”
      1. Bonjour,

        Il n’existe aucune obligation pour un propriétaire d’actions de les vendre, même si elles font l’objet d’une cotation en bourse, si bien que vous pouvez les conserver autant que vous le souhaitez.

        Meilleures salutations,

        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,
        La distinction entre investissement et spéculation dépend habituellement des intentions de l’acheteur et de ses préférences notamment en termes d’horizon de placement. Les opérateurs financiers considèrent toutefois que les actions les plus soumises à la spéculation sont, en moyenne, plus volatiles, ce qui peut vous permettre d’orienter vos choix d’investissement.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    1. Bonjour,
      Pouvez vous nous donner le type d’action sur les actions du CAC40 ?
      Quel sont les défencives, les value, les cycliques etc …. j’ai du mal a comprendre.

      Quel type d’action faudra il acheter en fevrier 2021?

      bonne journée
      merci

      1. Bonjour,
        Ces définitions sont fluctuantes et dépendent largement de l’évolution des cours en bourse. Ainsi, une action donnée peut, selon les périodes, être qualifiée de cyclique ou bien de défensive. Par ailleurs, il est bien difficile de prédire dès aujourd’hui l’évolution du marché lors des mois à venir.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Bonjour,
      Une action peut etre cotée sur plusieurs bourses ?
      Dans ce cas , comment est fixé le prix ? Comment les actions sont répartis ou pas entre les différente places boursières ? Merci

      1. Bonjour,
        Oui, il est tout à fait possible pour une même action d’être cotée sur plusieurs bourses simultanément. On parle alors de multicotation ou, en anglais, de « cross-listing ». En l’absence de contrôle des capitaux, comme c’est le cas actuellement dans la plupart des économies développées, les capitaux, et donc les actions, sont mobiles entre les différents pays et places financières. Cela signifie que l’arbitrage est possible, ce qui devrait amener à une convergence du prix d’une même action d’une place boursière à l’autre. Si ce n’était pas le cas, il suffirait d’acheter l’action sur la place boursière où son cours est le plus faible et de la vendre là où son prix est le plus élevé, afin de réaliser un profit sans risque.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

        1. Merci encore une fois pour ces explications limpides.
          J’imagine que des traders se sont déjà ruées sur cette possibilité de faire de micro profit en jouant sur les écarts , même minime, de cours entre marchés.
          Merci bien.

          1. Bonjour,
            Oui, effectivement ! C’est d’ailleurs pour cela que les écarts de cotation sont infimes pour les actions multicotées lorsque l’on exprime leurs cours dans une même monnaie.
            Meilleures salutations,
            L’Equipe de Lafinancepourtous.com

12 commentaires

Commenter