Les caractéristiques d’une obligation

la finance pour tous

Une obligation représente la part d’un emprunt émise par une entité (l’État, une collectivité locale ou une entreprise). Si vous détenez des obligations, vous êtes donc le prêteur (le créancier) de l’entité ayant émis ce titre. En échange de ce prêt, vous allez percevoir des intérêts. Le taux d’intérêt est connu à l’avance par l’investisseur tout comme la durée du prêt et la date de versement des intérêts.

Le vocabulaire des obligations

Pour comprendre le fonctionnement des obligations, quelques notions se révèlent indispensables :

  • Le nominal (ou valeur faciale ou principal) : il est égal au capital de départ emprunté par l’émetteur de l’obligation divisé par le nombre de titres émis. Par exemple, un émetteur décide d’emprunter un million d’euros. Ce capital sera divisé en différentes coupures, par exemple de 1 000 euros pour faciliter les échanges sur le marché. Ce montant de 1 000 euros correspond à la valeur nominale de l’obligation.

  • L’échéance ou maturité : il s’agit de la durée de vie de l’obligation. Elle peut correspondre à la date à laquelle le détenteur de l’obligation se voit rembourser le montant intégral du nominal c’est à dire le capital emprunté par l’émetteur. On parle alors de remboursement du capital in fine. Ce remboursement peut également être régulier et se réaliser par un amortissement constant (chaque versement comprend une part identique de coupon et de capital) ou par annuités constantes (le capital remboursé est constant à chaque versement). L’échéance moyenne d’une obligation est de dix ans.

  • Le coupon : il correspond au versement périodique d’un intérêt au détenteur de l’obligation. Selon la nature de l’obligation, le versement des intérêts peut être régulier (généralement tous les ans) ou intervenir in fine, c’est-à-dire à l’échéance. De même, le taux d’intérêt versé peut être fixe (le revenu de l’intérêt perçu périodiquement est constant) ou variable (le taux d’intérêt varie en fonction des taux du marché).

  • Le coupon couru : il représente la part de l’intérêt dû par l’émetteur de l’obligation à un instant T, c’est à dire la rémunération due par l’émetteur au détenteur de l’obligation entre le dernier versement du coupon et celui à venir.

  • Le prix d’émission : il correspond au prix de l’obligation au moment de son émission. Ce prix peut différer du nominal. Si le prix d’émission est supérieur au nominal, on dit que l’obligation est « au dessus du pair » et inversement si le prix d’émission est inférieur au nominal.

  • Le cours de l’obligation : il correspond au prix auquel s’échange l’obligation sur le marché secondaire (lien avec dico). Il est généralement exprimé en pourcentage du nominal de façon à faciliter la comparaison entre différentes obligations qui présenteraient des caractéristiques différentes.

  • Le prix de remboursement : il correspond au remboursement de l’obligation à son échéance. Il peut être supérieur au nominal de façon à rendre l’obligation plus attractive pour les investisseurs. La différence entre le prix de remboursement et le nominal est appelée la prime de remboursement.

Lire une cotation d’obligation : l’exemple de la société Gama

La cotation d’une obligation dans la presse spécialisée ou sur les sites internet dédiés peut se présenter de la manière suivante. Elle vous permet de suivre au jour le jour l’évolution de votre titre en bourse. 

Lire une cotation d'obligation

Supposons une obligation émise par une société française, « Gama » le 20 décembre 2002 (date d’émission) pour une durée de 20 ans. Elle a été émise au prix de 1 000 € (prix d’émission). La valeur nominale est également égale à 1 000 €. Le versement du coupon intervient tous les ans. Ces différents éléments sont indiqués dans les informations complémentaires.

Le code Isin est en quelque sorte la carte d’identité de l’obligation. Il répond à des normes internationales. Le marché sur lequel est cotée l’obligation est également précisé.

Le taux d’intérêt nominal est égal à 2,50 %. À supposer que le détenteur de cette obligation conserve le titre jusqu’à sa date d’échéance, il percevra tous les ans un coupon égal à 25 € (nominal × taux d’intérêt nominal = 1 000 × 0,025).

