La performance des actions

la finance pour tous

Pour analyser la performance d’une action, il faut prendre en compte deux éléments : l’évolution du cours de bourse et des dividendes.

  • l’évolution du cours du titre en Bourse. Si le titre cote un montant supérieur à celui auquel l’achat s’est effectué, l’actionnaire voit la valeur de son portefeuille progresser. En cas de vente de l’action, il réaliserait une plus-value. À l’inverse, si le cours de l’action baisse et devient inférieur au cours d’achat, l’actionnaire enregistrerait une moins-value en cas de revente.

  • Les dividendes perçus. La détention d’action donne droit à la perception d’une quote-part du bénéfice distribué chaque année (sans que la société soit tenue de distribuer). L’actionnaire peut donc espérer une rémunération régulière de son placement en plus de la valorisation du cours en Bourse.

Le placement en actions revêt donc un double intérêt pour un investisseur : il peut espérer faire progresser son patrimoine financier à terme (en réalisant une plus-value lors de la revente) tout en percevant des revenus réguliers pendant toute la durée de son placement grâce aux dividendes perçus.

Il faut prendre en considération la fiscalité, à la fois sur la plus-value et le dividende.

Ce dossier répond aux deux des questions les plus importantes concernant le placement en actions : qu’est-ce qui fait qu’une action se valorise en Bourse ? Le placement en action est-il un investissement performant, notamment par rapport aux autres types de placement ?

    4 commentaires sur “La performance des actions”
    1. Bonjour, j´ai des actions FDJ, cryto, et mandat de gestion et ils me demandent de payer les prélèvements avant de pouvoir récupérer ma plus value. Est-ce normal ? Ils me réclame 15029,18€ ?
      Merci d’une réponse rapidement car je suis novice et je dois faire un crédit pour récupérer ma plus value car je n´ai été informé qu’en fin du contrat.

      1. Bonjour,

        Non, cela n’est pas normal : vous ne devriez pas à avoir à débourser des fonds pour toucher votre plus-value. S’il s’agit de frais de gestion sous mandat, ceux-ci devraient être prélevés automatiquement par votre intermédiaire financier. Nous vous conseillons de vous rapprocher de ce dernier afin de clarifier la situation.

        Meilleures salutations,

        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Bonjour
      Je vous soumets ces quelques observations au sujet des opérations sur le capital et leur influence sur le cours de bourse et sur le calcul des indices.
      A priori un grand nombre d’opération sur le capital influe sur le cours de bourse et sur la divergence du calcul des indices de prix et l’indice de rentabilité total return, à l’exemple
      -l’Indice de prix : CAC 40
      -et sa déclinaison Total Return : CAC40 GR

      Il est important de préciser qu’il y a une différence sur l’impact future de l’action entre le versement en numéraire ou sous forme d’action nouvelle.

      Lors du versement en numéraire on peut apprécie cette événement comme une restitution de capital à l’actionnaire. La somme distribuée par la société est prélevée de la réserve distribuable du capital de la société après versement du résultat de l’exercice précédent.
      De fait le jour du détachement du dividende on assiste à sa déduction sur le cours de référence de la clôture précédente.
      C’est ainsi que lors de cette opération pour l’indice de prix nu dividende (CAC40) l’opérateur du marché boursier déduit de la capitalisation de la société le montant en numéraire théorique du capital versé.
      Pour l’indice de rentabilité total return (CAC40 GR) l’opérateur réintègre la totalité de ce capital en considérant que l’ensemble du dividende est toujours versé en numéraire.
      En théorie le versement de dividende est un leurre puisqu’on assiste à la baisse simultanée du cours de l’action. Dans l’immédiat l’opération est neutre pour l’actionnaire, pire il est grevé par le prélèvement fiscal. Par ce raisonnement on pourrait concevoir cette retenue fiscale comme un abus de prélèvement puisque pour l’actionnaire l’opération le versement du dividende est compensé par la baisse de l’action.
      Toutefois cette analyse théorique est en partie compensée par le fait que la baisse mécanique immédiate de l’action influe positivement sur les ratios économiques par action de la société, de fait un certain rattrapage s’opère assez rapidement est expliquerait la bonne performance du marché durant les mois d’Avril à Juin. Il en est autrement dans l’éventualité où le versement s’effectue par création de nouvelles actions, par augmentation de leur nombre il y a dilution, cet effet de rattrapage est annulé.
      A ce titre Il serait intéressant d’étudier la performance nette de prélèvement fiscal en achetant l’action à l’ouverture du marché nu dividende pour les sociétés qui verse uniquement en numéraire.
      Pour faire un suivi de rentabilité de l’action il faut diviser le prix de référence à l’ouverture (nu dividende) par le cours de clôture précédente de l’action (dividende attaché). Ce coefficient permet d’actualisé la valeur de l’action en tenant compte le versement du dividende.

      Cette actualisation serait également valable pour les autres attributions à l’exemple des DPS (Droit Préférentiel de Souscription) et autres BSA (Bon de Souscription d’Action).
      A ce titre on peut considérer la distribution de BSA comme un versement de dividende sous forme d’action.
      Ici aussi lors du jour de l’attribution du BSA la valeur théorique du Bon est retranché au cours de clôture de la séance précédente. On pourrait considérer dans le cas de la revente immédiate du Bon comme le versement d’un dividende en numéraire. De fait ici l’opérateur du marché calcul le coefficient Valeur de référence d’ouverture nu du Bon de Souscription divisé par la valeur du cours de clôture de la séance précédente (Action + Bon attaché). Ainsi tout l’historique du cours de l’action est arbitrairement retraité.
      Dans l’année pour repérer les sociétés qui ont effectué des opérations sur leur capital qui a influencé le cours de l’action il est intéressant d’enregistrer le cours de clôture de la dernière séance annuelle.
      Après une opération qui a entrainé l’ajustement de l’historique, en divisant le cours retraité par le cours enregistré de fin d’année vous obtenez ce coefficient.

      Ici mes questions sont :
      Le versement de dividende est la cause principale de la différenciation du suivi entre l’indice de prix nu dividende (CAC40) et l’indice de rentabilité total return (CAC40 GR).
      _Y a-t-il d’autres opérations concernées comme l’attribution des DPS – BSA ?
      _et quelles sont-elles ?

      1. Bonjour,
        Contrairement à l’indice CAC 40, l’indice CAC 40 GR (pour « gross return ») est effectivement obtenu en réinvestissant les dividendes bruts. Pour cela, le montant du dividende annoncé est, dans un premier temps, converti en points d’indice. Dans un second temps, le dividende est supposé être réinvesti au cours de clôture de la date ex-dividende. Que ce soit pour le calcul du CAC 40 ou pour celui du CAC 40 GR, Euronext procède à des ajustements afin de tenir compte des opérations de capital qui, comme vous mentionnez, peuvent avoir un impact sur le calcul des indices. Vous retrouvez l’ensemble des détails techniques concernant ces ajustements dans le règlement d’Euronext et en particulier à la page 9 du « Index Calculation and Periodical Review Rulebook » disponible à l’adresse suivante : https://live.euronext.com/en/products-indices/index-rules.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

4 commentaires

Commenter