Quelle durée pour le bail ?

la finance pour tous

Pour un logement vide, la durée du bail est de 3 ou 6 ans renouvelables, sauf dans certains cas précis. Et selon les villes, les délais de résiliation varient.

La durée du bail d’un logement vide

La durée du bail est généralement de trois ans au moins, selon l’article 10 de la loi du 6 juillet 1989, dans le cas où le propriétaire est une personne physique. Cette durée est la même si le propriétaire est une Société Civile Immobilière (SCI) détenue par des membres d’une même famille (jusqu’au quatrième degré inclus). Cette durée s’élève à 6 ans si le propriétaire est une personne morale.

Si l’événement se réalise effectivement, alors le bailleur doit en informer le locataire au moins deux mois avant la fin du bail, par lettre recommandée avec accusé de réception. Si l’événement ne se produit pas ou si le propriétaire ne confirme pas la fin du bail deux mois avant, le contrat est automatiquement porté à trois ans, à compter de la signature du contrat.

A l’issue de la période de trois ans ou six ans, le bail est reconduit automatiquement.

La résiliation du bail par le propriétaire

Dans trois cas particuliers, le bailleur peut néanmoins donner congé au locataire, celui-ci devant alors quitter le logement à l’échéance du bail. Il doit en être informé au moins six mois avant par une lettre recommandée avec accusé de réceptionCes trois situations sont les suivantes :

  • si le bailleur choisit d’habiter le logement ou de le faire habiter par un proche ;

  • s’il vend le bien : dans le cas d’une vente du bien, le locataire bénéficie d’un droit de préemption : le bailleur doit lui proposer en priorité d’acheter le logement qu’il occupe. Le droit de préemption ne joue pas si le bailleur cède le bien à un parent jusqu’au troisième degré inclus, qui doit cependant occuper le logement pendant au moins deux ans.

Depuis le 1er janvier 2018, dans ces deux cas de résiliation du bail, le propriétaire doit joindre à la lettre de congé une notice d’information relative aux obligations du bailleur et aux voies de recours et d’indemnisation du locataire (conforme à l’arrêté du 13/12/2017).

  • s’il invoque un motif légitime et sérieux, notamment dans le cas d’agissements graves de la part du locataire, comme des loyers payés fréquemment en retard ou des troubles de voisinage. Une non-assurance du logement par le locataire peut également être un motif légitime et sérieux de non-renouvellement du bail.

La résiliation du bail par le locataire

Le locataire a moins de contraintes que le propriétaire ; il peut, lui, quitter l’appartement avant la fin du bail sous réserve d’en avertir le bailleur trois mois à l’avance par lettre recommandée avec accusé de réception. Le locataire n’a pas à donner de raison particulière, sauf lorsque le locataire bénéficie d’un préavis d’un mois. Le préavis se calcule à partir du moment où le bailleur reçoit la lettre recommandée avec accusé de réception.

Un préavis d’un mois dans certains cas

Le délai peut être réduit à un mois dans certains cas bien précis :

  • l’obtention d’un premier emploi,

  • une mutation professionnelle,

  • la perte d’un emploi (licenciement, fin de CDD ou rupture conventionnelle),

  • un nouvel emploi suite à une perte d’emploi,

  • le locataire est bénéficiaire du revenu de solidarité active (RSA),

  • l’état de santé du locataire âgé de plus de 60 ans, justifiant un changement de domicile.

Pour les contrats de location signés depuis le 27 mars 2014, de nouveaux cas de préavis réduit d’un mois sont prévus (loi Alur) :

  • le logement est situé dans une zone d’encadrement des loyers (dite « zone tendue »), pour les congés donnés à compter du 31 juillet 2014,

  • le locataire est bénéficiaire de l’allocation adulte handicapé (AAH),

  • l’attribution au locataire d’un logement social,

  • l’état de santé du locataire justifiant un changement de domicile.

Le locataire sortant est tenu de payer son loyer pendant le délai de préavis, même s’il a déjà quitté le logement. Cependant, si le propriétaire trouve un nouveau locataire avant la fin du délai de préavis, il peut décharger l’ancien locataire du paiement du loyer.