Le coupon couru est ici égal à 0,833 %. Il correspond à la rémunération due par l’émetteur de l’obligation à son détenteur entre la date de versement du dernier coupon et celle à venir. Dans notre exemple, le versement du dernier coupon est intervenu le 20 décembre 2012. Entre cette date et le 20 avril 2013 (date de l’extraction de cette cotation), il s’est écoulé 120 jours. Par convention, on retient qu’une année est composée de 360 jours. Pour obtenir la valeur du coupon couru, on effectue le calcul suivant :

Valeur du coupon couru

La cotation de l’obligation au 20 avril 2013 est de 99,00 %. En effet, le cours d’une obligation est toujours exprimé en pourcentage du nominal. Pour obtenir son prix ou sa valeur de marché, la valeur du nominal doit être multipliée par le cours exprimé en pourcentage, auquel s’ajoute la valeur du coupon couru. Dans notre exemple, cela revient à effectuer le calcul suivant :

Prix d'une obligation

    57 commentaires sur “Les caractéristiques d’une obligation”
    1. Bonjour,

      Ma banque m’a téléphoné pour me dire qu’un Titre allait payé avant échéance. Suis-je obligé d’accepté ce versement anticipatif ?
      J’ai l’impression que la banque essaye de m’arnaqué ?

      Merci pour votre réponse

      1. Bonjour,

        Si vous détenez une obligation, l’émetteur peut décider un remboursement avant échéance. En pareil cas, votre banque ne ferait que répercuter la décision de l’émetteur.

        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    2. Bonjour
      j’ai reçu un courrier de ma banque qui dit called for red.on 19/11/2020 at 100%.
      qu’est ce que cela veut dire ? l’émetteur de l’obligation fait un remboursement anticipé ? pourquoi 100% et non la cotation qui est 103% ? merci pour votre superbe article

      1. Bonjour,
        D’après ce que nous comprenons de cet extrait du courrier de votre banque, votre obligation va être remboursée à la date du 19 novembre 2020. Et elle le sera à sa valeur de remboursement, à savoir sa valeur nominale. Peu importe son cours à ce moment-là. Nous vous conseillons toutefois de vous rapprocher de votre banque afin de confirmer cela.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    3. SVP ! L’artilcle dit que la différence entre le prix de remboursement et le nominal est appelée la prime de remboursement, mais est-ce :
      Prix de remboursement = nominal + prime
      , ou bien
      Nominal = prix de remboursement + prime ? et merci d’avance.

      1. Bonjour,
        Il s’agit bien de Prix de remboursement – Valeur nominale = Prime de remboursement
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    4. En cas de defaut de l’emetteur et l’obligation n’est pas remboursee. Que devient des interets payes au courant de la duree de l’obligation?

      1. Bonjour,
        En cas de défaut de l’émetteur, le versement d’intérêt est suspendu. En revanche, les coupons déjà versés sont définitivement acquis.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    5. Madame, Monsieur,

      J’aimerais savoir :

      Pour quelles raisons les obligations ordinaires ne sont elles pas nominatives ?

      Et lors du versement de la seconde tranche, peut-on changer de méthode (exemple: passer d’une émision au porteur à une émission au nominatif).

      Je vous remercie par avance pour votre réponse.
      Excellente journée.

      1. Bonjour,
        Il est possible d’émettre des obligations nominatives ou au porteur. Dans certains cas, il est possible de passer d’une forme à l’autre. Il convient pour cela de se reporter aux statuts de la société émettrice de l’obligation.
        Meilleures salutations,
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    6. Bonjour,

      J’aimerais avoir des précisions sur le remboursement anticipé d’une obligation qui n’est pas encore arrivée à maturité.

      Merci par avance !

      1. Bonjour,

        Dans le cadre d’un emprunt obligataire, une clause de remboursement anticipée donne droit, mais non l’obligation, à l’émetteur de racheter ses obligations à une certaine date, ou à partir de cette date (date d’exercice), à un prix spécifié à l’avance (le prix d’exercice). L’émetteur n’a intérêt à exercer cette option de remboursement anticipé que si les taux d’intérêt alors en vigueur sur le marché sont plus faibles que le taux du coupon facial de l’obligation pouvant être remboursée (cf. exemple ci-dessous).

        Exemple d’un extrait de communiqué de presse illustrant les lignes précédentes :

        « Atos SE a décidé de procéder au remboursement anticipé de la totalité des obligations 2,375%, échéance 2 juillet 2020, émises le 2 juillet 2015 restant en circulation. Le remboursement anticipé sera effectué le 2 avril 2020 au pair (1), soit 100 000 euros, majoré du coupon couru depuis la dernière échéance de paiement d’intérêts (incluse) jusqu’à la date du remboursement anticipé (exclue) ».

        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    7. Bonjour,
      Est-il possible que la date d’échéance soit dépassée, et qu’un porteur soit toujours en possession d’obligations ?
      Est-ce que le remboursement du capital prêté est « automatique » ? ou faut il en faire la demande ?
      Si cette demande n’est pas faite rapidement, ques se passe t’il ? Des intérêts continuent-ils à être versés annuellement au même taux ?

      1. Bonjour,

        En tant que porteur obligataire vous aurez droit au remboursement en bloc du montant de cette obligation au terme du contrat d’émission. Le montant sera versé sur votre compte espèce associé.

        Sachez que pour certaine obligations, le remboursement peut avoir lieu par tirage au sort, par rachat en bourse ou en bloc à la fin.

        Le remboursement peut être supérieur à la souscription, s’il y a prime de remboursement. Dans ce cas, cette prime correspond à la différence entre le prix d’acquisition payé par le dernier acquéreur et le montant remboursé.

        Meilleures salutations
        L’equipe de Lafinancepourtous.com

    8. Bonjour,
      Vous avez écrit :  » Si l’obligation cote 99 %, cela signifie que son prix a légèrement baissé par rapport à sa valeur nominale, du fait d’une légère augmentation des taux d’intérêt. Le rendement offert par cette obligation (2,50 %/an) est légèrement inférieur à celui que pourrait rapporter une obligation comparable émise aujourd’hui. »

      Pourquoi le prix de l’obligation baisse-t-il alors que son taux d’intérêt augmente ? Un taux d’int qui augmente ne devrait-il pas être plus attractif pour les investisseurs car source de meilleur rendement ? Et si oui, cela ne devrait t-il pas faire augmenter la valeur (nominale) de l’action ?

      Merci d’avance pour votre réponse

      1. Bonjour,

        Si sur le marché obligataire où s’échangent en permanence des obligations, il est offert aujourd’hui des obligations supposons à 2 % alors que vous détenez en portefeuille des obligations à 1%. Qui voudra des obligations à 1% ? Le coupon que vous offrez est moins rentable. Le cours (prix) de votre obligation va descendre jusqu’à ce que le rapport coupon/cours de l’obligation soit le même que pour l’obligation nouvellement émise à 2%. Dans le rapport coupon/cours, le coupon est prédéterminé et ne change donc pas. L’ajustement ne peut se réaliser que par le cours.
        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

      1. Bonjour,
        Non, il existe des obligations à taux fixe, mais aussi des obligations à taux variable.
        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

    9. svp j’aimerais savoir les caractéristiques des obligations non cotées en bourse et comment acquérir ou ventre cette obligation
      et deuxièmement : quels sont les risques liés aux obligations qui ne sont pas cotées en bourse ?

      1. Bonjour,

        Une « obligation non cotée en bourse » est un titre de créance qui n’a pas été émis sur le marché public mais sur un marché privé. Ainsi, ce titre de créance n’est pas ouvert au grand public mais à une poignée d’investisseurs. Ces obligations non cotées ou placement privé ont des règles plus souples que les émissions d’obligations faisant appel public à l’épargne. Les caractéristiques de ces obligations sont présentées dans le contrat d’émission ou contrat de souscription. Les risques pesant sur ces titres sont plus importants (risque de défaut ou risque de liquidité en cas de cession avant l’échéance).

        Meilleures salutations
        L’Equipe de Lafinancepourtous.com

57 commentaires

Commenter

Répondre à Ksm

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dès sa validation par l’équipe de lafinancepourtous.com.