    19 commentaires sur “Quelle durée pour le bail ?”
    1. Bonjour,

      Ce type de programme de défiscalisation immobilière impose aux propriétaires des contraintes de location certaines en échange d’un avantage fiscal. Ce qui implique de devoir les respecter sous peine de se voir requalifier fiscalement. Vous pouvez néanmoins contacter l’ADIL de votre département qui pourrait vous aiguiller : https://www.anil.org/lanil-et-les-adil/votre-adil/
      Meilleures salutations.
      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. bonjour, nous sommes entré dans un programme « loi dufflot » pour réduction d’impôts…or depuis que nous avons signé comme par hasard, nous sommes pratiquement les seuls de ce programme a avoir bcp de problèmes : difficulté à louer il a fallu qu’on baisse de loyer soi disant trop haut par rapport aux autres locations, il a fallu qu’on installe une petite cuisine intégrée car les 1er locataires l’avaient suggéré…d’où des frais supplémentaires enfin bref depuis 3 ans en location, tous les locataires partent au bout de 11 à 12 mois. il n’y a jamais de raison mais quand même. il y a l’angoisse de non location derrière et le crédit de 1000 € qui tombe chaque mois et s’il n’y a pas d’entrée de location – cela est loin d’être une « affaire ». le hic d’après la société PURE GESTION nous n’avons pas beaucoup de possibilités; c’est comme cela. pas de chance – y a-il des articles de lois qui nous protégerait aussi ? car en fait on se rend compte qu’il y a bcp d’avantages pour les locataires, et pas grand chose pour les « propriétaires ». je pense qu’on s’est bien fait enflé avec ces programmes.

    3. Bonjour,
      Notre propriétaire nous à fait signer un Bail d’un an sur le motif de future vente du logement dans lequel nous habitons, ce contrat arrive à terme et cette derniere veux nous faire re-signer un nouveau bail d’un an. Est elle dans son bon droit ? N’y a t’il aucun recours qui nous permettraient de signer un bail de 3 ans ?

    4. Bonjour,
      Nous sommes propriétaires depuis 2 ans et demi d’une maison dans laquelle des locataires y habitent depuis des années. Nous souhaitons faire de grosses rénovations dans cette maison cependant nous ne savons pas comment cela se passe avec nos locataires. Comment les faire quitter la maison étant donné que nous faisons des travaux? Le loyer sera bien évidemment plus cher à la suite des travaux.
      Merci par avance pour votre aide,

      Cordialement

    5. Bonjour,
      Une durée de bail (pour un logement non meublé est de 3 ans renouvelable). Toutefois, le préavis, de trois mois, est réduit à 1 mois dans de nombreuses communes, notamment dans les zones dites tendues. Vous pouvez verifier ceci dans notre article, dans la partie “Un préavis d’un mois dans certains cas »

      Cordialement,
      L’équipe de La finance pour tous

    6. Bonjour, je suis en pleine séparation et j aurais voulu savoir si je prend une location vide pour apaiser les tensions qu’ elle était la durée du bail légale ( avec une personne physique,particulier) et si je peux rester que quelques mois et qu’ elle est le délai de préavis car je ne voudrait pas être bloquer et être obliger de rester 3 ans! Merci

    7. Bonjour,
      Pour une location vide dans le secteur locatif privé, le préavis est de trois mois. Le délai peut être réduit à un mois dans certains cas bien précis énumérés dans notre article ci-dessus, qui ne s’appliquent pas à la situation évoquée. Votre fille peut quitter le logement avant l’expiration du délai de trois mois, mais elle sera tenue de régler le loyer pendant toute la durée du préavis. Cependant, si le propriétaire retrouve un autre locataire avant la fin du délai de préavis, votre fille peut tenter de trouver un accord à l’amiable avec son propriétaire pour qu’il la décharge du paiement du loyer.
      Meilleures salutations.
      L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    8. Bonjour, ma fille est locataire d’un logement depuis 2012 et dernièrement son voisin du dessous, sous curatelle et suivi en psychiatrie, s’est présenté à sa porte et l’a menacé, l’a insulté et a frappé très violemment à sa porte en voulant la défoncer. La Police Nationale est intervenue, puis les Sapeurs-Pompiers qui l’on pris en charge et depuis il est hospitalisé en service spécialisé. Ma fille a eu la peur de sa vie, elle ne se sent plus en sécurité à son logement, elle a déposé plainte auprès du Procureur de la République car au commissariat sa plainte n’a pas été prise, elle a adressé un préavis avec AR aux propriétaires. Je les ai contacté afin de voir si par nécessité l’on pouvait baisser le préavis, ils ne veulent rien savoir. Ce jour ma fille s’est rendue chez un médecin qui lui a conseillé de partir rapidement car la crise que cet individu a eu envers elle est le signe d’une grave pathologie psychiatrique et qu’il a fait une fixation sur elle, un certificat médical est rédigé par le médecin.En fonction de ces éléments, est-il possible de forcer les propriétaires à baisser le préavis ? je vous remercie par avance de votre réponse, bien cordialement

19 commentaires

Commenter